Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie Sassou Nguesso n’a pas tenu ses promesses sur l’utilisation des Crédits IDA et dons de la banque mondiale accordés au Congo

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Sassou Nguesso n’a pas tenu ses promesses sur l’utilisation des Crédits IDA et dons de la banque mondiale accordés au Congo

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Qu’a-t-il donc fait des milliards de ces crédits IDA et dons de la Banque Mondiale ? Sassou Nguesso n’est-il pas entrain d’hypothéquer encore l’avenir du Congo ?

Voici la liste de quelques crédits et dons que la Banque mondiale a accordé au Congo Brazzaville :

PRÊTS ET CRÉDITS 01 juin 2012

Congo Brazzaville: Crédit de la Banque mondiale pour créer des emplois et diversifier l’économie
10 millions de dollars pour le développement durable du secteur forestier
WASHINGTON, 1er Juin 2012 –Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé le 24 mai 2012 un crédit de l’Association internationale de développement (IDA) d’un montant de 10 millions de dollars des États-Unis au titre du financement du Projet Forêt et Diversification Économique (PFDE) pour la République du Congo.
Ce crédit aidera à diversifier l’économie congolaise et à créer de nouveaux emplois, ce qui constitue actuellement une priorité majeure pour le gouvernement. Le secteur forestier est le plus grand fournisseur d’emplois formels au Congo après la fonction publique, et il a été identifié par le gouvernement comme un des quatre secteurs-clé pour diversifier l’économie, qui est trop dépendante du pétrole.
Sylvie Dossou Kouame, Chef pour les Opérations de la Banque mondiale au Congo, indique que : «  Le gouvernement du Congo s’est engagé à améliorer la gestion forestière et à créer de nouveaux emplois dans le secteur. La contribution du Congo à ce projet est de 22,6 millions de dollars, plus du double du crédit fourni par la Banque. Il est donc évident que le partenariat entre la Banque mondiale et le Congo repose plus sur notre capacité à mobiliser l’assistance technique de haute qualité que sur notre financement. »
Le PFDE permettra de renforcer la capacité de la République du Congo : (i) à promouvoir une meilleure application de la législation forestière ; et (ii) à améliorer l’environnement des réformes pour la participation des communautés locales, ainsi que du secteur privé dans la  gestion durable des forêts  et dans le reboisement.

« Le Congo est déjà un leader en ce qui concerne l’aménagement forestier, avec le pourcentage le plus élevé de forets certifiées par le Forest Stewardship Council dans la sous-région », affirme Simon Rietbergen, chargé de projet à la Banque mondiale. « L’assistance technique qui sera fournie par ce projet aidera le gouvernement à généraliser les meilleures pratiques de gestion forestière et à fournir des appuis stratégiques aux communautés locales et les petites entreprises forestières ».
Ce projet va s’exécuter sur une période de cinq (5) ans.

PRÊTS ET CRÉDITS
Commission des forêts d’Afrique centrale : Projet dans le bassin du Congo
Washington, 14 juillet 2011—Le Conseil des Administrateurs de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui le projet suivant :

Don de la Caisse du FEM : 13 millions de dollars EU
Numéro du projet : P113167

Description du projet : Ce projet a pour objectif de renforcer les capacités des pays du bassin du Congo en matière de réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des sols (REDD+), et pour ce qui concerne en particulier les mesures des stocks de carbone forestier. Les pays du bassin du Congo sont le Cameroun, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon et la République du Congo.

PRÊTS ET CRÉDITS
Congo Brazzaville : La Banque mondiale approuve un don de 25,5 millions de dollars au titre du Projet Eau, Électricité et Développement Urbain
WASHINGTON, 30 mars 2010―Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé le 25 mars 2010 un don de l’Association internationale de développement (IDA) de 25,5 millions de dollars américains au titre du Projet Eau, Électricité et Développement Urbain (PEEDU).
Ce financement de l’IDA sera complété par une contrepartie du gouvernement congolais pour un montant de 100 millions de dollars.
Le PEEDU est un exemple du nouveau programme de partenariat de la Banque avec la République du Congo. Dans ce cadre, les fonds de la Banque vont de plus en plus servir de fonds catalytiques pour mobiliser les ressources internes du Congo issues du pétrole pour aider le pays à améliorer la sélectivité et l’efficacité de ses propres programmes.
Le projet a pour objectif d’accroitre l’accès durable des habitants des zones ciblées des villes de Brazzaville et de Pointe-Noire aux infrastructures de base, aux services et à l’eau potable.
Il comprend trois composantes :
Composante 1 : Infrastructures Urbaines et Services. Cette composante vise à accroitre l’accès aux services sociaux de base dans les zones ciblées du projet. Elle comprend deux sous-composantes : (i) infrastructure urbaine et services et (ii) appui aux institutions.
Composante 2 : Fourniture d’Eau. L’objectif de cette composante est d’accroitre l’accès durable à l’eau potable pour les habitants de Brazzaville et Pointe-Noire et améliorer la gestion du sous-secteur de l’eau en milieu urbain. Elle comprend deux sous-composantes : (i) amélioration et extension des services de fournitures d’eau à Brazzaville et Pointe- Noire et (ii) appui à la réforme du secteur de l’eau.
Composante 3 : Réforme du Secteur de l’Electricité. L’objectif est de développer une stratégie pour la réforme du secteur de l’électricité et améliorer la capacité du Gouvernement à mettre en œuvre la réforme. Elle comprend les deux sous-composantes suivantes : (i) Appui au Ministère de l’Energie et Hydraulique pour la réforme du secteur de l’électricité et à la SNE ; (ii) Appui au Ministère de l’Energie et de l’hydraulique dans la mise en œuvre de la réforme.
Ce projet va s’exécuter sur une période de cinq (5) ans.
La réalisation des activités éligibles du PEEDU touchera près de 1.200.000 habitants dans les villes de Brazzaville et Pointe-Noire.Pour ce qui est de l’exploitation, seuls 4 permis ont été attribués à ce jour
(tout au moins depuis l’entrée en vigueur du Code minier de 2005), à 3 sociétés, sur des cibles connues depuis longtemps. Même s’il est difficile de prévoir avec certitude leur
développement à venir, ces permis correspondent indéniablement aux projets les plus avancés au Congo:

PRÊTS ET CRÉDITS
République du Congo : Projet eau, électricité et développement urbain
Washington, 25 mars 2010—Le Conseil des Administrateurs de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui le projet suivant :
Crédit IDA : Équivalent de 25,5 millions de dollars US
CONDITIONS : Échéance = 20 ans ; différé d’amortissement = 10 ans
Numéro du projet : P106975
Description du projet : Le Projet eau, électricité et développement urbain vise à accroître durablement l’accès des habitants des zones ciblées (Brazzaville et Pointe-Noire, en République du Congo) aux infrastructures de base, aux services et à l’eau potable.

PRÊTS ET CRÉDITS
République du Congo : Projet d’appui à la diversification économique
Washington, 16 décembre 2010—Le Conseil des Administrateurs de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui le projet suivant :
Crédit IDA : Équivalent de 10 millions de dollars EU
Conditions : Échéance = 20 ans ; différé d’amortissement = 10 ans
Numéro du projet : P118561

Description du projet : Ce projet a pour objectif de promouvoir la croissance du secteur privé et l’investissement dans les secteurs non pétroliers de l’économie congolaise.

PRÊTS ET CRÉDITS
République du Congo : Projet d’appui à l’éducation de base
Washington, 09 juin 2009—Le Conseil des Administrateurs de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui le projet suivant :
Don IDA : Équivalent de 15 millions de dollars EU

Numéro du projet :  P113508

Description du projet : Le Projet d’appui à l’éducation de base en République du Congo vise à améliorer la fourniture des services d’éducation de base dans ce pays, en termes d’efficacité, de qualité et d’équité, et de contribuer ainsi aux efforts entrepris par le gouvernement en vue d’assurer un enseignement primaire de qualité pour tous d’ici à 2015. Pour parvenir à cet objectif, le financement additionnel envisagé se donne de mettre en œuvre un programme d’action qui s’articule autour des quatre axes suivants : aider le gouvernement à élaborer et exécuter un plan viable à long terme pour le secteur de l’éducation, portant sur tous les niveaux d’enseignement et situé dans le contexte de l’Initiative d’accélération de l’éducation pour tous (EFA-FTI) ; renforcer les capacités du Ministère de l’enseignement primaire et secondaire chargé de l’alphabétisation, pour ce qui est en particulier d’améliorer la planification et la gestion des ressources humaines et du budget, et de rendre les Directions départementales de l’enseignement primaire et secondaire chargées de l’alphabétisation (DDEPSA) mieux à même d’apporter un appui au système scolaire ; contribuer à une plus grande équité dans la prestation de services par la fourniture de manuels gratuits et la concentration des efforts de développement des infrastructures sur les zones insuffisamment desservies ; et apporter un appui aux jeunes non scolarisés et aux populations exclues, telles que les Pygmées.

Publié par SUKISSA, le 6/06/2013

 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir