Vous êtes ici >> Actualités A la une Culture Le coupé-décalé congolais, une véritable gangrène

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le coupé-décalé congolais, une véritable gangrène

Envoyer Imprimer PDF

Décalé dans l’intellect, décalé dans l’écriture, décalé dans la gestuelle corporelle. Comment recadrer le coupé-décalé congolais?

En posant cette problématique, je voudrais faire rebondir le libre propos du séminariste Alhadain Maath Nkounkou Nsondé, de l’Université catholique de la R.D.C (République Démocratique du Congo), paru dans le n°3170 de La Semaine Africaine. J’ai admiré la quintessence de la réflexion, je la loue et j’apporte ma pierre à l’édifice.

En fait, le coupé-décalé est un genre de musique mis sur la sellette par les jeunes artistes et créateurs ivoiriens, pour supplanter le «Ndombolo» de la R.D.C, qui après avoir conquis toute l’Afrique, ne proposait plus qu’une chorégraphie impudente, avec des textes obscènes aux animations frelatées, exposant la femme comme un objet de jouissance. Hélas! Les Ivoiriens, à leur tour et tous les adeptes du décalé continental, sont tombés dans le panneau, produisant des clips éhontés pour accompagner leur trouvailles musicales. Je revois ce clip d’un artiste ouest-africain, dans lequel le coup de rein de la danseuse était assimilé aux rotations du fan d’un ventilateur. Quelle horreur! Ainsi s’expriment les «décaleurs». Peu éloquents et pas du tout prosaïques, pour proposer des textes consistants aux mélomanes, ils s’obstinent à faire des «remake» de certains standards africains et de la diaspora, en y ajoutant une métaphore de bas étage. Pour le respect des valeurs fondamentales, je me garde de citer des exemples. Tous les D.J. (entendez leaders dans ce genre) ont versé dans la facilité, afin de sécuriser un public en quête du sensationnel. Pour ne pas les nommer, on les découvre, en passant quelques  moments dans les «ngandas» ou les restaurants de fortune qui vous proposent des «mabokés aux courges» ou le «ngoulou mou ma kô». Et pourtant! Pourtant, le coupé-décalé est un genre très alerte et très prisé par les adolescents, axé autour des cadences rythmant à fond la caisse, avec des refrains coulants et faciles à fredonner.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

La mélancolie du changement

Encore vivace, la sagesse universelle nous rappelle que les changements, même les plus souhaités, ont leur mélancolie. Oui, il est, certes, révolu, le temps où, sous le monopartisme, la Division censure au Département de la presse propagande et information décortiquait, de fond en comble, les œuvres littéraires, musicales, cinématographiques, picturales et théâtrales. Ainsi, les œuvres au contenu immoral étaient retirées de la circulation. L’on se souviendra, entre autres, de «Locataire» et «Falaswa» de Luambo Makiadi, alias Franco, et de «Couper souci» du Prince Gilbert Youlou Mabiala. Depuis 1990, cet ordre ancien a cédé la place à la libre expression et le coupé-décalé, comme l’une des conséquences, sans oublier sa diffusion des films du tableau x sur les antennes de certaines stations de télévision.

C’est, ici, que les décideurs et législateurs devraient être interpellés, afin de protéger les consommateurs des œuvres de l’esprit, avec la mise en place des institutions qui s’occuperaient de l’analyse du contenu.

© Fortuné Joachim MILONGO – La Semaine Africaine

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.



Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir