Vous êtes ici >> Actualités A la une Economie Congo : les douanes et la justice, deux administrations les plus corrompues

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo : les douanes et la justice, deux administrations les plus corrompues

Envoyer Imprimer PDF

BRAZZAVILLE -Les services des douanes et de justice seraient les administrations les plus corrompus en République du Congo,

d'après une étude comparative (2009-2011) réalisée par deux cabinets internationaux, dont une copie a été transmise à Xinhua.

Financée par la Banque mondiale, l'enquête sur la gouvernance du Congo a été effectuée en octobre 2011 par les cabinets FTHM international et l'agence Capsule.

Elle souligne que les services des douanes et ceux de la justice sont très mal appréciés par les ménages et les entreprises. Le taux d'appréciation des services publics au Congo n'atteint pas le niveau de la moyenne, estimée à 25% sur l'ensemble des services publics.

Au niveau des ménages, indique l'étude publiée par l'agence Capsule, la justice congolaise est le service qui ne satisfait pas. Il en est de même pour l'éducation, la mairie, les transports, la santé, l'eau et la police.

Pour les fonctionnaires, le premier service public qui ne les satisfait pas est le transport, suivi des banques et assurances, la justice et l'éducation, la communication et les médias d'Etat.

Quant à la justice, le pourcentage des ménages congolais satisfaits du secteur reste peu élevé, passant de 20% en 2009 à 24% en 2011. Ce manque de confiance n'est pas seulement constaté au niveau de la ville Brazzaville, mais également dans les différents départements (régions) du Congo, notamment dans la Likouala.

A propos des services des douanes, plus de la moitié des usagers de ce service estime que les systèmes des douanes congolaises sont corrompus.

Phénomène extrêmement complexe, la corruption est un fléau aussi vieux que le monde qui sévit les administrations congolaises. Pour tenter de l'endiguer, le gouvernement congolais a mis en place, en 2004, une commission nationale de lutte contre la corruption, la concussion et la fraude.

En République du Congo, la corruption est punie de 1 à 10 ans d' emprisonnement avec des amendes allant de 200.000 à 10 millions FCFA (400-20.000 USD).

© Copyright Xinhuanet


 

 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir