Vous êtes ici >> Actualités A la une Culture Antoine Moundanda et son « Likembé géant », une gloire impérissable

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Antoine Moundanda et son « Likembé géant », une gloire impérissable

Envoyer Imprimer PDF

Les faiseurs de chansons sont plus forts que tous les faiseurs de lois…

Dans les propos de Thalès, le grand philosophe anatolien de l’Antiquité, nous pouvons aujourd’hui retenir ce qui suit quant à l’audience, la persuasion et la puissance des artistes musiciens : «Les faiseurs de chansons sont plus forts que tous les faiseurs de lois, les assoiffés de pouvoir, d’honneur et de domination». En effet, plusieurs raisons liées à la sociologie, à l’histoire, à la culture et surtout à l’anthropologie expliquent cette posture du philosophe Thalès de Milet.

En effet, né en 1928 à Kinkala dans le Pool, Antoine Moundanda a tiré sa révérence, depuis le 2 avril 2012, à Brazzaville. Mort à l’âge de 84 ans, il a été l’un des monuments vivants de la musique des deux rives du fleuve Congo pour avoir œuvré, des années durant, aux côtés de Paulo Kamba, Wendo Kolossoy, Bowané, Sylvère Tsamas, Massamba Lebel, Adou Elenga, Eboma, Emmanuel Dadet Damongo, Guy Léon Fylla et bien d’autres pionniers, dans l’éclosion, le perfectionnement et surtout le développement de la rumba congolaise.

«Qu’est-ce que c’est ? Ça c’est quoi ça ?»

Très proche  de la tradition populaire, Antoine Moundanda grâce à son instrument fétiche, «la Sanza»,  chansonnait les menus faits de la vie quotidienne. Ces millions d’admirateurs seront loin d’oublier l’un de ses refrains les plus célèbres à savoir : «Qu’est-ce que c’est ? ça c’est quoi ça ?»

Père d’une grande famille, Antoine Moundanda aura joué sa partition jusqu’au soir de sa vie, pleine, riche, sans histoire monumentale, sans démesure, sans tricherie et sans polémique inutile.

Le folklore aura été l’un des principaux inspirateurs de sa musique, très perfectionnée et mélodieuse. Très  doué, dès son jeune âge,  - comme nombre de jeunes artistes de son époque - Moundanda avait compris la nécessité d’innover, de perfectionner l’art musical en y associant et incorporant, intelligemment, des instruments de musique locaux. C’est pour avoir eu ce mérite qu’en 1955, Antoine Moundanda s’est vu décerné le Prix Osborn.

A ce titre, il aura une gloire impérissable qui, avouons-le, à la différence de la plupart des artistes  congolais baignés dans l’immoralité et les obscénités.

Chez Moundanda, la société toute entière apparaissait comme une fresque vivante

Assurément, l’œuvre musicale du doyen Antoine Moundanda résistera, absolument, à l’épreuve du temps et de l’espace. Chez Antoine Moundanda, la société toute entière apparaissait comme une fresque vivante dans la composition de laquelle se distinguent, jusqu’à ce jour,  tous les actes, les gestes de la vie de tous les jours.

Car, mêlant avec élégance, le sacré et le profane, le burlesque et l’insolite, Antoine Moundanda a été l’un des peintres privilégiés de notre histoire commune, disséquée et autopsiée à fond par les sons fantastiques de son Likembé.

Signalons que la Sanza ou le Likembé est un produit de la lutherie locale très connu de tous les Congolais et de tous les peuples Bantous, sous diverses appellations entre autres «Esanzo», «N’gonfi», «Sansi», «marimba», etc.

Dans le grand catalogue des instruments de musique locaux introduits dans la musique moderne des deux Congo, il y a le Bitsatsa, le Patengé, le Bongo, le Mkwaka, le Gong en forme de cloche double, le tam-tam principal à savoir le Ngudi (la mère), le plus petit (Mwana Ngoma).

Et, reprise en charge par de nouveaux défis liés à l’histoire sociétale, la musique traditionnelle voire traditionnelle des peuples du Congo, s’est vite adaptée aux attentes de nouveaux auditoires, aux nouvelles tendances qui, n’auront pas laissé indemnes, le contenu et surtout le rendu des œuvres musicales de notre époque.

Avec son groupe «Likembé géant», Moundanda nous a offert, tout au long de sa carrière musicale, un modèle de créativité et d’ingéniosité dont nous aurons tort de ne pas profiter.

Aujourd’hui, il revient plus que jamais aux jeunes artistes Congolais de  s’inspirer d’Antoine Moundanda afin d’éviter la monotonie, le plagiat, la facilité et toutes les maladies chroniques des artistes musiciens du Congo et de la RDC à savoir la mendicité, les danses obscènes, la désinvolture, le fanatisme politique et la pauvreté thématique et rythmique.

Artiste recherchiste et assagi, Moundanda a rempli sa mission au Congo et à l’étranger

C’est à Léopoldville, aujourd’hui, Kinshasa en République Démocratique du Congo, qu’il commence sa longue carrière musicale en produisant son tout son premier opus. Le succès est à son comble auprès des milliers de mélomanes et «Nguémbo» de Kinshasa et de Brazzaville qui adoptent les notes insolites de sa Sanza. Père d’une grande famille, Antoine Moundanda aura joué sa partition jusqu’au soir de sa vie, pleine, riche, sans histoire monumentale, sans démesure, sans tricherie et sans polémique inutile. Artiste complet et assagi, Moundanda a rempli sa mission. Il revient, aujourd’hui, à l’un de ses émules, à savoir «Papa Courant» de perpétuer l’œuvre du doyen Moundanda, invité au banquet du Seigneur.

Le dernier hommage rendu à Antoine Moundanda s’est déroulé, le 13 avril 2012, à son domicile à Ouenzé, en présence du ministre Matson Hellot Mampouya, M. Célestin Akoulafoua Mvoula, représentant le ministre de la Culture et des Arts, ainsi que de nombreux artistes et invités de marque C’est dans ce climat de tristesse que les Bantous de la Capitale, Clotaire Kimbolo, Zao, Jacquito Wa Pungu, la Chorale Ngunga, etc. ont exécuté, avec maestria, quelques refrains en mémoire du «Vieux Mound’»

Enfin, après la messe de requiem dite en l’église Jean Marie Vianney de Mouléké, le corps de l’illustre disparu a été conduit au cimetière de Wayako. Paix à son âme.

Jean Bruno AYEL’O

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.


Commentaires  

 
0 #4 آهنگ جدید 21-02-2017 01:00
Quality articles is the crucial to be a focus for the visitors to pay a visit the web site, that's what this website is providing.
Citer
 
 
0 #3 Leather Armor 03-02-2017 17:35
Wow! In the end I got a webpage from where I can really take useful information concerning my study and knowledge.


Feel free to visit my page; Leather Armor: http://Www.Progettopaeseeau-Oman.it/?option=com_k2&view=itemlist&task=user&id=1032038
Citer
 
 
0 #2 ethnic group 29-08-2016 14:58
Je suis obligé de reconnaître que vous maîtrisez bien le sujet,
l’article est merveilleusemen t intéressant
Citer
 
 
0 #1 Oana 13-06-2013 18:03
Hi, do you speak English? I'd like to get in touch about Antoine Moundanda, in regard to a very special project where I hope to be able to feature his music. Appologies but my French is...absent. Look froward to hearing from you! Thank you.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir