Vous êtes ici >> Actualités A la une Culture Les Larmes de Savhana

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Les Larmes de Savhana

Envoyer Imprimer PDF

A la mémoire de ceux qui viennent de s’éteindre à Brazzaville le 4 Mars 2012 dans la catastrophe de Mpila, sans oublier ceux qui souffrent encore sur les lits des hôpitaux, c’est une chanson douloureuse, intitulée « Les larmes » que notre sœur SAVHANA MAKOUNZI en cueillant-sélectionnant pour les familles congolaises tous les genres de mots, toutes les tonalités qui poussent aux larmes.

Rarement, dans les limites d’un seul chant, une telle sensibilité aura été atteinte entre « vocal » et « instrumental ». Pourvu que SAVHANA MAKOUNZI fasse désormais partie du petit cercle des chanteuses hors-normes devant lesquelles ceux qui aiment tout ce qui s’exprime par la chanson s’inclinent tendrement.

Loin du petit village Ngombe dans la Sangha, c’est un autre chanteur RUFIN HODJAR, qui n’est pas resté insensible à ce que le peuple congolais vient de subir. Il laisse flotter langoureusement le voile de sa peine dans le poème ci-après :

« La nuit était apparemment calme

Mais qui pouvait avoir le sésame

Pour deviner ce lendemain sombre

Qui secrètement projetait son ombre

Pour porter un coup fatal

Dans ce quartier de la capitale

Qui s’est transformé en brasier

Avec le concert macabre des obusiers

Ils habitaient ce paisible terroir

Qui s’est transformé en mouroir

Donnant une image apocalyptique

Puis revêtir un aspect fantomatique

En un laps de temps

Dans un climat inquiétant

Emportant les âmes de ces innocents

Qui aujourd’hui payent de leur sang

Nous sommes plongés dans la tristesse

Les choses se sont passées en vitesse

Et l’on ne cesse de se questionner

Tellement qu’on est étonné

La providence nous a-t-elle abandonné

Alors que nous lui avons tout donné

Pourquoi cet acharnement du sort

Qui nous laisse sans réconfort

Face à ce drame inimaginable

Notre peine est inconsolable.

Car en ce dimanche noir

Nous avons perdu nos manoirs

Des êtres qui nous étaient chers

Ont souffert dans leur chair

L’espérance devient illusoire

Quant à la vie, dérisoire

Tous les jours nos larmes coulent

Image du désarroi qui en découle

L’immensité de la douleur au cœur

L’intensité des pleurs en chœur

Montrent notre impuissance

Et justifie notre innocence

Toute la nation endeuillée et attristée

Emportée dans un élan de solidarité

Assiste ses pauvres victimes

Qui pourtant avaient notre estime

Elle traverse des moments douloureux

Dans un contexte malheureux.

Quelle sera la couleur de l’avenir

Cette question reste à définir

Mais, le souvenir de ces visages meurtris

Restera gravé dans la mémoire de la patrie »

SHAVANA et RUFIN HODJAR dans un même élan de sensibilité et de solidarité montrent à quel point, ils peuvent contribuer à atténuer la douleur du peuple congolais meurtri.

Notons que le clip de SAVHANA est réalisé avec la contribution de Jules CHIGARD, Laurette NEIGE, JC MOUNA et GINO

Clément OSSINONDE

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Commentaires  

 
+1 #1 El Kkwakyr 29-03-2012 07:03
Felicitations a notre soeur pour cette chanson
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir