Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie ALERTE / CONGO-BRAZZAVILLE : Un Boeing de la compagnie nationale ECAir saisi à Paris

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

ALERTE / CONGO-BRAZZAVILLE : Un Boeing de la compagnie nationale ECAir saisi à Paris

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Selon les informations de La Lettre du Continent, un Boeing 757 de la compagnie nationale congolaise Ecair a été empêché de redécoller de l'aéroport Charles de Gaulle à Paris, le 12 avril, alors qu'il s'apprêtait à rejoindre Brazzaville. Quelque 200 passagers ont dû être débarqués.

Cette saisie effectuée aux alentours de 20h45 par Henri Mercieca, huissier de justice, entre dans le cadre du litige commercial opposant, depuis près de vingt ans, le patron des Brasseries africaines de Brazzaville (BAB), François Odzali, aux autorités congolaises. A la fin des années 90, cet homme d'affaires congolais avait intenté une action en justice après la destruction de son complexe industriel, en 1997, au Congo-B, en raison de la guerre civile. Alors que la justice de son pays lui avait donné gain de cause quelques années plus tard, François Odzali n'a jamais pu se faire dédommager. Le 18 mars, la Cour de cassation française a confirmé un jugement du Tribunal de grande instance de Paris condamnant Brazzaville à lui verser plus de 70 millions €. L'Etat congolais est défendu sur ce dossier par Olivier Loizon (cabinet Scemla Loizon Veverka & De Fontmichel).


Source La Lettre du Continent, N°703 DU 14/04/2015

***

Aviation civile : Ecair conteste la saisie de son Boeing 757 à Paris

Dans un communiqué de presse rendu public mardi à Brazzaville, la compagnie aérienne nationale du Congo, Equatorial Congo Airlines (ECAir) a marqué son étonnement suite à la saisie conservatoire de son Boeing 757 à l’aéroport de Paris Charles De Gaulle.

La direction de cette compagnie qui conteste cette décision souligne que son appareil est couvert par les conventions internationales, d’une part, et les faits, objets de la procédure ne concernent pas ECAir, d’autre part.

« Dans la mesure où notre compagnie exploite une ligne régulière entre le Congo et la France pour le transport de passagers, elle exerce une activité de transporteur public dont les appareils, ne peuvent, en principe, et sauf exception prévue par les textes, faire l’objet d’une saisie conservatoire », précise le communiqué.

Selon la direction d’ECAir, les exceptions prévues à l’article L.123.2 visent donc, outre les sommes pour l’achat de l’appareil qui ne sont pas ici en discussion, celles dues pour équipements, la formation des équipages, et du personnel d’entretien au sol ainsi que la maintenance.

En vue de trouver solution à la situation, des avocats de la compagnie congolaise seraient à pieds d’œuvre afin de récupérer le Boeing pour qu’il regagne la flotte d’ECAir constituée aujourd’hui de sept aéronefs desservant une dizaine de destinations au départ de Brazzaville.

Toutefois, indique le communiqué de presse, la compagne poursuivra, dans les prochaines semaines, le développement de son réseau avec l’ouverture de sa 3ème ligne intercontinentale (Beyrouth) et l’inauguration de nouvelles routes sur le réseau régional, notamment Luanda, Abidjan, Yaoundé, Bangui et N’Djamena.

Guy-Gervais Kitina

Source Adiac

 


Commentaires  

 
0 #3 clash of clans 10-09-2015 03:59
Juwelen sind die High grade Währung inside Clash of
Clans,

My homepage ... clash of clans review: http://telechargerfarcry4.fr/
Citer
 
 
0 #2 Alain Yanbango 15-04-2015 07:43
..ba oyo ba messana na bango ko torpiller ba actions niosso ya l'etat, na yebi que prise de position na ngai bo ko linga yango te, mais tango mosusu il faut to zalaka pe ba patriote, to koki ko ndima te ke chaque fois bas noircir image ya mboka na bisso. affaire oyo etali compagnie ya l'etat, compagnie privée te, donc compagnie ya bisso niosso tout, prck ba avions wana ba sombaki yango na mbongo ya l'etat (mbongo ya poche ya mote te)... ata soki to za na ba contradiction entre bisso, mais soki na ndako mwassi na mobali bazo yokana te, mobali akoki jamais ko ndima ke mopaya ayaka ko beta mwassi na ndako na ye.... esalemaka te. esalemaka jamais. To denoncer yango ... pona lokumu ya mboka. »
Citer
 
 
+1 #1 Alain Yanbango 15-04-2015 07:42
« #‎JeSuisECAir‬ : Passer à 7 vols par semaine et porter un coup dur au monopole d'une compagnie (dite) "historique" n’était pas une si bonne idée...
Là où certains voient une action "normale" de la justice Française, moi je vois une tentative de porter un coup dur à une compagnie qui est entrain de décoller (et qui commence à créer des soucis à une compagnie concurrente qui considère l’Afrique francophone comme son pré carré)...
J'apporte mon soutien à la compagnie ECAir - Equatorial Congo Airlines dans ce "coup bas" dont elle est la cible ! J'appelle tous les Congolais & Africains à dénoncer cet acte néocolonialiste !
J'ai dis... et ceci n'engage que moi !
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir