Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie Financièrement asphyxié, Sassou s'adresse à nouveau à la Chine pour solliciter un prêt de 2 milliards de dollars

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Financièrement asphyxié, Sassou s'adresse à nouveau à la Chine pour solliciter un prêt de 2 milliards de dollars

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

En retour, Brazzaville brade ses puits de pétrole on shore à la société chinoise Wing Wah Petro Chemical Joint Stock Company.

  • Le but étant d'éviter la pilule amère du FMI.
  • Le temps de tenir pendant 6 mois voire 1 an, et que les cours de pétrole rebondissent sur le marché international...
  • Il parait que Dominique Strauss-Kahn conseille désormais (en privé) le président autoproclamé du Congo-Brazzaville en matière de transactions financières internationales.

A Brazzaville, les nerfs sont tendus. « L'argent ne circule pas! » Répètent en chœur les congolais qui se demandent par où est passé la manne pétrolière dont s'en vantait l'ex argentier congolais Gilbert Ondongo, devant micros et caméras?

Le 25 juillet dernier, en principe jour de paie des fonctionnaires congolais. L'image était insoutenable! Des fonctionnaires s'étaient donnés rendez-vous à l'entrée des banques (LCB, UBA, ECO BANK, BANQUE POSTALE, BCI, MUCODEC, SG, CRÉDIT DU CONGO, BCH ET BGFI BANK) dans l'espoir de toucher leurs salaires, avant de s'entendre dire: « il n'y a pas encore d'agent ». Obligés de rentrer tout penauds chez eux, c'est vers la fin du mois de juillet que certaines banques - notamment celles qui ont le plus grand effectif de fonctionnaires - ont commencé à payer.

Ouf! Mais les prochains mois s'annoncent difficiles. En effet, les banques refusent désormais de préfinancer la paie des soldes des fonctionnaires congolais.

La signature du Congo s'est dégradée

Le 28 juillet dernier, l’agence de notation Fitch Ratings a dégradé en risque « exceptionnellement élevé » la note du Congo-Brazzaville entre les mains du gang mafieux des Nguesso. Celle-ci est passée de ‘B’ à ‘C’.

La précédente notation lui avait permis de lever 478 millions de dollars sur les marchés financiers en 2007. Le 30 juin 2016, le Congo n’a pas honoré une échéance de son remboursement, principal et intérêts.

En 2007, Fitch Ratings appartenait au groupe français FIMALAC de Marc Ladreit de Lacharrière. Depuis l’agence est passée sous le contrôle du groupe américain HEARST. La note ‘B’ était d’une complaisance extrême ou alors basée sur de fausses informations qui lui avaient été communiquées par la Banque Mondiale et le FMI, dont le Représentant Résident à Brazzaville n’était autre que Monsieur Yaya Moussa, devenu homme de paille de Denis Christel Sassou Nguesso.

Elie Smith

 


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir