Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie Congo-Brazzaville : Le parrainage des commerçants étrangers « tue » les nationaux

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville : Le parrainage des commerçants étrangers « tue » les nationaux

Envoyer Imprimer PDF

Ils entrent dans chaque bureau comme s’ils entraient chez eux, aucun fonctionnaire ne leur résiste.

Contre la loi et les règles de concurrence loyale, ils importent, dédouanent, distribuent et vendent tout eux-mêmes. Les Ouest-africains, les Libanais, les sujets de la RDC et autres étrangers, véritables colons modernes, sont au Congo comme en terre conquise. Bénéficiant de certaines complicités internes, les étrangers qui ont fini par devenir nos «compatriotes» pour mieux nous ruiner, ne s’embarrassent pas pour réduire à néant les efforts des congolais qui tentent tant bien que mal de s’aventurer dans l’exercice du commerce.

«Battre ses adversaires ou ses concurrents sur leur propre terrain et avec leurs propres armes», est une technique éprouvée des conquérants, dont les étrangers ne se privent pas d’user dans plusieurs secteurs d’activités et plus particulièrement dans le domaine des affaires au Congo. Jouissant des complicités et des faveurs de tous genres et de toutes origines, ces étrangers n’hésitent plus à pousser l’avantage, pour évincer les Congolais dans leur propre pays et avec leur propre administration, comprenant des fonctionnaires en guenilles, mal payés. Ils piétinent les lois, défient les instruments de contrôles, se moquent de nos policiers et de nos douaniers. Ils ont vraiment le vent en poupe partout, pendant que les agents des différentes administrations de contrôle, ainsi que ceux des forces de l’ordre, fragilisés par des instructions les plus contradictoires, sont visiblement désaxés par les évènements. Même dans la circulation, pris en flagrant délit d’inobservation du code de la route, ces étrangers menacent indistinctement, les policiers et les automobilistes congolais sans éprouver le moindre scrupule et la moindre vergogne. Une situation explosive qui agace les nationaux, dépasse le cadre des affaires et s’est retrouvée à l’Assemblée Nationale par la voix du député de la circonscription électorale de Moungali 3 Médared Moussodia. Celui-ci a interpellé le gouvernement le verbe haut, sur ce qui dans ce domaine exaspère les Congolais. L’envahissement que dis-je, l’invasion de toutes les sphères économiques par les étrangers dont les pratiques sont devenues totalement répugnantes si elles ne sont pas dégradantes, a atteint le seuil de l’intolérable.

Dans son intervention, monsieur le député à dénoncé la concentration dans les seules mains d’un individu, qui est lui-même importateur, transitaire, grossiste et même détaillant des marchandises de tous genres et de toutes marques. Celui-ci exerce un monopole de complaisance, entretenu par des fonctionnaires de l’État au détriment de la République et des citoyens ayant choisi le métier de boulanger. Régnant en maîtres dans toutes les administrations, ces criminels économiques qui n’agissent pas seuls, finiront un jour par se faire démasquer. Ce comportement adopté contre la sûreté de l’État et contre la paix sociale, savamment soutenu par nos compatriotes, chauffe et pollue l’atmosphère dans les affaires et suscite des interrogations des citoyens sur la protection des nationaux par nos institutions. Des attitudes manifestes contre les efforts d’assainissement du climat d’affaire crées par le Président de la République et réclamés par les bailleurs de fonds et les institutions financières internationales. Ces perpétuelles frustrations contre les boulangers sont à éviter d’autant plus que les émeutes provoquées par la mauvaise gestion du secteur du pain ont entrainé, sous d’autres cieux, de graves soubresauts politiques. Au-delà de leur caractère jugé banal par les naïfs et nos administrations, faute d’études économiques disponibles sur les motivations et les conséquences des immigrations économiques en Afrique Centrale, ces pratiques intègrent parfaitement des stratégies de développement propres aux pays de l’UEMOA. En effet, les ressources naturelles des pays de cette zone, s’effondrent avec une poussée démographique qui tend à soutenir et à rentabiliser l’émigration des populations vers les pays où les ressources sont encore inexplorées sinon inexploitées.

Certains esprits congolais naïfs pensent que des nationaux devraient tout simplement se battre pour inverser cette tendance. Une idée saugrenue qui ne tient pas compte des conditions défavorables dans lesquelles les Congolais exercent le commerce. Ceux-ci ne bénéficiant, ni du soutien attendu de leur État, ni de celui des banques comme cela se passe ailleurs. Il sied également de relever que ces banques ouest-africaines s’installent au Congo, pour entre autres accompagner les stratégies gouvernementales ou celles des institutions de l’UEMOA qui ont pour objectif entre autres, de faciliter et attribuer en priorité, des crédits aux opérateurs des pays ouest-africains.

Au Congolais, une kyrielle de conditionnalités leur est imposée pour obtenir une somme aussi minime soit-elle. La direction du commerce extérieur et le centre congolais du commerce extérieur qui apparemment devraient s’occuper de la promotion des produits congolais à l’extérieur, se limitent à la délivrance des licences d’importation et à l’organisation des foires, comme si la conquête commerciale du monde ne se limitait qu’à ces tâches qui règlent des problèmes du ventre. Dans tous les cas, les étrangers ne se sont pas installés au Congo pour des motivations altruistes. Ils sont plutôt au Congo pour faire des affaires. Il ne saurait en être autrement. Malheureusement, il se trouve dans notre pays des complexés devant ses étrangers, qui manquent de lucidité et se permettent de hisser certains parmi eux, aux postes de responsabilités devant des Congolais parfois plus compétents. Pendant que des Congolais sont au chômage, il y a des «compatriotes» qui trouvent l’emploi aux étrangers et parfois pour des salaires qui dépassent souvent l’entendement humain. Aujourd’hui, il n’est pas rare de rencontrer un D.G. étranger à la tête d’une entreprise créée avec des capitaux nationaux.

En l’absence d’une législation rigoureuse qui protège les Congolais contre la cupidité des étrangers, jouissant de la complicité des Congolais inconscients, il est impératif de renforcer les institutions de contrôle et poursuivre des reformes visant à déterminer les domaines réservés aux Congolais et ceux qui devront être encouragés à travers les investissements étrangers. Loin de nous, des réflexes xénophobes primaires.

La République Démocratique du Congo a agi dans ce sens, sans troubler ses relations diplomatiques. Si la «congolisation» des postes n’est pas une fin en soi, il serait néanmoins intéressant qu’au moment où sévissent les crises économiques et financières internationales, la priorité soit d’abord et avant tout accordée aux nationaux.

© H. Mbay – le Patriote


Commentaires  

 
0 #1 http://www. 13-11-2014 02:27
Attractive section of content. I just stumbled upon your site and in accession capital
to assert that I acquire in fact enjoyed account your blog posts.

Anyway I will be subscribing to your augment and even I achievement you access consistently fast.


My web-site ... http://www.iamclaudia.com.au: http://www.iamclaudia.com.au
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir