Vous êtes ici >> Actualités A la une Culture Les précurseurs de la musique congolaise moderne

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Les précurseurs de la musique congolaise moderne

Envoyer Imprimer PDF

Parmi les acteurs de la musique congolaise des années 40/50, qui ont connu une grande audience et une réputation flatteuse à travers l’Afrique – outre Paul KAMBA, Antoine KOLOSOY « Wendo » et bien d’autres noms sur les deux rives du Congo - citons les congolais du Katanga et les angolais de San Salvador de M’banza Kongo.

Ils avaient chacun leur style. La structure de leur musique comportait déjà les quatre éléments essentiels de toute musique (harmonie, sonorité, mélodie et rythme) et les instruments marquant le rythme avaient une grande importance. C’est le cas des trois groupes ci-après :

I - LE GROUPE SAN SALVADOR (Angola)

Ce groupe était constitué par le quatuor Edouard BILA, Henri FREITAS, Georges Edouard DULA et le chef du groupe Manuel MAYUNGU D’OLIVEIRA. Tous ont appris à jouer la guitare auprès d’un musicien belge, ainsi que des musiciens ouest-africains qui exerçaient le métier des « krou-boy » (matelots) dans les navires accostant à Luanda. C’est ainsi qu’ils parvinrent à acquérir la technique de jouer la « Polka piqué », rythme qui était la spécialité du groupe ; On lui doit des grands succès comme « Maria Tchebo », « Mwasi kitoko kolala na nkuala », Elongi ya chérie lokola mwinda », « Chérie Bondowe »…qui évoquent tous la beauté de la femme congolaise. Dans certaines de leurs chansons la présence de l’organiste belge des éditions Ngoma ; Gilbert WARNANT au solovox est très marquante. Chef du groupe, et membre influent des éditions Ngoma, Manuel MAYUNGU D’OLIVEIRA a composé sans relâche et a obtenu une large audience auprès du public. Il est mort en 1984 en Angola, sans avoir connu les honneurs qu’auraient pu lui réserver ses nombreux fans de Kinshasa et de Brazzaville.

II - LEON BUKASA ET LE GROUPE « WATOTO WA KATANGA »

A puisé aux sources du folklore pour composer de ravissantes chansons de caractère populaire. Il fonde à la fin des années 40 son groupe « Watoto wa Katanga » dans lequel l’élément du rythme (deux guitares et une mandoline) est étudié avec précision, rigueur et variété, avant de gagner des lettres de noblesse en 1952 à Kinshasa. Il a composé avec bonheur en lingala, en swahili et en tshiluba dans un style clair et précis. « Congo na biso basi bayebi kolata », « Mantara mwasi kitoko », « Kitambala moko », « Bibi yangu », « Ya biso na ye esila te », etc. sont des œuvres débordantes de vie, de gaieté, qui ont connu un succès extraordinaire. Son plus grand chef d’œuvre, est sans conteste « Clara Badimwene » réalisée en compagnie du guitariste Antoine NEDULE « Papa Noel » en 1956 aux éditions Ngoma. C’est depuis 1974 que Léon BUKASA a quitté ce monde.

III)- LE TRIO B. O. W.

Le Trio B.O.W. regroupait trois acteurs professionnels des éditions Ngoma  ci- après : BUKASA – d’OLIVEIRA – WENDO. Ils sont considérés comme les « trouveurs », des inventeurs de la chanson savante, dont l’œuvre formait dans son immensité un tout représentatif d’un génie national qui synthétisait sans effort les tendances de son temps en lui imprimant la marque d’une personnalité multiforme. Appartenant chacun à son groupe, les trois guitaristes-chanteurs BUKASA, d’OLIVEIRA et WENDO se retrouvaient régulièrement en concert ou en studio pour exécuter à l’unisson des mélodies dont le rythme épousait étroitement les accords de la rumba pure. Leurs plus célèbres œuvres datent de l’année 1955 : « Sango ya bana Ngoma », « Victoria apiki drapeau », « Yoka biso ban’Angola », « Landa bango », et, Leur talent a longtemps contribué au développement et au prestige des éditons Ngoma.

La période où ces groupes ont évolué, était essentiellement l’âge des grands noms. On y rencontrait surtout des remarquables chanteurs ténor s’accompagnant à la guitare. Les éditions Ngoma ont procuré pour eux, des grands musiciens belges pour améliorer leurs enregistrements en studio.

Clément OSSINONDE, clement.ossinonde@sfr

14_congo_na_biso_basi_bayebi_kolata.mp3 14 Congo na biso basi bayébi kolata.mp3 (2.88 Mo)

Commentaires  

 
0 #1 MAIKA MUNAN 06-08-2014 09:40
IL ETAIT TEMPS .BRAVO
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir