Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie A Brazzaville, les super riches se cachent pour dépenser

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

A Brazzaville, les super riches se cachent pour dépenser

Envoyer Imprimer PDF

En République du Congo, le commerce des produits de luxe révèle une application pour le moins large des textes en vigueur.

Niché à l’entrée du beach (quartier) de Brazzaville, le duty free L’Archipel est l’un des lieux de rencontre «select» de la capitale du Congo-Brazzaville. D’autres, d’une même engeance et tout aussi discrets, ont leurs habitudes à Alima, un «magasin diplomatique» situé dans le quartier industriel de Mpila, à un jet de pierre de l’embarcadère.

À défaut d’arpenter les grandes artères de Paris, Johannesburg, Casablanca ou de Dubaï, ils «s’approvisionnent» local sans pour autant troubler leurs habitudes de consommation. Dans ces deux boutiques sous douane, ils peuvent acquérir les grandes marques de parfum qui s’étalent sur les dernières pages de couvertures des magazines européens, des vieux whiskies ou les cuvées des bulles en cours dans le cinquième pays consommateur de champagne en Afrique, avec une estimation de 151.000 bouteilles en 2010.

Des achats en toute légalité… ou presque

Ces achats de champagne Veuve Clicquot, Moët, Laurent Perrier…détaxés sont effectués en toute légalité, faute d’application exhaustive des textes en vigueur. En effet, selon un acte de l’ancienne Union douanière et économique de l’Afrique centrale (Udeac), aujourd’hui Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), «les boutiques sous douane doivent être installées dans l’enceinte de l’infrastructure générale, sans huisserie ni communication directe avec l’extérieur». Cette infrastructure peut être portuaire ou aéroportuaire.

Selon une préposée des douanes du beach, bureau de rattachement de ces deux boutiques, «Nous avons au Congo-Brazzaville une tradition d’exception qui arrange tout le monde. Qu’ils s’intitulent magasin diplomatique ou duty free, L’Archipel et Alima qui sont des magasins sous douane ne peuvent pas fonctionner comme des superettes de quartier. Pourtant, n’importe qui y entre, achète de la marchandise détaxée et repart chez lui».

Si, à l’entrée d’Alima, il est indiqué que l’endroit «est exclusivement réservé aux personnes pouvant justifier de leur statut diplomatique», la rencontre sur les lieux, en client, d’un officier supérieur des forces publiques dément cette assertion. Le galonné le justifie en se demandant «combien il y a de diplomates dans cette ville qui a connu la guerre pour soutenir l’activité de ces boutiques? Il ne faut pas oublier que celles-ci ont créé une vingtaine d’emplois pour les nationaux».

Suspicions de trafic

Le fonctionnement en mode «open» de ces deux boutiques suscite les commentaires en sourdine des agents du ministère du Commerce et des approvisionnements. Un inspecteur de ce département pointe du doigt:

«ces sacs Chopard, ces montres Cartier et Breitling, ces stylos Mont Blanc dont les prix ne sont pas indiqués en rayon. D’où proviennent-ils? La Cotecna, organisme chargé de contrôle à l’entrée des marchandises, ne peut contrôler leurs origines puisque, théoriquement, ces produits sont en extraterritorialité. Pire, nous constatons depuis un certain temps un alignement par le bas des prix des liqueurs vendues à Brazzaville».

En effet, la montée en puissance dans le commerce local des Indo-Pakistanais, qui suppléent désormais la présence française dans le pays, coïncide avec un alignement des prix des liqueurs vendues dans les deux boutiques sous douane. Les bouteilles de 75 cl de Ballantine’s, Justerini & Brooks et autres Johnnie Walker Red label oscillent entre FCFA 9 000 et 12 000. Des prix que l’on retrouve dans les «caves», dénomination des boutiques de liqueur, une activité en vogue dans les quartiers populaires.

Hermione P., ancienne importatrice des liqueurs réceptionnées au port de Pointe-Noire et actuellement reconvertie dans la vente de multiples bières camerounaises, constate:

«J’ai vu tout le monde arriver dans mon business avec des prix bas. Dans un premier temps, je me suis persuadée que ce n’était que des produits de contrebande qui ne tiendraient pas la route. Mais je me suis trompée, ce sont des produits d’origine acquis sur place, en hors taxes».

© Jean Clotaire HYMBOUD, A Brazzaville.

Cet article a aussi été publié sur Marchés Tropicaux et Méditerranéens


Systèmes fiscaux africains: Maurice premier, Congo dernier

Systèmes fiscaux africains: Maurice premier, Congo dernier

(Agence Ecofin) - Le rapport « Paying Taxes 2012 », qui note et classifie les systèmes fiscaux de 183 pays dans le monde, a classé Maurice au premier rang des pays africain. Le Congo ferme  la marche en se plaçant 182eme sur 183…

Ce rapport commandé par la Banque mondiale  et réalisé par PricewaterhouseCoopers (PwC) s’appuie plusieurs indicateurs dont le taux d'imposition des entreprises, le nombre de paiement à effectuer par an et le nombre d’heure totale consacrée au reporting fiscal.

Maurice serait à la neuvième place mondiale. Le taux d’imposition global pesant sur les entreprises à Maurice est de 25%, le nombre de paiement et le nombre d’heures total consacré au reporting fiscal sont respectivement de 7 et de 161 h par an.

Les Maldives sont à la première place mondiale (avec 3 paiements à effectuer par an pour 9,3% d’imposition),  devant le Qatar, Hong Kong 3ème (3 paiements, 80h consacrée par an au reporting fiscal, 23%), Singapour 4ème (5 paiements, 84h/an, 27,1%), l'Irlande 5éme, les Émirats Arabes 6éme, l'Arabie Saoudite 7ème et Oman 8ème.

Pays

Classement sur 183 pays

Nombres de paiements à effectuer

(nb / an)

Nombre d’heures consacrées

(h/an)

Taux d’imposition  (%)

Maurice

9

7

161

25

Algérie

164

29

451

72

Maroc

108

17

238

49,6

Tunisie

61

8

144

62,9

Egypte

145

29

433

43,6

Mauritanie

175

37

696

68,3

Sénégal

174

59

666

46

Mali

163

59

270

51,8

Niger

142

41

270

43,8

Burkina Faso

147

46

270

43,6

Côte d’Ivoire

159

62

270

44,3

Nigeria

138

35

938

32,7

Rwanda

33

18

148

31,3

RD Congo

165

32

336

339,7

Congo

182

61

606

65,9

Cameroun

171

44

654

49,1

Gabon

141

26

488

43,5

Afrique du Sud

36

9

200

33,1

Paying Taxes 2012 (source PriceWaterhouseCoopers)


365_Taxes
Indicateur « facilité à effectuer les paiements » (source PriceWaterhouseCoopers)


Commentaires  

 
0 #2 les banques en ligne 10-03-2017 05:01
Ꭼst-ce que votгe Bllog ont une page de contact?
Je vaіѕ avoir un moment difficile problèmeѕ localiser,
mais јe voudrais envoyer ᴠous un email. J'ai quelques
idéeѕ pour votге blog, νous pourriez être intéressé à l'audience.
Dе toute façon, une grandee site еt је
me réjouis de lᥱ voir élargir.

Mу Һomepage - ⅼes banques en ligne: https://getsatisfaction.com/people/demiceropatel54
Citer
 
 
0 #1 Straight Talk 10-09-2014 04:52
You will find other individuals who will undoubtedly
be employing their cellphones to deliver and acquire texting
to and from your people they know. There's a great deal to consider when selecting programs to go
combined with phone, once you pick one.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir