17/10/2017

Dernière mise à jour09:56:41 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie Congo:prêt de 38M€ pour la Centrafrique

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo:prêt de 38M€ pour la Centrafrique

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le Congo a accordé à la Centrafrique un prêt de 25 milliards de FCFA (38,1 millions d'euros), pour aider le processus de transition en cours à Bangui, a déclaré samedi à la radio nationale le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye.

"Vous connaissez tous la situation financière de notre pays avec la crise que nous avons traversée et qui n'est pas terminée. Nous ne pouvons pas faire face à nos engagements. L'Etat est confronté à des difficultés de trésorerie, et c'est la raison pour laquelle j'ai demandé au gouvernement congolais de faire un prêt", a déclaré M. Tiangaye au retour d'une visite de travail à Brazzaville.

"La convention de ce prêt a été signée d'un montant de 25 milliards FCFA. J'ai instruit le ministre des Finances d'accomplir très rapidement les formalités auprès de la banque centrale, pour que la première tranche de 12,5 milliards soit décaissée avant la fin du mois de juin. La deuxième tranche sera décaissée au mois de septembre", a-t-il ajouté. Pays pauvre enclavé au cœur du continent africain, la Centrafrique, tire l'essentiel de ses ressources des recettes fiscales.

Depuis la prise du pouvoir fin mars par la coalition Séléka, le nouveau pouvoir peine à remettre en route un appareil de production délabré, alors que le pays reste en proie à l'insécurité et aux pillages.

Par Le Figaro.fr avec AFP 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir