Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie Publiez ce que vous payez - Congo demande l’ouverture d’une enquête judiciaire sur les révélations des « Panama Papers »

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Publiez ce que vous payez - Congo demande l’ouverture d’une enquête judiciaire sur les révélations des « Panama Papers »

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

La mise à jour des archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) a révélé l’ampleur des recours aux sociétés offshore par les élites économiques et politiques du monde entier dans le but de dissimuler leurs avoirs et des pratiques de détournement de fonds publics.

Alors qui ?

Publiez ce que vous payez - Congo salue la publication de cette enquête, qui rappelle, s’il le fallait, la nécessité de rendre obligatoire aux entreprises la divulgation de leurs propriétaires réels. La Campagne constate, qu’au niveau de la région Afrique centrale, plusieurs personnalités publiques ont été citées. Cependant, le gouvernement congolais n’a pas, pour sa part, réagi, ni donné de quelconques suites, y compris judiciaires, aux éléments révélés par les « Panama Papers » qui renforcent pourtant certaines allégations déjà existantes de détournement de fonds publics concernant plusieurs personnalités politiques congolaises.


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir