Vous êtes ici >> Actualités A la une Culture KINTUADI-MAYELA ! L’unité dans le respect de l’altérité

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

KINTUADI-MAYELA ! L’unité dans le respect de l’altérité

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Partisan du « Vivre en parfaite intelligence », Theodulos Auguste KOUNKOU KUE vient en cette année 2015, d’auto-publier un nouvel ouvrage sur KINTUADI-MAYELA ! L’unité dans le Respect de l’Altérité.

Sa réflexion est originalement une première dans l’étude de cette notion de solidarité ou de tolérance d’après la culture congolaise.

Le vivre ensemble est une noble cause et il apparaît comme une dynamique, d’après Théodulos Auguste KOUNKOU KUE, plus précisément une cause de l’être qui refuse de n’être défini que solitairement.

L’humain acquiert pleinement sa raison d’être lorsqu’il est, à la fois lui-même et autrui. Il devient un être social, c’est-à-dire un MUUNTU, c’est-à-dire, cet être qui adhère pleinement au principe de l’Altérité, et qui pour exister accepte ou intègre en lui la raison de vivre de l’autre qui, dans une certaine mesure est aussi lui-même.

C’est ce que l’auteur, Theodulos Auguste KOUNKOU KUE désigne par « KI-NTUADI » qui, chez les Koòngo, définit le « vouloir vivre ensemble » plus précisément, le fait de vivre en union et en communion par l’adoption d’un comportement social raisonnablement altruiste.

Mais « KI-NTUADI » qui apparaît comme une sorte de credo pour Theodulos KOUNKOU KUE n’est possible et effectif que lorsqu’il fait appel à certaines aptitudes.

Il faut que l’être qui aspire au « KI-NTUADI » s’inscrive dans l’univers de « MAYELA », c’est-à-dire de la sagesse et de l’intelligence.

A dire vrai, le mot MAYELA comporte le vocable de YELA auquel on associe le préfixe de MA.

En congolais, plus précisément en langue Koòngo, YELA signifie croître, mûrir, germer, grandir et le préfixe de MA en l’espèce exprime le pluriel. Muùntu wu mayela ma mingi menandi, dira-t-on en Koòngo, c’est-à-dire cette personne est détentrice de plusieurs aptitudes intelligibles qui, in fine, font d’elle une personne véritablement raisonnable.

C’est ainsi que, partisan de « KI-NTUADI », Theodulos KOUNKOU NKUE considère dans l’absolu qu’il n’est qu’une manifestation de MAYELA, c’est-à-dire d’une réunion d’un certain nombre d’aptitudes intelligibles qui invitent les êtres à s’aimer, à se respecter, à se comprendre, somme toute, à vivre ensemble pour le bien-être de tous.

L’univers de MAYELA est, d’après l’analyse de l’auteur, source de KI-NTUADI qui permet à l’être de se connaître véritablement, d’être en situation requise pour aller à la rencontre de l’autre qui n’est ni étranger ni autre chose que soi-même.

L’HUMAIN ou le MUUNTU est universel, pourrait-on dire chez Theodulos KOUNKOU KUE, parce qu’il est, à la fois, savoir, connaissance et donc aptitude à vivre ensemble tout en ayant pleinement la conscience d’être soi-même en respectant l’autre avec ou dans ses différences.

Theodulos KOUNKOU KUE est un auteur constant et perspicace et avec lui l’HUMAIN ou le MUUNTU est celui qui s’indigne dans les absurdités déjà évoquées dans ses précédents ouvrages comme « Nzenga », « Tsikulu », « Matalana » « Bukento », pour simplement promouvoir cet être qu’Emile cardinal BIAYENDA a qualifié d’homme conscient, libre, responsable, social, capable d’aimer.

« Epouser » la culture de l’autre ou des autres ne saurait aucunement, écrit Theodulos Auguste KOUNKOU KUE, submerger ou affecter l’identité de celle ou de celui qui y souscrirait, bien au contraire, cela redonnera, observe-t-il, plus de poids, plus de charme et de rayonnement culturel, d’autant plus que l’apport de ce qui est à autrui, utilisé à bon escient ne peut être qu’édifiant ! il ne s’agit nullement de succomber au syncrétisme ni à la tentation du métissage des cultures, mais à redonner la visibilité à nos particularismes, par-dessus le fond commun de nos similitudes. [P.130]

Ainsi, KI-NTUADI est « naturellement » la cause de l’être conscient, libre, responsable, social, capable d’aimer par ce que apte à la discipline pour être lui-même tout en étant ouvert, tolérant et réceptif face à l’identification culturelle de l’autre.

Telle est ici, l’invitation au voyage de Theodulos KOUNKOU KUE dans son nouvel ouvrage qui, une fois de plus conduira le lecteur amoureux des belles lettres de la littérature africaine, à la découverte des multiples chemins de « l’idéel » Koòngo de KI-MUNTU.

TAATA N’DWENGA

Pour la commande de l’ouvrage, prière de s’adresser : à Theodulos Auguste KOUNKOU KUE au 06.21.77.16.14.


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir