23/03/2017

Dernière mise à jour09:55:39 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Culture Une pensée pour José MISSAMOU. 1999 - 2010 : Onze ans déjà

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Une pensée pour José MISSAMOU. 1999 - 2010 : Onze ans déjà

Envoyer Imprimer PDF

Une pensée pour le grand salsero congolais et africain, José MISSAMOU, qui s’en est allé, lui aussi, sur le sentier qui n’a pas de retour. C’était le mardi 21 décembre 1999, à 20 h 45, au Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville. Il ya de cela onze ans. Son état de santé l’avait obligé, en effet, à rentrer au bercail, en octobre 1999. Il vivait, depuis plusieurs années, à Paris.

Joseph-Dieudonné MISSAMOU dit José est né en 1942 à Brazzaville. De Jean-de-Dieu MISSAMOU « Taata Bimpongo», et d’Adèle BONGABOUNA. Il reçoit une formation pédagogique, après le Lycée Savorgnan de Brazza, qui lui ouvre les portes de l’enseignement. Comme son père « Bimpongo », doublé d’un excellent maître de chants et organiste d’église.

Joseph-Dieudonné MISSAMOU est affecté à Pointe-Noire. Où il contracte le virus de la musique d’orchestre. Il évolue dans le Sympathic-Jazz, aux côtés d’Alphonse-Marie TOUCAS et des néophytes comme lui. Il chante «congolais ». Pour s’apercevoir, plus tard, que la chanson congolaise, malgré sa beauté, ne vit pas tellement. Il travaille alors des compositions du genre « Son » de la Sexteto habanero. Il découvre la musique qu’il aimait faire. Pendant deux ans (1963 – 1964), il fait partie des orchestres Arlem-Band, avec Didi Siscala, et Jazz-Party de Sterling. Après un tour éclair dans Mando Negro « Kwala Kwa », sous la houlette de SABOU Bathel, il prend le risque de tourner le dos à l’enseignement.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Les évènements se précipitent. Joseph-Dieudonné MISSAMOU intègre le Negro-Band en 1965, où il commence à faire parler de lui en bien. Une année après, Negro-Band séjourne à Abidjan où il se produit souvent devant un public très averti. José MISSAMOU s’éclate, telle une gousse d’arbre de fer. Il rayonne. Et il perd rapidement la tête. Il abandonne Negro-Band, à Abidjan même, pour former avec les congolais Julio, Raph et NZALAKANDA « Maurin », l’orchestre « Les Zulu ». De retour à Brazzaville, il rejoint les transfuges de Negro-Band : TOMBA « Major », Tergief el Diablo et Lucky MAHOUNGOU qui viennent de lancer l’ensemble « Masano ». Pas pour longtemps. Le voilà, cette fois-ci dans l’orchestre Les Bantous de la capitale. Amoureux de la salsa, il y grave son premier disque, « El manicero » (avec le concours d’ESSOUS et Nino MALAPET). Et contribue fortement à sa promotion. Mais pour combien de temps ?

L’instabilité continue à habiter José MISSAMOU. Il veut partir, changer de place. Il finit bien par prendre celle de steward à Air Afrique, à l’issue d’un concours. Faute d’avoir pu observer certaines dispositions qu’exige son travail, il perd son emploi. Et renoue avec les concerts au sein des Bantous de la capitale, mais avec moins d’assiduité. Il exerce cumulativement avec son activité musicale, la profession d’agent publicitaire à la C.C.S.O. (Compagnie commerciale sangha-oubangui). Puis c’est encore Pointe-Noire qui l’attire. L’orchestre Bimoko l’y appelle jusqu’au jour où il décide, au début des années 90, de s’expatrier en France. C’est le début d’une véritable carrière de virtuose qui le conduira à travers l’Europe. Il enregistre avec Tito PUENTES un grand nom de la salsa, participe à quelques concerts avec des grands musiciens afro-cubains. Aidé et soutenu par un autre salsero mondial, Laba SOSSE, il est alors au sommet de sa carrière. Aucun autre chanteur congolais, ne pouvait désormais rivaliser avec lui dans le strict domaine de la salsa. Une grande précision d’exécution, des mélodies accrocheuses et dansantes, une sonorité vocale qui ne manquait pas d’originalité, autant de souvenir qui explique que le souvenir de José MISSAMOU soit demeuré vif dans la mémoire populaire.

Enfin, José MISSAMOU, il faut le rappeler a été la grande révélation du 11ème Festival Mondial de la Jeunesse et des Etudiants à la Havane (CUBA) en 1978 avec l’orchestre Les Bantous de la Capitale

Que son nom soit gravé à jamais dans l’histoire de la musique afro-caribéenne.

Clement.ossinonde@sfr.fr

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Commentaires  

 
0 #3 buat daftarcara 17-10-2015 07:54
Guide the customers to your blogs if the article directory does not
allow web marketing. While have an Internet-based business has become very popular today,
if you want to have an effective business presence online and
draw quality, interested consumers to your site, then you are going to need
to have some type of blog to help you out. Just take a
seem at the subsequent wordpress weblogs, they are fantastic examples of webpages which the operator has
picked the Coupon niche, located relevant keywords, and added related material to succesfully.
Citer
 
 
0 #2 Homepage depression- 16-05-2014 16:13
Hi there, of course this article is really fastidious and I have learned lot of things from it on the topic of
blogging. thanks.
Citer
 
 
0 #1 http:// 22-04-2014 20:56
An impressive share! I have just forwarded this onto a coworker
who has been conducting a little research on
this. And he actually bought me breakfast simply because I stumbled
upon it for him... lol. So let me reword this.... Thank YOU for the meal!!
But yeah, thanx for spending some time to discuss
this matter here on your web site.

Also visit my web blog la vie d'adèle en streaming - http://laviedadelestreaming.com/: http://laviedadelestreaming.com/,
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir