Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie LE CONFLIT TOTAL VS SOCOTRAM REVELE QUE WILLY NGUESSO DETOURNE LES REDEVANCES PUBLIQUES

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

LE CONFLIT TOTAL VS SOCOTRAM REVELE QUE WILLY NGUESSO DETOURNE LES REDEVANCES PUBLIQUES

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Il ne se passe pas un seul jour sans scandale au Congo-Brazzaville. On en apprend toujours des vertes et des pas mûres en matière de pillage des ressources du pays par les membres de l'ethnie-Etat et de la famille royale.

Dans l'épicerie familiale congolaise, il y a une cuisine dans laquelle Denis Sassou Nguesso en gangster marmiton en chef a distribué la dépouille Congo aux membres de sa famille. Willy Nguesso a eu le droit de se repaître des redevances pétrolières entre autres au travers de sa société SOCOTRAM - en partie détenue par l'Etat qui aurait pu s'employer à ne pas avoir d'intermédiaires en matière de redevances pétrolières. C'est une collusion qui relève de la haute trahison. Cependant, le pays appartient à Denis Sassou Nguesso qui fait ce qu'il veut des ressources et des hommes qu'il peut massacrer à sa guise, en toute impunité absolue parce que constitutionnelle.

Pendant que le pays se bat contre la faillite, les gloutons de l'Alima parlent gros sous et continuent à se goinfrer et à patauger dans le luxe et le gaspillage de l'argent public. Nous avons appris que ce sont désormais des banques commerciales qui avanceraient l'argent qui permet de payer les salaires - c'est tout bonnement illégal mais allons seulement en mode mboutou mboutou !

Question redevances pétrolières, TOTAL CONGO est en conflit avec SOCOTRAM en arguant que le droit lui permet de ne pas les payer en référence au code des hydrocarbures de 1994 concernant le gisement pétrolier MOHO NORD. Bref, quand l'argent n'entre pas dans les poches des Sassou & Nguesso, il n'entre pas non plus dans les caisses de l'Etat. Willy Nguesso rétorque qu'en royaume, c'est le roi qui fait la loi et non le code. Tonton, LA LOI SUPRÊME qui se passe de code, a permis qu'il prélève les redevances pétrolières de MOHO NORD. TOTAL se doit de payer sans rechigner. Mouambe, en premier ministre, veut trancher le litige en s'appuyant sur le ministre des hydrocarbures mais il est déjà pris dans l'huile de palme très glissante. Au mieux, Mouambe échouera, au pire, les neveux demanderont sa tête au roi Sassou et il la leur servira sur un plateau !

Un article de la Lettre du Continent révèle que le neveu du ndzokou cupide ne verse pas les redevances qu'il collecte dans les caisses de l'Etat (fin de l'article). Clément Mouambe veut reprendre ce qui revient au Congo mais y parviendra-t-il ? Une Mouambe même clémente ne vaut rien si elle n'a pas un peu de substance animale à l'intérieur. Willy Nguesso a la part de l'éléphant en parlant directement à l'oreille de son oncle. Le dernier mot reviendra au roi et le roi ne trahit jamais sa famille. C'est sa règle absolue de conservation du pouvoir : ne jamais décevoir les siens - même quand ce sont les pires criminels du pays.

Le Congo est une vraie marmite de Koka Mbala. Autour de la marmite, la famille Sassou & Nguesso. Un peu plus loin, les hyènes du clan et plus loin encore, les chacals du gouvernement qui viennent manger les restes. Quant au peuple, on lui jette des os. Denis Sassou Nguesso éconduira certainement Clément Mouambe voulant jeter de l'huile de palme dans la sauce tomate familiale des Sassou & Nguesso. Mouambe n'aura pas la clémence de Sassou ; on n'ôte pas la bouffe qu'il met dans le bec de ses enfants et neveux ! Chez les Sassou & Nguesso, c'est tout pour la famille, rien pour le peuple.

LION DE MAKANDA, MWAN' MINDZUMB', MBUTA MUNTU


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir