17/10/2017

Dernière mise à jour09:56:41 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie Le Franc CFA sera-t-il dévalué le 1er janvier 2012 ?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Le Franc CFA sera-t-il dévalué le 1er janvier 2012 ?

Envoyer Imprimer PDF

La dévaluation du franc CFA revient comme un leitmotiv sur toutes les lèvres.

Dans les milieux des professionnels de la haute finance et comme dans ceux de la périphérie, le sujet ne fait plus mystère. Le Cfa sera-t-il dévalué ou non? Certains l’affirment, tandis que d’autres le contestent. Avec la persistance de la crise économique qui frappe de plein fouet les pays de la zone euro, les langues se délient, accréditant ainsi la thèse d’une dévaluation du franc CFA dès le 1er janvier 2012. Le quotidien béninois «le Matinal» dans sa parution du 23 novembre 2011 l’a indiqué avec force détails.

Selon un diplomate européen qui a requis l’anonymat, c’est pour apporter cette information aux chefs d’Etat de l’UEMOA qu’Alassane Dramane Ouattara a fait le tour de la sous-région, la semaine dernière. Il a été mandaté, à en croire le diplomate, par le Président français Nicolas Sarkozy. «En Afrique centrale, c’est à un Président de la sous-région que la mission a été confiée d’informer ses pairs, mais aussi celui des Iles Comores». Le diplomate assure que Sarkozy, compte tenu des problèmes que le Président sénégalais rencontre actuellement et surtout à cause de sa grande susceptibilité, a tenu à parler personnellement à Abdoulaye Wade, lequel devrait informer son petit voisin Bissau-guinéen.

Notre confrère «le Matinal» qui a fait l’écho de cette information exclusive affirme que, la mesure de la dévaluation du F.CFA procède de la grave crise que traverse en ce moment les pays de la zone euro et que seule, l’Allemagne supporte à travers ses caisses. C’est donc la Chancelière allemande, Angela Merkel, qui, selon certaines sources, a demandé à son homologue français, Nicolas Sarkozy, de mettre de l’ordre dans les ex-colonies françaises avant qu’il ne soit tard. Mais, si l’on regarde bien le schéma, il ne s’agit pas, à travers cette mise en garde de Mme Merkel, de sauver les économies des pays de la zone F.CFA. Il s’agit bien d’aider la France à éviter de sombrer, ce qui pourrait plomber la zone euro, l’Allemagne ne pouvant plus à elle seule financer les déficits de cette zone.

A qui profitera la dévaluation du F.CFA ?

« Le Matinal» pense que la France gagnerait beaucoup, beaucoup trop même. Au travers de la guerre militaire qu’elle a menée ouvertement en Côte d’Ivoire et récemment en Libye, la France a réussi à mettre sous l’éteignoir, tous les nationalistes et autres souverainistes dont le fondement de la politique est de redonner à l’Afrique, toute sa dignité. Laquelle devrait lui permettre de diversifier ses relations commerciales et politiques avec le reste du monde et non plus seulement avec l’ancienne puissance coloniale. Le cas de la Côte d’Ivoire est édifiant à cet égard. Aujourd’hui, tout semble dire que les accords de 1961 conclus au lendemain des indépendances, ont été réveillés. Les sociétés françaises ont récupéré tous les marchés. Bouygues est présent partout et il ne serait pas surprenant que, pour acheter désormais sur le marché mondial, l’Etat de Côte d’Ivoire passera forcément par l’Etat français. En d’autres termes, c’est en France que nous allons désormais acheter tout. Et comme tout cela se fait en devise (euro), nous allons dépenser beaucoup de CFA pour obtenir peu de produits, a indiqué notre confrère «Le Matinal». Ce qui arrangerait vraiment la France, si l’on tient compte de l’ensemble des pays de la zone Cfa qui vont acheter sur le marché français ou qui vont être obligés de faire transiter leurs marchandises par les ports et aéroports français. Si l’on ajoute à cela l’exploitation honteuse de nos ressources à laquelle se livre en toute impunité la France, on peut dire que le pari est gagné pour Paris de trouver les milliards d’euros qu’elle cherche partout pour combler son déficit. Selon le quotidien béninois, de l’avis d’un expert, les pays africains vont contribuer, avec cette mesure, pour 40% de leurs avoirs, au colmatage du déficit français. Comme en janvier 1994, lors de la première dévaluation, les pays africains qui font la manche recevront encore beaucoup d’argent des pays européens. Puisqu’il leur suffit de dégager 1 million d’euros pour que cela se transforme en 1 milliard de F.CFA. Parions?! Les hagiographes des différents palais présidentiels chanteront à l’unisson la fameuse chanson qui ne leur réussit pourtant pas: «Pluie de milliards!!!». Oubliant que cet argent est à rembourser non seulement avec des intérêts mais en devise. Conséquence, la dette des pays africains toujours sous la coupole de Paris va accroître de façon vertigineuse. Sacrifiant ainsi les futures générations africaines qui, une fois aux affaires, passeront le clair de leur temps à rembourser des dettes. Depuis que Ouattara est parvenu au pouvoir, les prix des produits alimentaires de première nécessité ne font qu’augmenter à la vitesse grand V.

Et «le Matinal» de conclure : à partir du 1er janvier 2012, ça va être plus grave. La dévaluation ne peut nous servir que si nous exportons beaucoup. Tout le monde le sait. Tous les pays de l’espace francophone importent presque tout: produits manufacturés, riz, bois, poisson etc.

A partir du mois de janvier, c’est maintenant 1.000 F.CFA pour un euro. Au moment de servir le marché intérieur, les commerçants revendeurs devront tenir compte de cette nouvelle parité fixe. Les prix vont donc gonfler et ça va chauffer dans les marmites! Le prix du carburant va suivre la flèche dans le sens vertical. Et on n’y pourra rien. Malheur aux pauvres populations africaines!

© Quotidien béninois Le Matinal


Commentaires  

 
0 #3 Beauva 30-11-2011 10:26
Deuxième rumeur
Autre rumeur infondée : l’Allemagne ferait pression sur la France, parce que le franc CFA coûterait trop cher à l’Europe. « Il n’en a jamais été question, affirme-t-on à Bercy, parce que la convertibilité n’est pas un engagement de l’Europe, mais de la France. Ni l’Allemagne ni la Banque centrale européenne ne sont concernées. » La prochaine réunion de la zone franc se tiendra en avril 2012, au Mali.
Citer
 
 
0 #2 Beauva 30-11-2011 10:26
Le buzz est né le 21 novembre d’un article du quotidien ivoirien Notre voie, proche de Gbagbo et dont des journalistes ont été arrêtés depuis, se fondant sur « une source diplomatique européenne ». Il n’en a pas fallu davantage pour réveiller le spectre de la dévaluation de 1994. « Les indicateurs susceptibles de justifier une telle opération – un déficit public insoutenable associé à une faible croissance – ne sont pas réunis, alors qu’ils l’étaient il y a dix-sept ans », explique Hugues Olivier Bagneki, responsable commercial et marketing de la Coface en Afrique de l’Ouest.
Citer
 
 
0 #1 Beauva 30-11-2011 10:24
Un sujet ultra-sensible : la dévaluation. Une rumeur, lancée par un quotidien ivoirien pro-Gbagbo. Il n'en fallait pas moins pour que la planète Franc CFA s'enflamme.

Partie de Côte d’Ivoire à la mi-novembre, la rumeur d’une dévaluation du franc CFA à la date du 1er janvier 2012 s’est répandue comme une traînée de poudre sur internet à travers toute l’Afrique francophone et en France même. « Absurde, il n’y a aucun groupe de travail spécifique sur le sujet. C’est une pure manipulation », explique-t-on au ministère français des Finances. « La dévaluation n’est pas d’actualité », confirme Lucas Abaga Nchama, le gouverneur de la Beac.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir