24/08/2017

Dernière mise à jour09:20:34 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Culture Vient de paraître: « Histoire de la musique congolaise » de Clément Ossinondé

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Vient de paraître: « Histoire de la musique congolaise » de Clément Ossinondé

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

De 1960 à 2012, le chroniqueur musical évoque l'évolution de tous les types de musique de ces cinquante-deux dernières années au Congo.

La musique congolaise existait sûrement avant même l'époque des premières traces historiques évoquées dans le livre de Clément Ossinondé, ancien président de l’Union des musiciens congolais. Le chroniqueur, spécialiste de la rumba, dresse son propre système musical de ces cinquante-deux dernières années. Dans le livre, les années défilent sous nos yeux. Les auteurs-compositeurs-interprètes de l’époque rythment leur actualité chacun à leur manière.

Ainsi,  dans ces cinq décennies, Clément Ossinondé qualifie-t-il les années 1960 âge d’or de la musique congolaise, les années 1970 floraison des orchestres amateurs, les années 1980 instabilité des musiciens, les années 1990 pénurie de production, enfin les années 2000 baisse sensible de la musique. Il dresse ce panorama de la musique congolaise comme un outil de référence dans la connaissance des sources d’inspiration qui ont donné à la musique congolaise le grand essor qu’elle a connu dans ce qu’il y a de traditionnel et de moderne. Il explique que la musique congolaise moderne a aujourd’hui droit de cité partout. Et, portée par sa puissance créatrice et son dynamisme de musique de danse, elle a pris des visages multiples et envahi les domaines les plus variés au point que ses sources se sont affirmées. Les populations s’y reconnaissent, affirme-t-il. Le Congo est sans conteste l’un des grands berceaux de la musique africaine moderne au regard du rayonnement de ses musiciens et surtout de la variété des styles exploités.

En grande partie, poursuit l’auteur, le rayonnement de la rumba congolaise a conquis le monde, et elle ne cesse de s’imposer au fil des temps. Il revient aux opérateurs culturels que la musique soit une force décisive au service du développement économique et social, et qu’elle constitue le plus sûr des moyens de rattraper le retard dans l'utilisation des artistes à travers des actions précises et ordonnées au plan régional et international.

Clément Ossinondé rend hommage aux musiciens qui ont été, depuis longtemps, les artisans d’une musique qui a fait d’eux les ambassadeurs de la République du Congo. Car, écrit-il, ils ont formé pendant deux générations les plus grands auteurs africains, à l’affiche des grandes firmes musicales d’Afrique et d’Europe où se comptent de nombreux chanteurs, guitaristes, saxophonistes, trompettistes, organistes, percussionnistes et autres instrumentalistes connus et reconnus.

Aux mélomanes, le gardien de la mémoire de la musique congolaise fait remarquer à propos des artistes évoqués dans son livre : « Qu’ils soient vieux, jeunes, ou moins jeunes, confirmés ou non, inspirés ou talentueux, leur vie d’artiste a fait rêver et continue de faire rêver les jeunes générations. »

Marie-Alfred Ngoma / Les DDB

Légendes et crédit photos:

La couverture du livre « Histoire de la musique congolaise ». (© DR) Clément Ossinondé, spécialiste de la rumba congolaise. (© DR)       

 

Commentaires  

 
0 #1 test fidelité 30-08-2016 14:48
Je nageais dans la choucroute mais après avoir vu votre article, J'en sais d'avantage.

je vous remercie
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir