23/03/2017

Dernière mise à jour09:55:39 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Culture Liss Kihindou : Mwanana La petite fille qui parlait aux animaux

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Liss Kihindou : Mwanana La petite fille qui parlait aux animaux

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

L'écrivaine Liss Kihindou vient de publier aux éditions L'Harmattan son dernier livre, un roman pour la jeunesse qui est une sorte de conte des origines.

Au Congo-Brazzaville, dans le village de Kiyengué, les hommes et les animaux vivent en parfaite harmonie. La petite Mwanana, qui sert d’interprète aux uns et aux autres, est aimée de tous. Jusqu’au jour où Nioka, diabolique et machiavélique serpent, décide de semer le trouble et la zizanie. Une belle aventure à lire ou à écouter, servie par les magnifiques dessins de Terry Copaver.

Les deux extraits ci-après témoignent des bons rapports de Mwanana et les animaux chargés en valeurs naturelles.

"Mwanana était la troisième de la famille. A sept ans, elle comprenait tout ce que se disaient les animaux, prenant parfois part à leurs discussions. Il lui arrivait souvent de rire aux éclats, tellement les histoires qu’elle entendait et les débats auxquels elle assistait étaient hilarants. Sa petite sœur, Nsouka, qui avait à peine un an, riait avec elle quand elle se trouvait à ses côtés. Dans ces moments-là, leurs parents, Tâta Yinda et Mâma Houmba, se demandaient ce qui pouvait bien les faire rire toutes les deux. » (page 13) ***

« Sans plus se poser de questions sur les noix qui ne diminuaient pas du sac à provisions, car il faut prendre les bienfaits comme une bénédiction du Ciel, Mâ Houmba prépara sa sauce de mwamba Ngaji au moukalou et au poukalengué. D’autres femmes cuisinèrent du saka-saka, plat de feuilles de manioc, ainsi que des poissons d’eau douce enveloppés dans des feuilles spéciales, et cuits à la cendre chaude. On appelait ce genre de cuisson le mouvoumba. Il y avait aussi du poulet, des plantains et beaucoup de pains de manioc fraîchement préparés, le bon yaka dia mama. C’était vraiment la fête au village ! » (pages 52-53)

Clément Ossinondé

(source L'Harmattan)

Contact : promotion et diffusion Alexandra Laporte 5, rue de l'Ecole Polytechnique - 75005 Paris -Tel 0140467923 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. www.facebook.com/Editions.Harmattan t w i t t e r . .


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir