Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique REQUISITOIRE POUR LE 35 e ANNIVERSAIRE DU PROCES DU PRESIDENT COMMANDENT MARIEN NGOUABI

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

REQUISITOIRE POUR LE 35 e ANNIVERSAIRE DU PROCES DU PRESIDENT COMMANDENT MARIEN NGOUABI

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

6 FEVRIER 1978-6 FEVRIER 2013 :

35ANS DÉJÀ SE SONT ÉCOULÉS DEPUIS LA FIN DE CE PROCÈS

Il y a dans l’histoire de la République du Congo beaucoup des faits et d’événements qui doivent être considérer à tort ou à raison des faits, événements historiques selon la lecture, qu’elle émane des gouvernants ou des gouvernés, parmi ceux-ci, , il y a le procès des mois de janvier –février 1978 orchestré par une cour révolutionnaire d’exception,.

Auprès de plusieurs catégories des citoyens congolais, qu’ils se classent soit du côté des gouvernants ou qu’ils se classent du côté des gouvernés, cet événement est considéré comme un des talons d’Achille de la construction de la nation congolaise. Loin de nous la volonté d’ouvrir de nouveau cette page sombre de l’histoire de notre pays au risque d’être traiter comme un rat d’église par les uns et un tribaliste acharné par les autres, dans le passé, notre volonté a toujours été ,elle est au temps présent et devra demeurer dans l’avenir , de chercher à connaitre la vérité de ce simulacre de procès, ainsi les lieux de sépulture de ces dix (10) dignes fils que la nation congolaise avait perdu ;afin de nous permettre de faire notre deuil et tourner ainsi la page.

Le silence, représentant une grande vertu des potentiels leaders, nous l’avons utilisé jusqu’à ce jour. Au moment où pour diverses raisons, la république du Congo se retrouve à un des moments clés de son développement, ne pas revendiquer ce qui nous revient de droit serait un tort que plusieurs générations devront porter avec un obscurantisme exacerbé.

Ainsi : 6 février 1978 – 6 février 2013, trente cinq ( 35 ) années se sont écoulées ; jour pour jour depuis la fin du dit procès avec entre autre un message de refus d’accorder la grâce présidentielle par le sieur Général de son armée tribale et clanique à l’issu d’une audience que lui avaient demandé les avocats de la défense, le dit procès avait pour but d’accréditer devant les opinions nationale et internationale la version officielle ,version d’état de l’assassinat du président Marien NGOUABI ,et pourtant avec le recul du temps écoulé, nous sommes dans le regret vif de constater plusieurs choses se savaient déjà à l’époque, tous les officiers du haut commandement de l’ Armée Populaire Nationale ainsi que tous les notables et cadres de la république connaissaient la véritable version de ce crapuleux et horrible assassinat. Pourquoi alors distraire la nation toute entière durant plus d’un mois.

A l’issu de ce procès les peines prononcées furent les suivantes :

*11(onze) peines de mort avec 10 qui furent exécutées le lendemain, soit le mardi 7 février 1978 et la 11é peine étant une peine par contumace ne pût être exécuté et ce dernier est encore en vie à ce jour

* 7 (sept) condamnés pour des travaux forcés à perpétuité,

*11 (onze) autres condamnés avaient écopés une peine de cinq (5) années avec sursis

* et enfin 14 (quatorze) personnes furent purement et simplement acquittées.

Dans le cadre d’une célébration à titre de mémoire et d’un refus catégorique d’oublier, l’association ’’ NSIMOU YTV, En MEMOIRE CONTRE L’OUBLI,’’ structure regroupant dans son sein plusieurs victimes, ayant droits de ce simulacre de procès,, faisant partie intégrante de la Dynamique d’Actions d’Analyse et de Réflexion pour une Autre Gouvernance du Congo-Brazzaville se voit dans l’obligation d’interpeller toute la nation congolaise entière ,et prend la communauté internationale à témoin ,en particulier les politiques regroupés parmi différents clans , les gouvernants d’hier, sans oublier ceux d’aujourd’hui  et de demain,; les opposants à la tyrannie sassouiste , qu’ils soient dans l’opposition trompe de l’œil, soit dans l’opposition réelle ,ainsi que les différents résistants au système mafieux clanico tribal de gouvernance où le culte de la médiocrité ,des anti valeurs sont légions d’honneur par un réquisitoire qu’elle désire historique

Vu l’immensité et la complexité de ce sujet c’est un réquisitoire qui va être appliqué sur au moins trois années et devra se composer de la manière suivante :

- Pour l’année en cours : Intégrer de gré ou de force l’arène de la gouvernance de la nation congolaise en apportant son soutien à l’œuvre de sensibilisation et de conscientisation du peuple congolais ;en relayant par tout les moyens disponibles le 4é épisode de la saga des reportages que présente la Dynamique d’Actions d’Analyse et de Réflexion pour une Autre Gouvernance du Congo-Brazzaville ;intitulé ’’ 35 ANS DEPUIS LA FIN DU PROCES DU PRESIDENT COMMANDANT MARIEN NGOUABI ET 22 ANS APRES LES ASSISES DE LA CONFERENCE NATIONALE SOUVERAINE ‘

- Pour l’année 2014 : Afin de permettre aux congolais et congolaises de bien relire l’histoire de leur pays et de connaitre le contexte existentiel de la fin de ce procès, et surtout de se rappeler le refus de la grâce présidentielle par le Général Joachim YHOMBI-OPANGAULT, nous produirons un autre reportage qui éclairera les opinions tant nationale qu’internationale des criminels ,militaires de haut rang dans l’Armée Populaire Nationale ,avec à leur tête le Président et le Vice Président du Comité Militaire du Parti ;

- Des éléments nouveaux apparurent lors des assises de la Conférence Nationale Souveraine, avaient permis aux conférenciers de prendre quelques décisions politiques, en faveur des victimes et les ayants droits de tous les crimes humains et de sang perpétrés sous le système de parti unique ; ces décisions furent inscrites noir et blanc dans les actes de cette conférence, ces dits actes se devaient être exécutoires d’urgence et publiées au journal officiel.

A ce jour, une vingtaine d’années au-delà après les glorieuses assises de la Conférence Nationale Souveraine Qu’en est il de leur application. ? Pour l’année 2015 tandis que toutes les forces politiques présentes dans l’arène politique congolaise vont soit déjà peaufiner des stratégies de conservation du pouvoir pour les uns et les autres se mettront en route soit pour leur barrer la route, si d’ici là rien n’est fait nous publierons tous ces actes et déposerions des manifestes auprès de tous les états majors des forces politiques présentes dans l’arène de la conquête de la magistrature suprême de 2016 après la retraite politique du sieur Kani SASSOU NGUESSO

- Enfin un service religieux chrétien à double caractère, à savoir œcuménique et international sera officié en l’année 2016

Pour l’heure nous disons à nos martyrs décédés, assassinés que nous ne les avons jamais oubliés, que nous les portons dans nos cœurs, interpellant ceux des notre qui ne savent pas de quel côté se positionner de bien réfléchir, d’ annoncer sans détour de quel côté de l’action politique sont ils positionnés ?, à ceux qui n’ont pas encore trouvé les voies et moyens de mener le combat de la restitution de l’honneur de nos parents que notre porte est grandement ouverte, nous les attendons afin qu’ensemble nous portons ce lourd fardeau de la recherche de la vérité et de la réconciliation

Pour l’association NSIMOU YTV EN MEMOIRE CONTRE L’OUBLI

Le Président

Jean-Richard Amédée SAMBA-DIA-NKOUMBI



 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir