19/08/2017

Dernière mise à jour08:35:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo-Brazzaville, le massacre du Beach. Un scandale qui est aussi français

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville, le massacre du Beach. Un scandale qui est aussi français

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

...... Combien de disparus ? Des dizaines, des centaines… On ne sait pas. Ou plutôt on ne veut pas savoir… Je veux parler de ce que l’on a appelé « le massacre du Beach » ! Le Beach étant le port fluvial de Brazzaville, tout près du palais présidentiel de Denis Sassou Nguesso… Si près même que certains témoins, depuis les fenêtres de leur bureau de la résidence présidentielle, ont pu sentir la fumée des bûchers sur lesquels on brûlait des corps…

Alors que s’est-il passé ? Ce massacre, perpétré par des soudards proches du pouvoir, est l’ultime conséquence de la terrible guerre civile qui a ensanglanté la capitale de la République du Congo, plus communément nommée Congo-Brazzaville, pendant une année entière à partir de décembre 1998… Un conflit ethnique d’une violence inouïe avec son cortège de viols et d’assassinats systématiques… à tel point qu’on a parlé de massacres de type génocidaire. Au total, des dizaines de milliers de morts, 500.000 personnes déplacées, 800.000 sans abri et une forte odeur de pétrole…

Mais si Monsieur X évoque aujourd’hui cette affaire du Beach, c’est que la France y a été impliquée. La France de la Françafrique, si j’ose dire… Si prompte à protéger les dictateurs africains dès lors que ses intérêts, ou plutôt les intérêts de ses grands groupes, sont menacés…

Il faut enfin ajouter avant d’écouter Monsieur X que l’homme fort du Congo-Brazzaville, le vainqueur de cette épouvantable guerre civile, Denis Sassou Nguesso, est aussi l’un des trois chefs d’état africains impliqués dans l’affaire dite des biens mal acquis.

"Coup de coeur" lecture : "Photo de groupe au bord du fleuve", d'Emmanuel Dongala, un roman sur le quotidien harassant des casseuses de pierres de Brazzaville, raconté par l'une d'elles, porte-parole du groupe. Des femmes issues de tous les milieux sociaux, lettrées ou analphabètes, contraintes de faire ce travail pour nourrir leurs familles, et qui ont décidé de protester contre les tarifs pratiqués par ceux qui leur achètent leurs sacs de gravier, afin de construire le nouvel aéroport de Brazzaville. A travers cette lutte, on découvre le régime autoritaire de l'indéboulonnable Denis Sassou Nguesso, la corruption qu'il engendre, les guerres qui ont ravagé le pays durant presque une décennie, les inégalités de toutes sortes, le plus souvent au détriment des femmes, les êtres humains les plus courageux de ce formidable roman (Actes Sud, 2010)

http://www.franceinter.fr/emission-rendez-vous-avec-x-congo-brazzaville-le-massacre-du-beach-un-scandale-qui-est-aussi-francai

A ÉCOUTER SANS MODÉRATION


http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=539939

Commentaires  

 
0 #2 look ethnique chic 27-08-2016 05:38
J'ai lu beaucoup de choses intéressantes en parcourant
votre site internet. Merci
Citer
 
 
0 #1 TONA 03-03-2013 23:56
Maintenant que les choses semblent être claires en France quant aux biens mal acquis, maintenant que les tribunaux français reprennent le dossier des disparus du Beach en main, il suffit qu'une opposition forte au Congo pour que le pouvoir tombe. Malheureusement , l'opposition Congolaise attend le feu vert de ses maîtres Maçons. C’est dommage d'être encore esclave à ce point mais pour combien de temps encore? Pourtant il faut agir vite. Sarkozy ne pensait même pas perdre les élections du coup, les plans mis en place pour la deuxième mandature tombent à l'eau d'où la peur de Ouattara en Côte d'Ivoire et de sassou au Congo. Alors opposition Congolaise qu'attendez-vous pour agir? Faites tout de même attention vous risquez d’être confondus.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir