Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie Impôt et taxes : Silence, on vole !

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Impôt et taxes : Silence, on vole !

Envoyer Imprimer PDF

Un Ponténégrin, un minimum averti, peut vous montrer, en moins d’une heure, des immeubles et des villas, souvent luxueuses qui sont la propriété de fonctionnaires des Impôts, des Douanes ou du Trésor. Ici et là, deux immeubles de 7 étages qui appartiennent à un Directeur des Impôts. Des villas, une bonne quinzaine à une toute aussi bonne dame du Trésor. La liste est longue et occuperait toute une page.

Le secteur de la construction, dans tout le pays, a largement bénéficié du recyclage et du blanchiment des fonds dont ont bénéficié les fonctionnaires. Il n’est pas rare de voir au sein de leur résidence principale une collection de rutilants 4x4 à 120 millions de F CFA pièce. La corruption toucherait en premier ceux qui seraient chargés de la combattre.

Nos bons amis du FMI, experts avertis et aveugles, n’ont rien vu de la gangrène qui sévissait partout au Ministère des Finances et n’ont rien entendu lorsque Pacifique Issoïbeka mit doublement le point sur le « i », comme le tréma de son nom, en avouant devant l’Assemblée : « 60% des marchés sont bidon ! »

Ces derniers alimentent un impressionnant système mafieux au sein du Ministère des Finances, de la CCA et du Trésor pour en faciliter le règlement. Des centaines de milliards de francs CFA échangés sur des fausses factures, des signatures et des coups de tampons.

État notoirement corrompu, cet ancien « état-mendiant », se double paradoxalement d’un paradis fiscal. Les avantages sont nombreux, contractuellement, pour les partenaires qui savent se montrer reconnaissants. Cela est valable pour tous les secteurs : des mines, du bois et bien entendu du pétrole !

En « Aval pétrolier », comme nous le savons tous maintenant, toute notre richesse disparait dans les jeunes mains, déjà expertes, du fils du président. Un jeune qui aime à se déplacer en jet privé, pour ne pas être transporté avec le commun des mortels. De ce côté-là, pas grand-chose à espérer, sinon qu’un changement ou qu’une prise de conscience se produisent. En « Amont », les brigades de contrôle doivent veiller à la bonne exécution des contrats établis entre les représentants de l’État Congolais, d’Hydro-Congo à la SNPC, et les opérateurs pétroliers (Total, Eni, Murphy etc.).

L’État républicain a le pouvoir, en France, aux États-Unis ou au Congo, de sévir lorsqu’un manquement, une insuffisance ou une fraude est constatée. Il y a des délais également à respecter au-delà desquels la prescription s’impose. Au Congo comme en France, d’ailleurs, la prescription (c’est-à-dire la nullité) s’établit à partir de quatre ans de la date de l’infraction reconnue ou supposée.

Il y a un peu plus de deux mois, environ, une notification a été signifiée à Maurel & Prom Congo en même temps que Maurel & Prom Paris (siège social) concernant la plus-value réalisée dans la cession du permis d’exploitation de M’Boundi à la société italienne ENI, en mars 2007. Seulement une ou deux semaines avant la date limite. Le montant du principal (c'est-à-dire la taxe non payée en son temps) : 500 MILLIONS DE DOLLARS. A cela s’ajoute une pénalité de 500 MILLIONS DE DOLLARS également !

Au total, il s’agit bien d’un redressement fiscal d’UN MILLIARD DE DOLLARS !C’est un montant réclamé, bien entendu, et qui va tout à fait normalement faire l’objet de discussion entre les représentants de l’administration congolaise et sûrement les Avocats de la compagnie pétrolière.

Maurel & Prom avait obtenu, quasiment pour rien ou presque, les droits d’exploitation sur M’Boundi, un gisement on shore accordé à Zetah, sous Lissouba par le ministre des Hydrocarbures de l’époque, Benoît Koukébéné. La prospection a été heureuse et, d’un peu plus de 2000 barils de production par jour cette dernière s’éleva au moment de la cession à l’Italien ENI à 76.000 barils par jour. Le prix en a été exactement de 1,424 milliard de dollars. Il en a résulté alors pour Maurel & Prom une « plus-value exceptionnelle » taxée partout dans le monde aux environs de 50%. Au Congo, pays pauvre et très endetté en2007, le taux n’était que de 38%. Sauf arrangement contractuel contraire, Maurel & Prom aurait alors dû s’acquitter d’environ 500 millions de dollars. La pénalité de 100% de cette dernière somme est couramment constatée dans ce genre de « redressement ».

Outre le fait, que Maurel & Prom avait remarqué que la signification n’était pas datée (émotion du secrétariat ou simple oubli, mais de date parfaitement connue puisqu’expédiée par DHL), une imposante documentation a été envoyée en réponse à cette taxation de la DGI (Direction Générale des Impôts). Cette dernière était très heureuse, en un seul contentieux, de pouvoir atteindre l’objectif qui lui avait été fixé pour toute l’année.

L’aventure pétrolière de Maurel & Prom au Congo a été une véritable success story qui était due à l’intelligence, à la chance et à l’esprit d’entreprise de son dirigeant principal, Jean-François Henin. Un profit exceptionnel, faut-il le répéter, partout dans le monde se doit d’être taxé. Il n’y aurait aucune injustice à ce que cela le soit au Congo. C’est le contraire qui est et serait scandaleux !

Ce redressement n’a été ébruité nulle part… ! Seules, quelques personnes en ont été informées ! Les mêmes requins, les mêmes vautours vont, sans doute, tenter une affaire « Likouala SA » bis. Au terme d’une négociation avec TOTAL concernant un contentieux fiscal, le permis d’exploitation avec ses équipements est devenu la propriété d’un parent du président Sassou NGuesso… Paribas avait offert son savoir-faire bancaire pour ce tour de passe-passe : la corruption se serait-elle ajoutée à l’infraction ??? Sans doute….

Un milliard de dollars, c’est une sacrée somme et il ne faudrait pas cracher non-plus sur 500 millions pour un ex-pays pauvre ! La taxation d’un profit exceptionnel, répétons-le, est parfaitement justifiée. Exonérer un opérateur économique quelconque de son paiement est plus que suspect. Pour un pareil montant, ce serait évidemment criminel ! Le FMI et sa bande d’experts aveugles, d’après certaines informations, en avaient été également avertis.

Alors verrons-nous bientôt quelques immeubles ou quelques villas luxueuses se construire dans de beaux quartiers de Pointe Noire ou bien constaterons-nous que notre droit fiscal s’est enfin appliqué comme il se devait ?

Il n’est plus temps de se taire. Notre silence serait complice !

Sergeï Ondaye



Commentaires  

 
0 #3 Mwana Mayélé 26-08-2011 08:47
C'est proprement affligeant!
Le pays leur appartient, que voulez-vous?
L'Emir Sassou 1er d'OYO et sa Cour sont passés experts en tours de passe-passe, impunément, et c'est normal.
Y'a rien en face... comme disait l'autre, des bords de la lagune Ebrié.
Citer
 
 
0 #2 ANGE 27-06-2011 12:42
Les Ministres Maleka et consort devaient nous éclairer en détail sur les modes opératoires pour que tous ces malfrats répondent un jour à leurs nombreux forfaits. Tous ces meubles et immeubles sont acquis sur des fonds indûment subtilisés sur de l'argent qui devait entrer dans les caisses de l'Etat. Il est bein entendu que ces services ne sont que la partie visible de l'Iceberg...
Citer
 
 
0 #1 ANGE 27-06-2011 12:39
Chers compatriotes, ce papier tombe à point nommé car tout le monde sait que les services des Impôts, des douanes, Trésor, etc; sont des services très impliqués dans des actes de corruption et concussion de très haute voltige. Leur mode opératoire n'est un secrêt pour personne. On sait le niveau du traitement de ces fonctionnaires, pourtant comme le dit si bien ce papier, les parcs immobiliers et mobiliers de nos chers agents de services financiers publics frisent l'indécence car ces compatriotes pour la plupart, ont un rapport incestieux avec l'argent public. Comme le poisson est pourri par le haut, bien évidemment, nos Agents des Impôts ou des Douanes s'adonnent à coeur joie au syphonnage des deniers publics car perosnne ne frappe tous ces réseaux mafieux qui se sont constitués depuis des années.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir