Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie La Mafia pétrolière au Congo Brazzaville : « Sassou Nguesso et fils prennent 25% dans les permis pétroliers »

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

La Mafia pétrolière au Congo Brazzaville : « Sassou Nguesso et fils prennent 25% dans les permis pétroliers »

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Permis pétroliers du secteur sud, dormez bien braves gens Sassou Nguesso vous vole encore !

Pendant que nos hommes politiques, de l’opposition ou pas, amusent la galerie internationale et nationale avec l’interminable et minable débat constitutionnel, Denis Gokana, Denis Christel Sassou Nguesso & Père, et quelques autres s’adonnent au seul et véritable sujet important au Congo, qui est la raison d’être du pouvoir des Nguesso : « le pillage du pays ! »

Dormez bien braves gens avec ce débat constitutionnel, Sassou and Co vous volent depuis deux ou trois générations et comptent bien en profiter pour les dix générations futures. Vous n’ignorez rien ou presque de Likouala SA, dont le véritable bénéficiaire est sans aucun doute Denis Sassou Nguesso (Voir article Congo Liberty http://congo-liberty.com/?p=11983 « Likouala SA Puits de pétrole de papa voleur ») les prédateurs institutionnels (et bientôt constitutionnels) s’empressent d’officialiser leurs participations dans d’autres champs pétroliers. L’occasion leur en est donnée par les permis qui sont arrivés à leur expiration contractuelle.

Plus fort que Likouala SA, le gang des prédateurs Nguesso, par AOGC, Kontinent Congo et Petrol Congo interposés, ont planté leurs crocs puissants et dévastateurs dans les permis d’exploitation Tchendo II, Tchibouela II, Tchibeli-Litanzi II dont le renouvellement vient de s’effectuer dans des conditions transactionnelles opaques. Comme toujours opaques ! Il faut rappeler qu’après 30 ans d’exploitation, ces gisements devaient revenir de plein droit à la Société Nationale des Pétroles du Congo (SNPC), les partenaires (TOTAL 65%, ENI 35%) ayant récupéré leurs investissements et réalisé des bénéfices.

Le Congo, la SNPC, vous et moi, devions alors nous retrouver propriétaires de ces gisements connus et reconnus dont nous n’avions plus qu’à ouvrir les robinets pour que les dollars, même à environ 45$ le baril de Brent, contribuent à notre bonheur en tombant dans le tiroir caisse du Trésor Public si bien tenu par Gondo et Rémy Ayayos.

Tout le monde sait que les annonces congolaises officielles de production pétrolière sont « bidon », et les compagnies (Total, ENI) se gardent bien de transgresser la règle mafieuse instaurée par Sassou Nguesso dans ce domaine ultra-sensible en communiquant les chiffres réels de production puits par puits. Heureusement, pour ceux qui ignoraient l’existence du Bloc Secteur Sud et des permis Tchendo, Tchibouela et Tchibeli-Litanzi ou, comme moi, méprisaient leur potentiel de production, le directeur de Total E&P Congo, Monsieur Pierre Jessua, a eu la bonne idée de nous éclairer. Ainsi à l’occasion du renouvellement de ces permis, le dirigeant de Total s’en est bien entendu félicité en nous révélant qu’ils avaient déjà produit 400 millions de barils et qu’il restait 100 millions de barils à produire…

Dormez bien braves gens, et continuez à participer au débat constitutionnel !

Congo-Liberty est là pour vous réveiller et encore plus pour vous éveiller. Papa Voleur et ses complices Noirs et Blancs, et Blancs et Noirs depuis une vingtaine d’années vous arnaquent magistralement. Ce que ne vous dit pas Monsieur Jessua, c’est qu’en tablant sur un prix moyen du Brent à 70$ (une estimation raisonnable) ces vingt dernières années ce Secteur Sud a produit l’équivalent de 28 milliards de dollars. Soit 14000 milliards de FCFA. Normalement la moitié de ces milliards aurait dû revenir au Congo, soit environ 2 années de budget.

Où sont-ils passés ? Pas pour acheter des bancs de classe !

Aujourd’hui, c’est-à-dire le 13 juillet 2015 avant la signature du renouvellement, ces permis étaient revenus dans le patrimoine de la SNPC, comme vous le savez aux ordres de Kiki ; des permis déjà équipés pour la production en parfait état de fonctionnement. Ce bloc de permis qui, selon Monsieur Jessua donc, aurait encore 100 millions de barils à produire, au cours actuel de 45$, a un potentiel de revenu total qui tourne autour de 4,5 milliards de dollars. Mais sur les 6 ou 7 prochaines années d’exploitation, le cours moyen pourrait aisément atteindre les 70$ par baril soit alors un revenu de 7 milliards de dollars. Sur l’un ou l’autre des montants, Kiki Mapapa-Nguesso et comparses récupéreront 25% ; c’est-à-dire leur part dans les permis déduction faite d’une fiscalité réduite. Au moins 500 milliards de FCFA à 45$ le baril !

Dormez bien braves gens, Sassou Nguesso, père et fils ne perdent pas leur temps !

Consentir à TOTAL et à ENI 60% de cette affaire a un prix ! Raisonnablement 300, 400, voire 500 millions de bonus (récupérés en quelques mois d’exploitation). Un « pas-de-porte » serait plus approprié. Le bonus est le montant payé pour explorer un permis, puis l’équiper pour sa production sans garantie aucune d’y trouver du pétrole. La somme de 300, 400 ou même 500 millions de dollars serait complètement justifiée.

Combien le Congo a-t-il obtenu de ses partenaires préférés ?

Tout de même pas une bonne vieille bouteille de Whisky à boire à Oyo avec le tyran ! Combien le Congo a-t-il obtenu de la cession des intérêts dans les gisements Tchendo, Tchibouela, Tchibeli-Litanzi aux sociétés AOGC (10%), Kontinent Congo (10%) ; Petro Congo (5%) concomitamment au renouvellement des permis Tchendo II, Tchibouela II, Tchibeli-Litanzi II (Protocole d’Accord Secteur Sud du 14 Juillet 2015 entre Total E&P Congo et les sociétés AOGC, Kontinent Congo et Petro Congo) selon, cerise sur le gâteau, des termes fiscaux plus favorables consentis à Total E&P Congo et ENI qui n’ont laissé qu’une participation de 15% à la SNPC.

Avec 39% pour TOTAL et 21% pour ENI, les anciens partenaires ont concédé 40% chacun de leur ancienne participation aux nouveaux entrants (partagés comme ci-dessus). Comme par hasard 25% allant à des membres du gang familial présidentiel et n’y voyez surtout pas la moindre tentative de corruption active, passive ou forcée…

Dormez bien braves gens et chers responsables de l’opposition ! Oui le débat constitutionnel a (avait) un intérêt, mais il n’y a pas que ce débat ! Notre pays ne saurait avoir un avenir tant que sa richesse sera dans les mains de quelques irresponsables.

Ne pas ouvrir ce débat sur Likouala SA et Secteur Sud ne pourra que jeter le doute sur ceux qui garderont le silence. Les vols, les détournements, la corruption doivent être au cœur de tous les discours. Et nul ne sera interdit d’élever sa voix pour avoir, un jour ou un autre, trempé le doigt dans le container de confiture…. Comme l’a autrement si bien dit Benjamin Toungamani !

Rigobert OSSEBI

Source Congo-Liberty