Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie Pillage du pétrole congolais : Les secrets de l'enquête Collard

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Pillage du pétrole congolais : Les secrets de l'enquête Collard

Envoyer Imprimer PDF

L'enquête du ministère public suisse sur les opérations du trader Pascal Collard au Congo-Brazzaville menace les règles bien établies des attributions de barils dans le pays. Depuis près d'un an, l'affaire fait les gorges chaudes du petit monde des traders genevois spécialisés sur le golfe de Guinée.

Tout le monde connaît au moins l'un des protagonistes de l'opération sur laquelle enquête le ministère public suisse depuis janvier 2013 (AEI nº682). Surtout, les négociants s'inquiètent que cette affaire ne vienne bouleverser le petit marché du brut congolais. Le mois dernier, comme l'a révélé le quotidien suisse, Le Temps,Gunvor, ex-employeur de Pascal Collard, a porté plainte contre lui.

La société a toujours maintenu n'avoir eu aucune connaissance de ses agissements.

Le marché du brut est supervisé par Denis Christel Sassou N'Guesso, dit "Kiki", fils du chef de l'Etat Denis Sassou N'Guesso, et directeur général adjoint de la Société nationale des pétroles du Congo. Deus ex machina du secteur, "Kiki" n'apparaît jamais dans aucune vente de barils mais désigne aux négociants désireux d'obtenir des cargos les intermédiaires congolais avec lesquels ils doivent travailler (son ancien conseiller juridique Blaise Elenga, qu' AfricaEnergy Intelligence avait désigné par erreur comme l'un des protagonistes de l'affaire Collard, y est en réalité totalement étranger). Quand Pascal Collard a négocié l'achat, en 2009, de 18 cargos de 920 000 tonnes avec une décote de quatre dollars, il s'est vu désigner deux partenaires : Maxime Gandzion, ancien cadre chez Total Gabon, ex-conseiller de feu Omar Bongo, et actuellement chargé de mission à la présidence congolaise ; et le Français Jean-Marc Emmanuelli, proche d'Edgar Nguesso, neveu de Denis Sassou Nguesso et actuel directeur du domaine présidentiel congolais.

Quant à Gandzion, il fait partie de la nomenklatura : il est le fils du ministre de l'éducation du père de l'indépendance congolaise, Fulbert Youlou (1960-1963). Longtemps très proche de Denis Christel, qui l'a introduit auprès de son père, il voit aujourd'hui ses comptes à Monaco bloqués suite à cette affaire.

© Africa Energy Intelligence


Commentaires  

 
0 #7 akoua 27-03-2013 00:24
en plus ce christel sassou n'a pas le visage de la soufrance hein? il est toujour heureux sur toutes ces photo par rapport au congolais que je vois a la tele. des quartier nord et sud.
Citer
 
 
+1 #6 akoua 27-03-2013 00:15
tous les president du congo sans exception ont piller le pays. si les fondement d'une maison ne sont pas solide elle s'ecroulera .les francais nous ont donner l'independance ,nous l'avons pas meriter car nous n'etions pas pret. l'independance ne se donne pas mais ca s'arache. si nous utilisons la force sur chaque president ,nous aurons des guerre sans fin. les congolais m'etonne ce qui vous interesse c'est juste le pouvoir alors que le probleme de la monaie personne n'en parle. ne s'avez vous pas que nous somme fonder et demeurons dans un systeme coloniale? tand que nous n'aurons pas compris cela nous ne nous developperons jamais car les francais ne veulent pas que l'afrique se develope de peur qu'elle ne puisse maintenant etre dans la court des grand et qu'elle puisse lui echaper. ce qui m'etonne chez nous les congolais c'est que ce sont ceux qui se disent intellectuelle qui n'arrivent pas a comprendre ces base elementaire, ils sont juste fanatique a compagner de la haine de l'autre
Citer
 
 
0 #5 Ntsakala Bakala 21-03-2013 17:20
faire quoui, bin la guerre monter une rebellion quiitte a v faire disparaitre le tribalisme le nespotislme a atteint des sommets tels? et c'est courru de tous ce tyran ne partira jamais.il ne connait qu'un langage la force.allons-y au tampon.advienne que pourra.
Citer
 
 
0 #4 Georges Massa Kidy 21-03-2013 17:18
Quand on sort de la forêt et qu'on est bombardé ministre ou directeur de machin, crois-tu qu'on sait quoi faire. ERIC tombe des nus. Tu fais semblant ou pas? Tu risques d'avoir des problèmes avec les membres de ton MCDDI 2 qui eux sont en accord parfait avec le système de pillage des prédateurs. Peut-être que tu cris pour qu'on te donne quelque chose ou un os à croquer...
Citer
 
 
0 #3 Theophile Mbemba 21-03-2013 17:16
Continuer à nous nourrir par ce regard acéré sur l'incongrue réalité qui, mieux que le discours politique ambiant, rend compte de l'impasse des élites.
Citer
 
 
0 #2 PatrickEric Mampouya 21-03-2013 17:15
La bourgeoisie locale fabriquée de toute pièce à coup de cargaison frauduleux de pétrole, de corruption et de saignée des deniers public n’a aucune créativité pour transformer leurs fortunes ou les idées des congolais en projets et en réalisations concrètes créatrices d’emplois.
Quand aux investisseurs institutionnels (les banques), qui font de la méfiance la première de leurs règles, ils préfèrent regarder s’entasser leur trésor que de faire fonctionner l’économie.
Au Congo comme ailleurs les investissements des pouvoirs publics sont les plus importants sauf qu’ici, la part de l’état dans l’économie locale atteint des sommets.
Rares sont les entreprises ou les opérateurs économiques qui peuvent se passer de la tétine du trésor public…
C’est vraiment un drôle de pays.
Citer
 
 
+1 #1 PatrickEric Mampouya 21-03-2013 17:13
Drôle de pays
Au Congo nous avons le pétrole, les idées et la bêtise en plus…
"La France n’a pas de pétrole mais elle a des idées", c’est avec ce slogan que la France affronta le premier choc de la crise pétrolière des années 70 ; ce slogan sibyllin avait pour but d’encourager la créativité et de pousser les investisseurs à plus d’audace et de témérité.
Le Congo Brazzaville a du pétrole et des idées. Tous les congolais ou presque ont des idées (même les chiens ont des idées au Congo), et pourtant la paupérisation et le marasme économique atteint ici des sommets. Impressionnant que les congolais eux-mêmes ne semblent plus ne croire en leurs capacités.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir