28/06/2017

Dernière mise à jour01:53:03 PM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique 120 miliciens de tsambitso au secours de BOZIZE

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

120 miliciens de tsambitso au secours de BOZIZE

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Un pays qui est incapable de consolider sa propre paix et stabilité politique s’engage à secourir un autre miné par ses propres dérives démocratiques. Nous dira t-on que que c’est une injonction de la FOMAC, mais bien sûr. Curieusement cette FOMAC ne représente plus que deux états Le TCHAD et le CONGO. En réalité c’est une manœuvre de vouloir porter secours à BOZIZE en grande difficulté. Ainsi va la solidarité entre dictateurs. !!!

 

RCA: le Congo envoie des troupes

Des soldats de Congo Brazzaville, dans le cadre de la FOMAC, arrivent à l'aéroport de Bangui le 31 décembre 2012.

Le Congo Brazzaville a annoncé lundi avoir envoyé 120 militaires à Bangui, la capitale centrafricaine, menacée par l’avancée des rebelles.

Selon un communiqué du ministère congolais des Affaires étrangères, cette compagnie agira dans le cadre du mandat de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale, à la demande du président tchadien Idriss Déby, également président en exercice de la CEEAC.

La force de la CEEAC, le FOMAC, est actuellement déployée à Damara, à 75 km au nord de Bangui en appui de l'armée centrafricaine, qui essuie défaite après défaite face à l'avancée de la coalition rebelle du Seléka.

Les rebelles menacent désormais de s'emparer de Bangui, après avoir pris le contrôle d’une dizaine de villes.

Cette force multinationale d'Afrique centrale, mise en place en 2008, avait pour mission d'aider à consolider la paix dans le pays miné par des années de guerres civiles et de nombreuses rébellions.

“Bozizé doit partir”

La coalition rebelle du Séléka a demandé lundi le départ de François Bozizé.

"Bozizé doit partir, c'est clair, on réclame son départ, qu'il quitte le pouvoir", a affirmé le porte parole du Séléka, Eric Massi.

Les rebelles affirment également vouloir prendre Damara, dernier verrou à 75km au nord de Bangui.

La coalition rebelle du Séléka a rejeté une série de promesses faites par le président français centrafricain, notamment celle d’un gouvernement d’union nationale, et la promesse de ne pas se présenter aux prochaines élections de 2016.

Selon Eric Massi, il n’est pas possible de faire confiance à François Bozizé car les troupes centrafricaines commettent des exactions contre des partisans de la rébellion à Bangui.

Hollande par téléphone

Le président centrafricain François Bozizé s'est entretenu lundi avec son homologue français François Hollande, selon la présidence française.

François Hollande a appelé à "l'ouverture d'un dialogue entre les autorités centrafricaines et toutes les parties en présence, notamment la rébellion".

Au cours de cet entretien téléphonique lundi après-midi, le président français a invité Francois Bozizé "à engager ce processus dans les meilleurs délais".

Menacé par l’avancée de la rébellion en Centrafrique, François Bozizé avait appelé en vain la semaine dernière l’aide de la France.

Il avait demandé dimanche à rencontrer le président français pour "débattre des questions profondes qui intéressent la République Centrafricaine".

Source:  BBC

Commentaires  

 
+1 #4 Etipoula jean 03-01-2013 08:54
Jean-Francis Bozizé n'a pas démérité
Josué Binua, ministre de l'Administration du territoire centrafricain, explique la décision de François Bozizé. Il met en avant son expérience pour diriger l'armée et dresse le bilan de l'action de Jean-Francis Bozizé à la tête du ministère de la Défense.
Josué Binoua: «Le président de la République est un général d'armée»
... il a été lui-même ministre de la Défense nationale. Le temps est grave. Nous avons besoin de gens expérimentés pour pouvoir chercher des solutions durables. Je crois qu'il faut saluer tout le travail qui a été abattu par le ministre délégué à la Défense : la réforme du secteur de la sécurité qu'il a entamée depuis 2008 ; malheureusement les dieux des financements extérieurs n'ont pas été avec lui et la situation s'est aggravée avec les attaques de ces derniers jours des rebelles... C'est une question de responsabilité et non pas forcément une question d'incompétence.
Citer
 
 
+1 #3 Aboka Charles 03-01-2013 08:50
Les sanctions prises mercredi sont la conséquence logique de ce discours. «François Bozizé fait sauter un fusible très symbolique puisqu’il s’agit de son fils, explique un observateur de la Centrafrique. Cela lui permet, poursuit cette source, de montrer à la population qu’il a tenu compte des échecs passés, tout en se donnant les moyens de reconstruire une relation de confiance avec l’armée, puisque ce sont quelques responsables seulement qui sont mis en cause.»
Citer
 
 
+1 #2 Aboka Charles 03-01-2013 08:49
La rapidité avec laquelle les rebelles de la coalition Séléka ont pu progresser depuis leur prise de Ndélé, au Nord, le 10 décembre dernier a choqué de nombreux Centrafricains. Les unes après les autres, les localités sont tombées sans grande résistance. Parfois même les FACA, les Forces armées centrafricaines , avaient évacué avant l’arrivée des rebelles.

Dans ses vœux aux Centrafricains, le 31 décembre, François Bozizé avait critiqué de manière très ferme ces reculs successifs de l’armée. «Si elle était disciplinée et remplissait sa mission correctement, avait-t-il dit, nous n’allions pas en arriver à la situation actuelle.»

Le président avait également rendu l’armée en partie responsable de la souffrance de la population et estimé que sans l’intervention tchadienne, Bangui aurait déjà été prise d’assaut.
Citer
 
 
+1 #1 Aboka Charles 03-01-2013 08:47
RCA: François Bozizé fait le ménage dans la haute hiérarchie militaire
Un décret présidentiel lu à la radio nationale dans la soirée du mercredi 2 janvier 2013 indique que le président Bozizé a limogé son fils, Jean-Francis Bozizé, du ministère de la Défense pour reprendre lui-même en main l'armée. Le chef de l'état a aussi relevé de ses fonctions le «chef d'état-major» Guillaume Lapo. Le général de division Michel Bémakoussi est nommé directeur de cabinet de la Défense. Ces mesures interviennent alors qu'il y a deux jours, dans son discours de voeux du Nouvel an, le président Bozizé avait «regretté» le manque de discipline et l'échec des Forces armées centrafricaines devant la progression éclair de la rébellion qui a conquis en trois semaines la majeure partie du pays.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir