Vous êtes ici >> Actualités A la une Culture Il était une fois, un grand orchestre: Sinza « Kotoko »

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Il était une fois, un grand orchestre: Sinza « Kotoko »

Envoyer Imprimer PDF

Si l’on veut se faire une idée de ce qu’était la Rumba « Soukous » d’hier, il suffit d’écouter « Ma Loukoula ».

Le dialogue raffiné des voix et des instruments : le petit côté folk, aujourd’hui disparu, n’a pas connu d’émule. Surtout dans l’importance prépondérante que représentait la basse ; et les textures rythmiques plus recherchées, plus complexes, imposant aux danseurs d’inventer de nouveaux pas.

A cette époque, tout se faisait « à la main » : pas de percussions électroniques, ni des cuivres synthétisés. Du vrai sax, comme au bon vieux temps du « Walla ». Et un bonhomme pour taper avec modulation les peaux des Tumbas. La musique typique dans toute sa jouissive splendeur. Mais, hélas ! SINZA n’est plus de ce monde, depuis les années 80.

Pour la petite histoire, 1964 nous rappelle la création de l’orchestre SUPER TUMBA ; orchestre de Ouénzé qui - après Orphée Jazz - a conquis la célébrité à Brazzaville. C’est grâce à ses principaux acteurs Gabriel DIANZOLO, Jacques KIMBEMBE, Anatole BOKASSA et Hyacinthe MALONGA, que l’orchestre SUPER TUMBA voit le jour en 1964, au bar « Vis-à-vis » de Ouénzé, avant de devenir SINZA « Kotoko » en 1965. En 1968 arrive Pierre MOUNTOUARI qui va jouer un rôle important dans l’affermissement du groupe. Notamment avec le lancement des titres à succès comme « Veve », « Ma Loukoula », « Mavoungou »… parus aux éditions Pathé Marconi, fruit d’une équipe cohérente et solide.

Le succès le plus phénoménale de l’orchestre SINZA, est sa participation à Tunis en juin 1973 au Premier Festival Panafricain de la jeunesse. Il a séduit tout un peuple, au point où malgré la présence charismatique de TABU LEY et l’Afrisa, n’a pas empêché à SINZA d’obtenir la médaille d’or du Festival. SINZA avait réussi en refusant la facilité offerte par la vogue « Soukous disco » et « Soum Joum », pour jouer une musique basée sur le tradi-moderne qui a montré que le groupe avait parfaitement assimilé les idées lancées par les chanteurs Ange Linaud NDJENDO et Théophile BITSIKOU « Théo »,. Tous les deux avaient fait partie de la délégation congolaise.

Dans SINZA « Kotoko » de 1973, notons une parade des monstres. Le petit monde découvert et puis lancé par le Chef Gabriel DIANZOLO « Ya Gaby » : Alphonse BAHOUKA, SAH LOMON, Fidèle SAMBA, Jean KALONGA, Luc NKOUNKOU, Victor MAMPOUYA, MAKOSSO, Anatole BOKASSA, qui ont tous, connu, une grande notoriété sur la scène musicale congolaise.

Clément OSSINONDE, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir