Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie SASSOU-NGUESSO AU COEUR D’UN SCANDALE A WASHINGTON

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

SASSOU-NGUESSO AU COEUR D’UN SCANDALE A WASHINGTON

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

A part ses éternels réseaux françafricains de Droite, comme de Gauche, Denis Sassou Nguesso est catalogué « infréquentable » quasiment partout dans le monde. Aujourd’hui, le dictatueur de l’Alima est au cœur d’un scandale qui vient d’éclater à Washington.

La chaine de télévision ABC News a révélé des e-mails de 2012 déclassifiés par le Département d’Etat qui mettent en lumière les conférences lucratives que Bill Clinton accorde à travers le monde. Durant le temps que son épouse Hillary Clinton était Secrétaire d’Etat, Bill Clinton, l’ex-Président, aurait reçu près de 48 millions de dollars (24 milliards de FCFA) pour ses prestations. Néanmoins celles, objet du scandale, sont les conférences auxquelles il voulait participer et pour lesquelles le Département d’Etat n’a pas donné son feu vert : en Corée du Nord et au Congo Brazzaville. Deux pays que le média américain montre comme les pires dictatures. Kim Jong-Un et Sassou Nguesso sont mis dans un même sac !

Pour la Corée du Nord, Bill Clinton sans discussion en avait accepté le refus. Pour le Congo, sa présence au Forum Forbes Africa organisé par Lucien Ebata, et ses partenaires, était trop juteux pour ne pas insister. C’est ce qu’il fit effectivement. Les e-mails du Département d’Etat montrent que les intermédiaires mandatés par Lucien Ebata ont mis une pression maximale dans leurs demandes. Malgré tout, Cheryl Mills, la Directrice de Cabinet de la Secrétaire d’Etat, les avait rejetées sans la moindre ambigüité.

L’ex-Président proposa alors que le juteux contrat de 650.000$ tous frais payés (y compris le transport en Jet privé) revienne intégralement à une œuvre caritative : « La Clinton Fondation » ! Cela fut rejeté également. Côté américain, c’est une tempête dans un verre d’eau ! Bill Clinton ne s’est pas rendu en Corée du Nord, ni à Brazzaville et rien ne pourrait être reproché à Hillary Clinton.

Celui qui fait, et fera, les frais de cette affaire est bien Denis Sassou Nguesso, (avec son voisin Joseph Kabila, épinglé lui aussi parce qu’il y était également invité). Il est maintenant désigné aux Etats Unis comme un des pires dictateurs de la planète alors qu’apparaissent de plus en plus de dossiers économiques liés au pillage qu’il fait subir à notre pays. Sa mégalomanie pathologique apparaît en même temps qu’il est rejeté à Washington tant par les Démocrates que par les Républicains.

Dans le contrat que Lucien Ebata avait proposé à Harry Walker (http://www.harrywalker.com/) l’agent de Bill Clinton, figurait l’article : « Demande spéciale : comme vous le verrez dans l’agenda ci-dessus, ils veulent faire un compliment au Chef de l’Etat. Ils nous ont dit que c’était une partie obligatoire de l’offre. »

A tous ceux qui ne l’avait pas encore compris, le tyran mégalomane est dérangé au point que ses invités de marque doivent contractuellement lui faire des compliments ou son éloge (page 3 de l’e-mail « Special request »). Le dictateur congolais n’a plus rien à envier à son homologue coréen, Kim Jung-Un !

Durant quatre années, orchestrés par Stéphane Fouks, le grand communiquant d’Havas, avec pour donneur d’ordre Lucien Ebata d’Orion (comme il apparait dans l’e-mail adressé au Département d’Etat) des personnalités internationales n’ont eu qu’à s’abaisser devant Sassou Nguesso pour ramasser le tas de billets qui leur était destiné. Chacun y allait de ses félicitations et de ses louanges contractuelles afin d’empocher la grosse prime de la honte, dans un pays martyrisé par un dictateur ignoble, sans scrupule et sans pitié.

Dernièrement pour l’édition 2015, l’ancien Commissaire Européen, Manuel Barroso s’est soumis à ce rituel indécent en compagnie de Mario Monti, ancien Premier Ministre italien, Guy Verhofstadt (un habitué), ancien Premier Ministre belge, Shimon Peres, ancien Président israélien et Prix Nobel de la Paix, Alassane Ouattara, le Président ivoirien, Aleksander Kwaéniewski, ancien Président de Pologne, Paul Krugman, Prix Nobel d’Economie en 2008, entre autres participants.

Combien tout cela a-t-il pu être facturé à la République du Congo, sur la base d’une proposition à Bill Clinton de 650.000$ (350 millions de FCFA) sans compter tous les frais annexes, avec les commissions des agences intermédiaires ?

Chaque édition a dû aisément coûter 6 à 8 millions de dollars. Il y en a eu quatre au total. Une bonne trentaine de millions de dollars, pour satisfaire l’ego démesuré d’un piètre homme d’Etat qui n’a cherché qu’à se grandir en faisant de certaines personnalités internationales ses obligées ; au lieu d’assurer le minimum dont a besoin le peuple congolais.

Jean Yves Le Drian, le ministre français de la Défense, s’était bien gardé cette fois de venir monter à la tribune. Seule parmi les ex-ministres (de Gauche) Yamina Benguigui conserve ses habitudes alimentaires à Brazzaville et l’on avait pu remarquer un nouveau venu, Jean-Louis Guigou, époux de l’ex-Ministre Elisabeth Guigou. Les Copé, de Villepin, Raffarin, et même l’ancien-Président Sarkozy quant à eux évitent soigneusement l’infréquentable Sassou Nguesso.

Cette affaire révélée par ABC News a le mérite de mettre en lumière le fonctionnement de l’entreprise de Monsieur Lucien Ebata : payer à prix d’or les prestations de personnalités internationales sur le déclin. Contre une présence de quelques heures sur le territoire congolais et un discours de quelques minutes des fortunes changent de mains ou de comptes. Cela pour donner au vieux dictateur, qui tente par tous les sales moyens de se maintenir au pouvoir, l’illusion qu’il est honoré et reconnu.

En réalité, il est devenu la risée de toute l’Afrique. Ceux qui lui soutirent le plus d’argent sont ceux qui se moquent le plus de lui. Cette farce pitoyable prendra bientôt fin !

Par Rigobert Ossebi

Diffusé le 31 aout 2015, par www.congo-liberty.com
Source:http://abcnews.go.com/Politics/bill-clinton-sought-state-department-paid-speeches-related/story?id=33369277


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir