Vous êtes ici >> Actualités A la une Culture L’Indépendance africaine : Un témoignage d’Harold NGANGA 51 ans après

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

L’Indépendance africaine : Un témoignage d’Harold NGANGA 51 ans après

Envoyer Imprimer PDF

L’accession à l’indépendance véritable, comme les luttes armées en cours à cette époque ont permis une renaissance culturelle.

Le combat libérateur, sous toutes ses formes est apparu logiquement comme une constante de l’africanité culturelle. Celle-ci a été une réalité essentiellement fondée sur les hommes issus d’une même terre, vivant sur le même continent voué inéluctablement de par le processus nécessaire de décolonisation à tous les niveaux et de libération globale, du même destin, malgré les particularités régionales ou nationales.

Parce qu’elle était liée au même combat, parce qu’elle était facteur de libéralisation nationale, continentale, parce qu’en définitive elle a été le ressort premier et final de l’homme et que seule elle était susceptible de constituer le premier fonds de résistance aux menaces qui pesaient sur l’Afrique, cette africanité a été dépassement du cadre national et régional.

C’est en quelque sorte, ce que le jeune artiste Harold NGANGA, la révélation 2010, tente de témoigner à travers son nouvel album dont ci-après le clip : « L'INDÉPENDANCE », actuellement dans les bacs.

Clément OSSINONDE, www.dac-presse.com

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir