Vous êtes ici >> Actualités A la une Culture Une vedette et ses chansons : Jacques Elenga "Eboma" le Bourvil congolais

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Une vedette et ses chansons : Jacques Elenga "Eboma" le Bourvil congolais

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Quand précisément le 19 mars 1950 ce jeune venu de Brazzaville, atterrit à Kinshasa, après avoir été membre du groupe Victoria Brazza de Paul Kamba, ce fut une énorme surprise.

Eboma possédait un timbre de voix admirable, une technique vocale exceptionnelle et une invention qui avait fait l’admiration des meilleurs instrumentistes de la Maison Opika comme : Isaac Musekiwa, Albert Taumani, Gobi et Charles Mwamba « Dechaud » qui l’on accompagné dans ses chansons à succès comme " O mboka Faignond ", "Dit Ebo", "Lobi samedi", "Lingomba ya fière", etc.

Remarquable chanteur solo, l’œuvre d’Eboma a été influencée par les chansons populaires de la tribu "mbochi" conçues dans la forme moderne. Ce qui était un exploit à cette époque. Il s’était imposé d’ailleurs comme l’un des tous premiers jeunes brazzavillois qui a su mettre en relief les divers aspects de son talent de compositeur, subtil et constamment original. L’écrivain congolais Sylvain Mbemba lui a attribué le titre de « Bourvil congolais », notamment pour ses intonations semblable au chanteur français Bourvil.

Revenu à Brazzaville en 1970, il est admis comme présentateur à Radio Congo où il donne le meilleur de lui-même en brossant le tableau étonnant de l’anthologie de la musique congolaise. Il meurt en Août 1972 entre les siens notamment l’Union des Musiciens Congolais (UMC) qui lui rendit un hommage bien mérité.

Clément Ossinondé

Pratique : Vidéo ci-après, "Lingomba ya fier" d'Eboma interprété par J.Gandou.

https://www.youtube.com/watch?v=OS_-JiA10Vs

 


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir