Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique la poursuite de la faillite programmée d'un gouvernement

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

la poursuite de la faillite programmée d'un gouvernement

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Comme on s'y attendait "c’est de nouveau la stratégie du désespoir. Pas même ses fidèles aboyeurs n’osent croire que ce énième remaniement gouvernemental va changer quelque chose d’efficace dans cette crise politique et socio-économique qui menace d’emporter tout le pays.

Ces pantomimes que nous dénoncions depuis des années (1) se suivent alignant des décisions inutiles ou simplement inappropriées. Il en va ainsi du grand désespoir qui pointe sur les officines à la solde de SASSOU. La crainte d’un soulèvement populaire pousse M. Denis Sassou Nguesso a inventé des scénarios qui mettent en lumière les limites d’une politique désastreuse." (1)

Il faut noter les surprenantes sorties des   ministres Rosalie KAMA OKOMBI SalissaAbena et BOWAO .l'entrée de Serge Blaise Zoniaba , Gilbert Mokoki, Bernard Tchibambéléla, Cathérine Ebondza, Née Lipiti. Mais également la non nomination de Christel SASSOU NGUESSO.

"Notre démocratie ressemble de plus en plus à l’éternelle et absurde  tâche de Sisyphe. On passe notre temps à se préoccuper de savoir qui sera l’élu providentiel, tant rêvé, aux prochaines élections,  qui apportera avec lui les promesses  magnifiques et qui  en définitive décevra encore pitoyablement, laissant place  à de nouvelles spéculations politiques encore plus farfelues." (2)

Denis Sassou N’Guesso a décidé par décret n°2012-1035, du 25 septembre 2012, de la mise en place d’une nouvelle équipe gouvernementale. Voici la composition de cette équipe de 38 membres.

1- Ministre d’Etat, ministre du développement industriel et de la promotion du secteur privé,
M. Isidore Mvouba ;

2- Ministre d’Etat, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des droits humains,
M. Aimé Emmanuel Yoka ;

3- Ministre d’Etat, Ministre des transports, de l’aviation civile et de la Marine Marchande,
M. Rodolphe Adada ;


4- Ministre d’Etat, Ministre du travail et de la sécurité sociale,
M. Florent Ntsiba ;

5- Ministre d’Etat, Ministre de l’économie, des finances, du plan, du portefeuille public et de l’intégration,
M. Gilbert Ondongo ;

6- Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération,
M. Basile Ikouébé ;

7- Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation,
M. Raymond Zéphirin Mboulou ;

8- Ministre des mines et de la géologie :
M. Pierre Oba

9- Ministre de l’économie forestière et du développement durable,
M. Henri Djombo

10- Ministre de la fonction publique et de la réforme de l’Etat :
M. Guy Brice Parfait Kolelas

11-- Ministre de la construction, de l’urbanisme et de l’habitat,
M. Claude Alphonse Nsilou

12- Ministre de l’agriculture et de l’élevage,
M. Rigobert Maboundou

13- Ministre de l’énergie et de l’hydraulique,
M. Henri Ossébi

14- Ministre de l’équipement et des travaux publics,
M. Emile Ouosso

15- Ministre de la santé et de la population,
M. François Ibovi

16- Ministre des petites, moyennes entreprises et de l’artisanat,
Mme Adélaïde Mougany

17- Ministre à la Présidence de la République, chargé de l’aménagement du territoire et de la Délégation générale aux grands travaux,
M. Jean Jacques Bouya

18- Ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique,
M. Bruno Jean Richard Itoua

19- Ministre à la présidence de la République, chargé de la Défense nationale,
M. Charles Richard Mondjo

20- Ministres des hydrocarbures,
M. André Raphaël Loemba

21- Ministre de la culture et des arts,
M. Jean Claude Gakosso

22- Ministre du commerce et des approvisionnements,
Mme Claudine Munari

23- Ministre des postes et télécommunications,
M. Thierry Moungalla

24- Ministre des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité,
Mme Emilienne Raoul

25- Ministre de l’enseignement supérieur,
M. Georges Moyen

26- Ministre de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation :
M. Hello Matson Mampouya

27- Ministre à la présidence chargé des zones économiques spéciales :
M. Alain Akouala Atipault

28- Ministre de la communication et des relations avec le parlement, porte parole du Gouvernement ,
M. Bienvenu Okiemy

29- Ministre des affaires foncières et du domaine public,
M. Pierre Mabiala

30- Ministre des sports et de l’éducation physique,
M. Léon Alfred Opimbat

31- Ministre de la Pêche et de l’Aquaculture,
M. Bernard Tchibambéléla

32- Ministre de l’enseignement technique, professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi,
M. Serge Blaise Zoniaba

33- Ministre du tourisme et de l’environnement,
M. Josué Rodrigue Ngouonimba

34- Ministre de la jeunesse et de l’éducation civique,
M. Anatole Collinet Makosso

35- Ministre de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement,
Mme Cathérine Ebondza, Née Lipiti

36- Ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, chargé de la marine marchande : M. Martin Parfait Aimé Coussoud Mavoungou

37- Ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre des transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, chargé des voies navigables et de l’économie fluviale,
M. Gilbert Mokoki

38- Ministre délégué auprès du ministre d’Etat, ministre de l’économie, des finances, du plan, du portefeuille public et de l’intégration, chargé du plan et de l’intégration,
M. Raphaël Mokoko

D’après le ministre d’Etat, directeur de cabinet du Président de la République, Firmin Ayessa, le premier conseil des ministres du nouveau gouvernement aura lieu le 28 septembre prochain.

Que faut-il retenir?

"Au Congo, chaque mois nous avons notre lot de désolation et des actes irresponsables commis par nos gouvernants qui sont censés être des modèles d’exemplarité. Et cela ne va qu’en s’empirant parce que la règle d’or consiste « à placer l’homme qu’il ne  faut  pas à la place qu’il faut ». Ou encore le règne de la médiocratie érigé au sommet de l’état. Le Congo ne doit pas se transformer en «  Ripoucratie »."(3)

------------------------------

(1) http://www.dac-presse.com/actualites/a-la-une/politique/680-la-faillite-programmee-dun-gouvernement-2.html

(2) et (3) : http://www.dac-presse.com/actualites/a-la-une/politique/77-congo-brazzaville-mediocratie-ou-democratie.html

A Suivre...

Jean-Claude  BERICette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Commentaires  

 
0 #1 Marion Michel Madzim 27-09-2012 16:40
Mr Sassou fait un test avant de dévoiler son intention véritable. Il a rajeuni l'équipe mais en s'appuyant sur des gardiens du temple ( Adada pour le compte de lékoundzou , ondongo pour le compté de Moussa ) , le vieux yoka , Mvouba et Ibovi encadreront les jeunes . Mais l'entrée de Bouya avec un trop vaste ministère planqué tout en bas de la hierarchie protocolaire , me fait dire que ce gouvernement n'est qu'un coup d'essai avant l'arrivée de l'écurie familliale
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir