17/10/2017

Dernière mise à jour09:56:41 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie Congo-Brazzaville : 2015, annus horribilis pour le pétrole

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville : 2015, annus horribilis pour le pétrole

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le dernier rapport de l'ITIE révèle que Brazzaville a de quoi s'inquiéter pour ses recettes pétrolières à venir.

La baisse du prix du baril risque d’avoir des retombées très violentes sur le budget du Congo-Brazzaville, alors même que près d’un baril vendu sur deux sert à rembourser des prêts et que le grand projet pétrolier actuellement en développement, Moho Bilondo (Total), ne sera pas mis en service avant 2016. En 2015, le président Denis Sassou Nguesso ne devrait pouvoir compter que sur le lancement par Chevron de la production du gisement de Lianzi, dont les 46000 baril/jour seront partagés avec l’Angola du fait de sa localisation dans la zone de développement conjoint.

Le cabinet de conseil financier Fair Links vient de publier le rapport 2013 pour l’Initiative pour la transparence dans les initiatives extractives (ITIE) portant sur les revenus pétroliers et miniers du Congo-Brazzaville. Ce document démontre la fragilité du pays.

Premier constat : la production a baissé de 10% entre 2012 et 2013 pour atteindre 240 000 b/j, alors que ce secteur représente 75% des revenus du Congo-Brazzaville mais ne fait vivre que 2000 salariés.

Plus inquiétant encore, sur les 5,1 milliards de dollars de revenus de 2013, une partie très significative n’a jamais atterri dans les caisses de l’Etat, étant directement dirigée vers le remboursement de prêts contractés, en partie pour la construction d’infrastructures. Ainsi, sur les 49 millions de barils vendus par Brazzaville en 2013, 21 millions ont été affectés à ce remboursement. C’est le premier producteur du pays, l’italien ENI, qui a signé ce type d’accord « pétrole contre prêt » avec l’Etat. Ce système a notamment permis de construire la Centrale électrique à gaz du Congo (300 MW), en fonction depuis 2011, sans que Brazzaville ne sorte le moindre sou. Les conditions de ces contrats ne sont pas connues.

ENI, responsable de près de 50% de la production nationale (110 000 b/j), paie beaucoup moins d’impôts et taxes diverses (98 millions de dollars) que Total (230 millions de dollars), qui produit moins (93 000 b/j). L’une des raisons est le paiement par Total de bonus de signature.

Source AFRICA INTELLIGENCE, N°740 DU 17/02/2015


 

Commentaires  

 
0 #2 Serge Bouzitou 28-02-2015 01:49
En ce moment, le Président congolais se retrouverait en Italie, selon la presse locale. Alors, vu la chute de la production du pétrole au Congo, vu les sommes d’argent énormes que le Congo doit a l’Italie, des voix indiscrètes disent que le Président Sassou est en Italie pour renégocier les échéances de paiement de cette dette. Que dira t-il a son homologue italien? Que le Congo n’a plus d’argent pour payer ses dettes? Que son gouvernement est toujours dispose a brader les ressources naturelles du pays dans l’opacité? Bref, Le président qui a “regarde dans tout le pays et n’a vu personne pour le supplanter” peut mentir aux congolais qu’il a pris en otage sur place. Mais ceux qui jouissent du droit a la liberté a l’extérieur du Congo peuvent et doivent toujours aider à informer leurs compatriotes sur ces choses que le gouvernement veut cacher a sa population.
Citer
 
 
0 #1 Serge Bouzitou 28-02-2015 01:46
DID YOU KNOW? (Le saviez-vous)?
Savez-vous que la compagnie italienne, ENI (Ente Nazionale Idrocarburi), pour société nationale italienne des hydrocarbures en français, est celle qui a engage avec le congo Brazzaville un programme de “prets contre petrole”? Cette compagnie donne des capitaux en espece au gouvernement congolais, et le Congo lui donne du petrole en contrepartie. Pour votre information, c’est bien la compagnie italienne ENI qui a finance la contrsuction de la centrale electrique a gaz du Congo. Surtout ne me demander pas le coût global de ces travaux, parce que , la compagnie ENI et le gouvernement congolais ne respectent pas les normes internationales sur la transparence.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir