Vous êtes ici >> Actualités A la une Culture CRI DE DOULEURS, une création littéraire engagée et sublime. De Carjo Mouanda pour notre mère Afrique

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

CRI DE DOULEURS, une création littéraire engagée et sublime. De Carjo Mouanda pour notre mère Afrique

Envoyer Imprimer PDF

Dans le genre poésie sociale réformatrice, Carjo Mouanda prouve qu’il est un poète social, voire militant et fécond.

Avec «Cri de douleurs» on assiste au combat du modernisme contre à la fois les forces dirigeantes et les forces rétrogrades de la société congolaise et africaine.

Carjo Mouanda, pour citer la préfacière Abbassia Naimi, dans son «hommage au poète» ne cesse d'appeler la conscience humaine à s'éveiller pour observer le monde et sa mutation. Ainsi, écrit-il : / Va, la terre avale le genre humain / Me disais-je avec mon vers sur la langue /... / J’aimerais que tu saches la terre perd la raison / Et que tu reviennes poursuivre ton combat / … / Cries de là-haut et chante cet hymne de paix / Pour ce monde qui devient fou / … »,

Il appelle à la paix et au combat. Paradoxe de la réalité d'aujourd'hui. La paix ne viendra-t-elle que par l'appel et les cris aux combats lancés par les jeunes et les moins jeunes ? Triste certainement, cette réalité du monde où les valeurs universelles se retrouvent mélangées à ce capitalisme aveugle qui brasse l'argent, le monde, l'humain et l'appel à la paix.

Carjo Mouanda, ce jeune poète, observe et crie. Il questionne son pays : / Pourquoi ! Pourquoi ! Congo / Pourquoi me fais-tu gémir? /

Il écrit ses chants et ses pleurs pour la gloire de l'Afrique, qui jadis rayonnante de ses trésors souterrains, ne semble briller que par la faim, les pleurs et la misère déchirante, qui interpelle le poète.

L'Afrique, autrefois dévastée par le monde qui se dit civilisé, se meurt aujourd'hui sous nos yeux. Des Ventres épuisés par la faim, par les cris qui semblent s'éteindre dans le trou noir des communications à sens unique? Le poète questionne le monde. Il voudrait croire encore à l'espoir de la parole et à la force du verbe…

Qui est Carjo Mouanda?

Il est né le 05 Avril 1980 à Pointe-Noire au Congo. Il écrit ses premiers textes de poésie dès la classe de 6e, en 1999 il décroche à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la francophonie le Prix de poésie à l’issus du Concours organisé par le centre culturel Français de Pointe-Noire.

En 2001, il est la révélation du Prix International Tchicaya U Tam’si de Poésie du centre d’études des civilisations Loango. Poète talentueux, il participe à la création de l’Alliance Ponténégrine des Ecrivains d’Expression Française en sigle APPEF et participe aux deux premières éditions du Festival des Ecrivains et des Arts (FEDAR).

La qualité et la profondeur de ses textes amène la Maison Africaine de la poésie Internationale (MAPI) en 2006 à le solliciter pour représenter le Congo à la 5e édition des rencontres internationales de poésie de Dakar aux côtés d’éminents poètes : Amadou Lamine Sall, Charles Carrere, Paul Dakeyo, Hermenegil de Chiasson et bien d’autres.

Auteur de «Couleur Douloureuse», co-auteur de l’anthologie de poésie : «Les Cygnes de l’Aube » Carjo Mouanda réécrit les lettres de noblesse de la poésie congolaise avec la sortie de son nouveau recueil de poèmes intitulé : «Cri de Douleurs» aux éditions : Lire et méditer.fr

Clément Ossinondé / Abbassia Naimi 

 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir