22/08/2017

Dernière mise à jour10:34:34 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Alerte: Maitre Amédée Nganga en danger

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Alerte: Maitre Amédée Nganga en danger

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le 6 janvier 2013, les 23 militaires prévenus dans l’affaire des explosions qui ont fait près de 300 morts le 4 mars 2012 à Mpila, ont écrit individuellement aux autorités judiciaires pour demander leur libération.

Le 7 janvier 2013, Maitre Amédée Nganga, avocat du colonel Marcel Ntsourou a écrit au directeur de la maison d'arrêt de Brazzaville pour demander l'expulsion des 23 militaires, après que la chambre d’accusation se soit déclarée incompétente dans ce dossier.
Voici ce qu'il a écrit: « Le directeur de la maison d’arrêt n’a pas le choix que de constater que les prévenus, actuellement, ne disposent d’aucun titre, pour qu’ils soient pensionnaires de la maison d’arrêt. Et de ce point de vue, le directeur de la maison d’arrêt devait les expulser de la maison d’arrêt, au besoin, utiliser la force publique, si ceux-ci résistent, sinon les poursuivre pour rébellion, parce qu’ils n’ont plus leur place – j’allais dire – ils n’ont plus aucun titre ni droit à rester à la maison d’arrêt ».

Comme à chaque fois qu’il n’a plus d’arguments, le pouvoir de Brazzaville fait recours aux techniques bien rodées: Tentatives de corruption, harcèlement, intimidation et la violence.

La semaine dernière, Maitre Amédée Nganga a été victime d'un cambriolage et, curieusement, les malfrats ont fait mains basse sur certains documents du dossier des explosions de Mpila.

Depuis le début de la semaine, il a déjà reçu deux (2) convocations du fameux commandant Ovoundar, l'homme de main du général Jean François Ndenguet et Jean Dominique Okemba.

Interpellation programmée ou intimidation, les congolais épris de justice et du respect des droits de l’Homme doivent rester vigilent et mobiliser.

Nous n'accepterons plus que des brigands et criminels fassent la loi au Congo-Brazzaville; Peu importe qui ils sont, peu importe d'où ils viennent.

C'est notre devoir d'agir! Pas question de trembler comme des feuilles. Il faut défendre notre pays; simplement notre droit d'exister.


Affaire à suivre

 

Source : Direct Brazza


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir