Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique MCDDI : Lettre de démission de Jean-Marie BITOULOU

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

MCDDI : Lettre de démission de Jean-Marie BITOULOU

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Deux hommes ne peuvent cheminer ensemble sans s’être accordés au départ, dit la bible. Aussi vrai que ne peuvent voler ensemble que des oiseaux de même plumage et de même ramage. Que se passe t-il le cas contraire ? Rester ou quitter ? Quelle est la réponse à donner par rapport à ma position à coté du coordonnateur du MCDDI et ministre de la république.

Mon cœur, c'est-à-dire ma subjectivité complaisante s’oppose à ma tête, autrement dit ma rationalité épistémologiquement avérée dit non, pas seulement à un embrigadement dont la possession ne donne pas aussi droit à la jouissance, mais qui plus est un hold-up politique et moral.

Alors qu’en Décembre 1997, le président KOLELAS Bernard est en exil, le MCDDI et ses responsables rasent les murs à Brazzaville, je suis le seul à m’opposer à Michel MAMPOUYA qui tentait de faire main basse sur le MCDDI au cours de la conférence qu’il organisa en décembre 1997 à Brazzaville.

Ceux qui avaient assisté à ce bras de fer au centre culturel Sony Labou Tansi sont encore vivants et savent à quoi je m’exposais ce jour là. Enfin, j’avais osé et le MCDDI n’avait pas perdu son âme même s’il fut embrigadé.

Alors qu’en 2004, le pays est dans la phase de pacification et le président SASSOU NGUESSO Dénis au fait de sa gloire après avoir laminé l’opposition aux élections de 2002 et mis tout le pays à sa cadence, j’ai aussi été parmi les rares à lever le petit doigt à l’intérieur du Congo en le trainant devant ses propres tribunaux où il a été obligé de prendre deux avocats dans l’affaire de cumul anticonstitutionnel de mandats : même si la cour se déclara incompétente, deux ans après, dans une correspondance adressée à feu NOUMAZALAY Ambroise, le président SASSOU NGUESSO Denis reconnu qu’en effet, on ne pouvait être Président de la République et celui de son parti en même temps dans un pays qui se proclame démocratique.

Pour avoir osé dans ce registre, je crois avoir participé un peu plus à la  fluidité du débat sur la démocratie et au recul de la sauvagerie en politique dans notre pays.

Alors qu’en 2006, le peuple congolais en général et les parents d’élèves en particulier croupissent sous le programme d’ajustement structurel renforcé, je suis élu président des parents d’élèves et étudiants du Congo de la ville de Brazzaville avec pour entre autres, la mission d’obtenir l’application des dispositions de la constitution portant sur l’enseignement obligatoire et sa gratuité dans les écoles publiques.

La voie politique, c'est-à-dire la collaboration et la négociation avec le gouvernement avait conduit à la compromission de l’association au plus haut niveau et les parents n’avaient plus confiance en leurs représentants. Ils proposèrent d’organiser des marches de protestation ou des sit-in.

Vu l’atmosphère lourde qui règne dans le pays, je préconise la voie de la légalité tout en étant conscient que le gouvernement allait s’arcbouter, mais la démarche avait une valeur pédagogique et allait attirer l’attention de l’opinion nationale et des bailleurs de fonds du domaine de l’éducation. Je suis éjecté de mon poste par la direction de l’association et, devant une cause aussi noble, j’avais porté le combat devant la cour constitutionnelle en tant que citoyen : la cour se déclara incompétente, mais quelques temps après, le gouvernement reconnu les faits puisqu’il remboursa les cotisations scolaires aux parents qui s’en étaient déjà acquittés cette année là et je crois savoir que cela perdure jusqu’aujourd’hui.

Ce petit rappel est fait, non pour réclamer des droits d’auteur, mais pour démontrer mon caractère enclin à la droiture, à l’amour du prochain, etc.…, mon attachement aux valeurs démocratiques et aux droits de l’homme. D’où :

-       Moi, chef, le clientélisme, le favoritisme, l’impunité, l’escroquerie, la corruption, les passes droits…sont des antivaleurs à éradiquer énergiquement ;

-       Moi,  chef, je ne vais pas entretenir un lobby à mes cotés car il constituera, à ne point en douter, le point de départ du pouvoir personnel, du travail fractionnel, de la chevauchée solitaire et d’une tyrannie en gestation ;

-       Moi, chef, je vais animer régulièrement les instances de mon organisation pour ne pas être un nain politique porté sur les épaules ;

-       Moi, chef, je ferai un point d’honneur de solder mes comptes découlant des indélicatesses que j’aurai commises dans le passé ;

-       Moi, chef, je n’éviterai jamais le débat/dialogue pour masquer mes insuffisances, mes fautes, mes carences ;

-       Moi, chef, je ne pourrais pas considérer mon entourage comme un harem d’esclaves sur lesquels j’aurai à instrumentaliser mes humeurs ;

-       Moi, chef,  je vais veiller à ce que ceux qui sont avec moi soient au courant de ce que nous voulons, là où nous allons, comment, quand, avec qui et avec quels moyens ;

-       Moi,  chef,  je serai reconnaissant à mes devanciers dont j’aurai à fructifier les acquis que je transmettrai avec les meilleures chances de succès pour nos héritiers ;

-    Moi, chef, surtout après une sévère débâcle électorale, je ne rejetterai pas la responsabilité sur les autres. Au contraire, j’assumerai cette contre performance, je ferai mon introspection (critique et autocritique) avant de chercher un nouveau consensus (assemblée générale, conférence, ou congrès) pour lever une nouvelle option même si la structure m’avait été léguée par mon oncle tartempion.

 

Que finalement, MAMPOUYA Michel, KIADI-MBOUKOU et MAHOUKA Jacques réunis n’ont pas fait pire que KOLELAS Parfait Guy Brice parce que ce qu’il fait ressemble à s’y méprendre à ce que ferait quelqu’un qui a la mission de saborder le parti. De là  à croire que KOLELAS Parfait Guy Brice a un agenda caché qui tourne le dos à l’idéal et au combat de ya BEKOL il n’y a qu’un pas.

J’ai été à Kinkala du 22 au 23 Décembre 2012 pour assister, impuissant, à la mise en place des conditions d’une dictature sauvage et d’un leadership obtus dont le MCDDI n’est pas prêt à sortir. Cette propension au manque de démocratie interne fera que le MCDDI ne pourra plus l’exiger au plan national.

La lutte politique de Ya BEKOL est entrain d’être vidée de sa substance et son instrument d’éveil et de combat politique est plus que menacé par son propre fils.

Aussi, je lance, aujourd’hui et maintenant un appel pressant aux hommes, femmes, militants et sympathisants du MCDDI de s’opposer à la dérive autoritaire qu’impose KOLELAS Parfait Guy Brice car elle est suicidaire pour le parti. Et si Claude Ernest NDALLA conseille affectueusement  qu’un vrai chef doit préférer un adversaire intelligent  qu’un entourage idiot, je dis avec Guichard : quiconque gouverne au hasard, finit au hasard.

Ma personnalité est aux antipodes de celle de KOLELAS Guy Brice Parfait et, à la lumière de notre cheminement ces cinq ans derniers, je ne sais comment j’ai pu rester à ses côtés. J’ai certainement rongé le frein à cause des conseils de ceux auprès desquels je m’en suis ouvert et à la mémoire de son père.

Par contre, ceux plus objectifs parce que connaissant l’homme, m’exhortaient à suivre ma tête et non mon cœur, ne trouveront plus à redire : je ne serai pas comptable avec KOLELAS Parfait Guy Brice au moment où le verdict de l’histoire s’abattra sur lui.

C’est donc le cœur serein, tout en restant membre du MCDDI, que je présente ma démission  en rendant le tablier de chef de cabinet politique du coordonnateur du MCDDI et en ligne directe de celui de directeur de la formation continue du ministre KOLELAS Parfait Guy Brice.

Fait à Brazzaville, le 26 décembre 2012

Jean Marie BITOULOU

Ancien chef de cabinet politique de KOLELAS Parfait Guy Brice

 

Commentaires  

 
0 #12 decisivenook2003. 21-11-2014 19:28
Just want to say your article is as astounding. The clearness for your submit
is just spectacular and that i can suppose you're a professional
in this subject. Well with your permission allow me to snatch your
RSS feed to stay up to date with impending post.
Thank you 1,000,000 and please carry on the rewarding work.


Here is my web blog; health costs (decisivenook20 03.blog.com: http://decisivenook2003.blog.com/)
Citer
 
 
0 #11 Rufin Malonga 05-01-2013 11:53
Voici les hommes courageux et responsable devant un problème. Je peux ici dire comme le président Sarkozy à l'époque: il appris ses responsabiluité s d'hommes politiques et encore le président OBAMA dit: l'Afrique a besoin des intistutuions fortes pas des hommes forts et il ajouta lors de la réception des jeunes africains que il faut aussi des hommes pour gérer ses institrutions fortes. voici un qui vient de nous faire un demonstration en quittant son part et en démissuionnant de son poste de directeur. C'est le premier congolais avoir fait celà. Monsieur du courage et la République pensera à toi. Je suis avec toi.
Citer
 
 
0 #10 jean pierre impila 30-12-2012 17:12
mr jean marie bitoulou vous pouvez creer votre parti.je lai dist hier a mr louzala.en plus qui est"ya bekol"? vous ne vous adressez pas a des amis. c'est un courier officiel donc pas d'usage de surnom et autres sobriquets populaires. enfin a ce que je sache mr guy brice parfait kolelas est ministre.donc vous lui devez un minimum d'egards.
Citer
 
 
0 #9 blaise mbemba 29-12-2012 21:22
je salue votre geste et votre engagement car quoi qu'en dise,il n'y a pas beaucoup des congolais qui peuvent démissionner même pour un salaire de 50000 f cfa.beaucoup des militants savent que vous avez toujours dit a parfait ce que vous pensiez et que votre collaboration n'était pas la plus tendre comme l'atteste la note de service que vous avez envoyé a parfait kolelas le 03 septembre 2012 alors que vous étiez encore son directeur de cabinet politique.les membres du club les bernardins croient en votre force de conviction et vous soutiendront dans vos prochaines entreprises politiques.
Citer
 
 
0 #8 Militant MCDDI 29-12-2012 19:37
Les archives de La Rumeur existe encore et Il semble que ce brave poussé à l'exil depuis est encore vivant.
Pourquoi ne parle t-il pas, il en a l'habitude ici, à moins que lui soit vraiment humble pour ne pas parler de lui.

Nous sommes encore là et vous demanderons des comptes à tous,
A bon entendeur
Citer
 
 
0 #7 Militant MCDDI 29-12-2012 19:36
Démissionnez donc mais donc mais ne vous hypertrophiez pas en racontant des hérésies parce vous trouverez toujours de militant vrai qui vous rappelleront LES VÉRITÉS.

C'est à votre honneur de vous être opposer à Michel Mampouya qui déjà planifiait de prostituer le reste du MCDDI démobilisé en Décembre 1997 alors Bekol est encore au Zaïre, mais dire que vous étiez le seul et que vous aviez pris des risques n'est pas honnête mieux mensonger.
Vous avez décliné l'offre de Michel Mampouya séance tenante donc en salle où vous ne risquiez rien.
CELUI QUI AVAIT ÉTÉ PROMU, SANS CONSULTATION MEMBRE DU BEN DE MICHEL MAMPOUYA, ET QUI EN A PUBLIQUEMENT DÉMISSIONNÉ PAR LETTRE PUBLIÉE DANS LE JOURNAL LA RUMEUR DU JEUDI 25 DÉCEMBRE 1997, S'APPELLE ROBERT POATY PANGOU,
ET DANS LE CONTEXTE DU SASSOUISME TRIOMPHANT ON SAIT LES RISQUES QU'IL A PRIS PAR CE GESTE, MÊME MAITRE MARTIN MBEMBA LE LUI A RAPPELÉ DEVANT TEMOIN.
Citer
 
 
0 #6 Militant MCDDI 29-12-2012 19:33
M Bitoulou,Démiss ionnez parce que vous ne vous retrouvez plus dans ce parti, c'est votre droit légitime mais ne vous hypertrophiez pas en racontant de hérésies.

Vous avez encore la lucidité d'admettre ''que ne peuvent voler ensemble que des oiseaux de même plumage et de même ramage'', sauf plaisir de parler pour ne rien dire on peut aussi en déduire que PUISQUE VOUS AVEZ VOLER AVEC LES OISEAUX DU PCT, VOUS SERIEZ DU MÊME PLUMAGE, celui de voleurs et coupeurs de têtes.

L'humilité, les convictions et la réflexion c'est ce qui vous a tous manqué en cautionnant le sabordage de ce parti que vous avez contribué à prostituer auprès du Pct.
Citer
 
 
0 #5 bakanga hyacinthe 29-12-2012 19:28
il est décevant et injurieux de la part de Bitoulou de nous prendre pour des nains politiques et des aveugles comme il prétend le faire.Cher ex conseiller politique tu ne diras pas que c'est maintenant que tu as constaté les dérives de PARFAIT,tu ne diras pas que PARFAIT ne t'a pas soufflé mot quand il fallait battre campagne pour votre MENTOR SASSOU,il est faux et nauséabond de t'entendre incriminer PARFAIT qui par sa participation au gouvernement t'a rendu joufflu et luisant grâce à la magouille que tu as entretenu à la fonction publique.IL est dit chez les vilis: que si le margouillat se moque de l'homme s'est qu'il a trouvé un arbre à coté de lui.Nous savons là où tu vas.tu seras dans entre les mains de l'usurpateur HELLOT pour continuer de jouir avec l'argent de mpila.
Citer
 
 
+1 #4 Luisvic 29-12-2012 09:59
Démission de quel MCDDI?
Je m'excuse, je suis du mouvement des congolais démocrates pour la démocratie et le développement intégral, non pas du Parti. j'ai chante la "Congolaise"mais aussi le "Soleil" pour tous, libre de la tyrannie et des injustices, avec mon droit de vote , j'ai vote librement pour la constitution du 15 mars 1992 , finalement j 'étais fier d’être Congolais.
Quelles valeurs defend ton Parti et tes militants?
Citer
 
 
+1 #3 Vingou 29-12-2012 09:56
a écrit le 29/12/2012 à 02h29
Ces responsables du MCDDI qui démissionnent par ce qu'ils n'occupent plus de poste politique national me font plus que rire. Il démissionne du parti d'accord; qu'ils nous fassent le bilan de leur coopération avec Parfait Kolélas que j'ai toujours trouvé incompétent dans les actes posés au sein du MCDDI.Finalement je ne m'étais pas trompé.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir