17/10/2017

Dernière mise à jour09:56:41 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie Les suites de l’affaire CORAF – PHILIA : « Détournement des recettes pétrolières du Congo par Christel Sassou Nguesso et ses complices »

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Les suites de l’affaire CORAF – PHILIA : « Détournement des recettes pétrolières du Congo par Christel Sassou Nguesso et ses complices »

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Nous avons été informés le 1er Mars 2015 par une publication de l’ONG Suisse la Déclaration de Berne, sur l’affaire des détournements systématiques des recettes pétrolières Congolaises au profit de Denis Christel SASSOU et de ses amis corrompus. (1)

Selon des sources anonymes travaillant à la SNPC, le système de malversation financière de KIKI, implique deux personnes clés : le déjà connu Jean Philippe AMVAME NDONG et un banquier sulfureux d'origine Camerounaise exerçant au Congo dont l’identité ne nous a pas été révélée.

Jean Philippe AMVAME NDONG est un entrepreneur Gabonais, qui a signé un pacte sombre avec KIKI pour bâtir un système de malversation financière sur le pétrole Congolais.

Au sujet de la fameuse transaction du 15 Octobre 2013 où PHILIA a vendu à AOT Trading AG, pour le compte de la CORAF, l’équivalent de 14 700 000 000 F de pétrole raffiné, PHILIA aurait dû reverser à la CORAF cette recette après 10 jours, selon les pratiques conventionnelles du trading pétrolier. (2)

Malheureusement, PHILIA a reversé les recettes le 14 Décembre 2013, soit 2 mois plus tard.

Nos sources de la SNPC nous indiquent que ce laps de temps a permis de faire des placements privés avec cet argent étatique dans une banque suisse opaque à 8.50% d’intérêts. Donc KIKI et son associé corrompu ont engrangé 208 250 000 F sur cette seule opération illégale, sans considérer les commissions contractuelles disproportionnées que perçoit PHILIA. Une quinzaine d’opérations de ce type a été réalisé en 2013, soit près de 3 Milliards de FCFA d’intérêts illicites perçus.

Quant au banquier sulfureux Camerounais, il est venu au Congo s’enrichir illégalement en pactisant avec le système SASSOU. Ce banquier a sans doute voulu imiter rapidement, les autres banquiers étrangers qui font la pluie et le beau temps au Congo sur le dos des Congolais.

Nos contacts de la SNPC nous précisent que ce sulfureux banquier Camerounais avait dernièrement fait un voyage à Paris, Londres et Genève, pour mieux huiler leur système illicite avec AMVAME NDONG. A cette occasion, ce banquier a empoché « près d’1 Millions d’Euros » de commissions illégales, pour les services rendus en 2014 au système mafieux de KIKI.

AMVAME NDONG ne doit plus jamais fouler ses pieds au Congo au risque d’être séquestré par les Citoyens Congolais. Quant à ce fameux banquier Camerounais, il doit quitter le Territoire Congolais, si non, il boira la vindicte populaire jusqu’à la lie. D'ailleurs, nous allons tout faire pour connaître le nom de cet immigré de Camerounais, afin de le rendre public.

En 2014, le système opaque CORAF - PHILIA a spéculé sur 400 Milliards de FCFA, dont 250 Milliards seulement ont été reversés à la CORAF et les 150 autres Milliards volatilisés comme une fumée, au profit des prédateurs des richesses Congolaises.

L’invasion étrangère sur le système économique et banquier du Congo nous interpelle, surtout que ces étrangers aiment dire publiquement « Congolais Zoba ! » sans vergogne. La dignité du Congo doit être restaurée.

Plusieurs sources nous confirment que la fortune illicite de KIKI est de 1000 Milliards de FCFA. L’immeuble ultra moderne que KIKI a construit au Plateau des 15 ans pour sa fondation privée « Perspectives d’Avenir », est proprement scandaleux ; alors que dans notre Pays plusieurs Ministères importants n’ont pas de sièges et ils louent à la Tour Nabemba. Trouvez-vous ce paradoxe normal ?

Dans quelle république sommes-nous ? Si KIKI veut utiliser le siège de sa fondation privée comme le centre stratégique de sa future compagne présidentielle, il va rencontrer la furie du Peuple opprimé, surtout qu’il est 50 % Zairois ; nous allons saisir ce Bâtiment et le transformer en Ministère: un futur Ministère de l'Identité Nationale, de l'Industrie, du Patriotisme Economique, des PME et de l'Emploi.

Plusieurs observateurs politiques nous disent que le débat sur le changement de la Constitution est une « diversion » par laquelle SASSOU veut embrouiller le Peuple et les Opposants et « griller » certains ténors du PCT, afin de lancer son fils KIKI au dernier moment pour conquérir le Pouvoir d'Etat. Remarquez que KIKI ne s’est jamais prononcé publiquement pour le changement constitutionnel, c’est une posture politique calculée, que les « guignols » qui dirigent le PCT n’ont pas compris.

Regardez bien « l'architecture » et les « couleurs » du siège ultra moderne de Perspectives d'Avenir, c'est le premier acte de compagne de KIKI, ne soyons pas naïfs : SASSOU et son fils projettent le passage du "Chemin d'Avenir" vers les "Perspectives d'Avenir", comme faux projet de société de KIKI.

Denis SASSOU NGUESSO doit bien comprendre qu'aucun Zaïrois ne sera Président au Congo.

En Août 2016, un Congolais de « souche » et surtout « patriote » sera au Palais.

Source Zenga Mambu

(1) Les millions à Genève de Denis-Christel Sassou-Nguesso

(2)  Dossier complet: Comment Christel Sassou Nguesso vole les congolais (fichier PDF)


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir