18/08/2017

Dernière mise à jour08:35:13 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique ALAIN AKOUALA ATIPAULT, le Ministre des démentis reprend du service

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

ALAIN AKOUALA ATIPAULT, le Ministre des démentis reprend du service

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

« La sagesse voudrait qu’avant de se lancer dans une diatribe indécente et accusatrice en voulant retirer la brindille  dans l’œil du voisin qu’il serait préférable au préalable de s’occuper de la grosse paille qui obstrue sa propre vision. »

Il est évident que c’était prévisible que l’un des ‘chiens de chasse’ de monsieur SASSOU sorte de ses gongs  pour distiller son habituel venin de prédateur inconstant.  Mais lorsqu’on réagit à une démarche comme celle mener par nos compatriotes au palais Bourdon, il serait souhaitable de s’assurer que le reproche formulé à un Parti politique d’une grande expérience n’est pas prématuré au regard de ce qui se passe au sein de son Parti, le PCT.  Ou encore s’assurer  qu’on est irréprochable soi-même en terme de probité morale et politique pour s’ériger en donneur de leçons de gouvernance au Parti Socialiste Français ? Voici la déclaration d’un ministre en quête de considération AKOUALA ATIPO : « Le parti socialiste français dont un représentant s'est retrouvé au Palais Bourbon avec nos compatriotes dont je salue l'initiative, est un parti qui d'un point de vue conceptuel, n’existe plus. Il n'est plus qu'une machine de pouvoir. Il n'y a plus de courant, que des écuries et des clientèles. Il a gagné les élections présidentielles en faisant des promesses dont son Gouvernement a du mal à tenir. Depuis la disparition de François Mitterrand son fondateur qui le dominait, on a le sentiment que ce parti a du mal à travers son Gouvernement, à être à la hauteur de sa tâche historique... Avec un taux de croissance en dessous de 1%! Le déficit sera de +3,7% du PIB en 2013, +3,9% en 2014. En conséquence le point 9 des 60 engagements de son candidat ne sera pas respecté. Face à la dureté de la crise, ce grand pays ami semble dans l'impasse. Si l'on considère les taux d'abstention successifs aux élections en France, l'apparition des Mélenchon, Marine Le Pen et autres votes protestataires et extrémistes, dont les principaux acteurs estiment que les opinions politiques de leurs électeurs ne sont pas représentées au Palais Bourbon justement! Cette "vieille" démocratie française mérite également ses états généraux.... »

Nous avons là l’expression d’une arrogance qui a atteint son paroxysme dégradant d’un membre du gouvernement de Sassou. Les frasques publiques de ce Ministre font légion dans la société congolaise ou  l’indécence et l’immoralité se côtoient au plus haut point. Son bilan au sein de ce gouvernement se résumant en une multitude d’accusation. Si l’on se réfère à ses nombreuses victimes supposées qui auraient subies ses agressions à répétition c’est en prison que ce Ministre serait aujourd’hui. Le signe d’une intolérance, l’irrespect et l’irresponsabilité frisant l’excès de zèle d’un ministre qui a du mal à cacher  une agitation incontrôlée, une peur qu’il aurait du mal à contrôler.

Pour ceux qui ont suivi le débat, en conviendrait avec moi que le représentant du Parti socialiste, Bruno le roux,  est venu apporter son expérience dans le combat noble et humain des peuples en lutte pour la libération, le recouvrement de leurs droits de jouir  d’une liberté totale dans un pays réellement démocratique. A aucun moment il n’a fait référence du bilan désastreux du gouvernement SASSOU. Il se trouve que  d’un point de vue conceptuel de forme  qu’il serait logique que Monsieur AKOUALA réagisse sur  le concept de gouvernance démocratique.

Or notre tourbillon de ministre s’est lancé dans une démonstration osée et surtout mal maîtrisée des supposées difficultés rencontrées par le Président Hollande dans la concrétisation de ses 60 engagements de candidat. Comment peut-on porter un jugement aussi sévère sur un gouvernement à 10 mois de gouvernance lorsque son propre gouvernement en 16 ans a plongé le Congo dans l’hécatombe économique accumulant les déficits d’année en année? Monsieur AKOUALA a-t-il agit en tant que ministre, membre du PCT ou en tant que simple individu ?  Si nous osons croire que ce serait les deux premières hypothèses qui seraient retenues, ce ministre  fait preuve de la manifestation d’une crise d’amnésie incurable.  Peut-on réellement prendre au sérieux un ministre qui déclarait il y a peu de temps  je cite « les grandes dictatures démocratiques, quand le pouvoir change de main, des gens comme moi ne seront jamais inquiétés, nous n’avons jamais du sang sur les mains, nous passons notre temps à dire des contrevérités au peuple, à chanter les louanges de nos chefs » C’est ce travail de désinformation apprise à l’école soviétique que ce ministre, dont la plus part de ses collègues parlent de lui avec une certaine désinvolture non dissimulée, s’attèle en s’y mêlant les pinceaux. La sagesse voudrait qu’avant de se lancer dans une diatribe indécente et accusatrice en voulant retirer la brindille  dans l’œil du voisin qu’il serait préférable au préalable de s’occuper de la grosse paille qui obstrue sa propre vision.

Le bilan du PCT est-il éloquent pour s’auto-réjouir  devant le Parti socialiste ?

En 2010 au moment où le Congo accédait à l’initiative PPTE, il connaissait un taux de croissance du PIB réel de 8.8 %. En 2011, il est descendu à 5.3% et, les prévisions pour 2012 et 2013 tablent sur un taux de croissance du PIB réel de 5.7% en 2012 et 4.7% en 2013. S’agissant de l’inflation l’indice des prix à la consommation (IPC) était de 5% en 2010, de 2.5% en 2011. Pour 2012, on prévoit une inflation de l’ordre de 4.9% contre 3.1% en 2013. Or, d’après le rapport « Doping Business » 2013, le Congo est classé 183ème sur 185 pays dans la facilité à faire des affaires. Selon Albert Zouak, directeur sectoriel macro-économie et gouvernance de la Banque mondiale pour l’Afrique centrale, « le Congo reste un pays où la pauvreté  est plus parlante ». Ce sont les chiffres officiels démontrant l’Etat de délabrement de l’économie congolaise. (1)

« Depuis le retour par la force au pouvoir le PCT devient l’ombre de lui-même, un parti sans valeur, ni idéologie. Ayant scellé son alliance avec le diable, le PCT peine à retrouver  son audience auprès d’un peuple qu’il a massacré de ses propres mains. Sous ses 44 ans d’existence, le PCT ne peut présenter un bilan élogieux malgré les années fastes du moment. Le PCT fait souffrir les congolais  dans leurs vies quotidiennes. Sa politique accentue  le chômage en creusant de plus en plus les inégalités. La hausse des prix des denrées alimentaires et autres produits de premières nécessités  ampute le maigre pouvoir d’achat des congolais. L’insécurité est palpable ainsi les recrudescences des vols à mains armées et autres actes de vandalismes.

La jeunesse congolaise, hors  militants et membres du PCT, se désespère d’être maintenue en lisière de la société. Une jeunesse qui subit un impôt in-équitablement réparti selon les capacités de chacun. Ce qui a construit une société ou le règne des privilèges et des passes droits est réservé à une catégorie d’individus ou le mérite est totalement méconnu.  Une jeunesse qui subit de plein fouet la discrimination sociale dans les écoles en excluant d’accorder à chaque enfant la même attention. Une jeunesse dont l’accès aux soins est disparate et très inégalitaire.  Une jeunesse qui ne peut espérer pouvoir vivre de son travail. Enfin, une jeunesse qui vit perpétuellement en sursaut en ayant cette épée de Damoclès sur la tête  que la paix et la sécurité  seraient  conditionnées par le maintien  au pouvoir du PCT et de son chef SASSOU. Voilà ce que le PCT offre comme  avenir à cette jeunesse depuis 44 ans. Où est l’espérance d’un quelconque transfert de flambeau entre les générations ? Il est clair, que le  PCT par sa politique dévastatrice place la République en porte à faux devant les congolais, par des agissements qui poussent à  penser que la République doit être  méprisée dans ses valeurs comme dans le fonctionnement de ses institutions démocratiques. En cautionnant ce discours  l’emporte-pièce ce Ministre, qui ne mérite pas de l’être, non seulement s’humilie mais tente  de rejeter l’opprobre sur un peuple qui n’a rien demandé. Les mauvais chiffres du chômage  sont là pour témoigner que depuis 44 ans que le PCT  ne s'est pas seulement trompé de prévision: il se trompe de politique économique et sociale. D’année après année, le bilan du chômage s’alourdit faisant du PCT un parti du chômage. Pourtant face à cette réalité dramatique et traumatisante nous constatons encore qu’aujourd’hui que ce Parti ne fait qu’agiter des slogans vides et déclarations culpabilisantes pour les chômeurs congolais qui attendent autres choses.

Dès qu’on lui fait le reproche sur ses actes anti-démocratique, les aboyeurs du pouvoir, en l’occurrence ALAIN AKOUALA, se mettent en branle pour distiller le venin propagandiste à la sauce soviétique. Le PCT a toujours eu peur de la démocratie, du combat des idées, de l’effort consentis pour gagner son pain, tout de la conception moderne et républicaine d’une nation démocratique » (2) C’est certainement ce fait qui accroit l’inquiétude du pouvoir à l’idée de s’asseoir avec l’opposition pour parler des états généraux de la nation.

Ne serait-il pas la crainte de voir se profiler à l’horizon la déchéance de son mentor Sassou Nguesso  qui le pousserait à se lancer dans une bataille médiatique perdue d’avance ? Cette même France dont il s’évertue de vouloir traîner dans les eaux boueuses ne l’a-t-elle pas adoubée hier ? Elle se serait  transformée curieusement en une adversaire dès lors qu’elle devient un peu plus regardante dans la direction de leur gestion chaotique et clanique du pouvoir ?

Toujours est-il que les propos de ce Ministre sans valeur, le symbole même de la dérision au sommet de d’Etat, le Ministre des démentis, le bouffon du roi  n’affectent personne. « La pensée véritable et authentique est semblable à une graine; elle est semée dans la terre fertile du cerveau. Pour qu'il y ait germination, il faut une culture, des engrais intellectuels et l'irrigation par la morale.» Driss Chaïbi. Il se trouve que ce ministre brille par une immoralité qui laisse à désirer. Ses élucubrations sont loin de modifier le cours de l’histoire qui s’écrit dès à présent. Surtout pas le PS, ni encore moins nos compatriotes qui se sont mobilisés dans le combat pour la restauration de la démocratie et la constitution de 1991.

C’est aux congolais d’en décider de ce que sera fait demain.  Vous avez le destin de votre avenir dans vos mains maintenant. Qu’on ne s’y trompe pas l’échec actuel de notre démocratie, la faiblesse grave de notre économie n’est pas imputable aux congolais, c’est l’échec, d’un parti, d’un clan, d’un gouvernement, d’une politique hasardeuse et semée d’antivaleurs symbolisé par le PCT depuis 44 ans.

Jean-Claude BERI : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

---------------

(1) www.LibreAfrique.org : Congo Brazzaville : quel bilan socioéconomique après l’accession du pays à l’initiative pays pauvres très endettés ?

(2) : http://www.dac-presse.com/actualites/a-la-une/politique/719--le-pct-symbole-dun-echec.html

 

Commentaires  

 
0 #12 bingo 08-03-2013 01:06
Le problème d'AKOUALA s'est qu'il est Ministre d'une réalisation qui n'aura jamais lieu " ZONE FRANCHE" alors il aboie tel un Pik Bull dès que son chef dit GO, il y a va sans reflechir, dès qu'il voit quelqu'un passer devant son chef, il aboie pour lui faire comprendre qu'il est encore là.
Qu'il ait repris du service cela n'étonne personne.
On n'a pas oublié ses sorties sur les préfaces V... de Nelson Mandela, ses déclarations sur les disparus du beach et il lui restera un jour à dire que le 04 mars n'a jamais existé.
Sassou au moins le merite de transformer une partie de la jeunesse congolaise en Pik Bull, je cite les Moungalla, les Akouala, les Okiemy; c'est vraiment pahétique.
Citer
 
 
-1 #11 Nzie Mathias 08-03-2013 01:03
Je voudrais juste savoir si les dirigeants Fracais qlq soient leurs appartenance politique ont le droit de porter leurs jugements sur notre gouverement et pas l´inverse, je fortement indigné de ce genre de compexe que souffre nos compatriotes surtout ceux de la Diaspora Congolaise a qui je reconnais bie le droit de faire des critiques constructives à l´endroit du gouvernement Congolais. Quoi vous pensez qu´ils ne font pas d´erreur ! c´est ce que le ministre a voulu dementrer, on ne peut tout le temps recevoir des lecons de democratie des gens qui eux même ont pasés deux siecle à arriver là où ils en sont aujourd´hui.
Citer
 
 
0 #10 mwana ntembe 08-03-2013 01:01
Sa note : 19/20
akouala est ridicule. on se moque de la france alors que notre pays le congo est PPTE.
c'est ridicule.
Citer
 
 
0 #9 moubakala 08-03-2013 00:59
Pour preuve l'ecole , les hopitaux , l'universite n'existent que de nom. A cela s'ajoute le manque d'eau , d'electricite , les inondations a brazzaville et a pointe noire , alors qu'entre temps ces deux villes ont beneficiees de la munucipalisatio n acceleree, qui est en fait un programme mis en place par sassou pour enrichir sa famille et ses sbires. Avec tous ces chapelets de misere , les dignitaires du pouvoirs veulent faire croire au congolais que le pays que le pays va mieux, et que le bilan est positf , mais c'est regretable , je pense que sassou n'a plus le droit de revenir surtout qu'il n'essaie pas de toucher a sa propre constitution taillee sur mesure.
Citer
 
 
0 #8 moubakala 08-03-2013 00:59
Oui, je suis d'accord avec vous . A cela , il faut ajouter que ce ministre est un pietre qui n'a aucure reference et
academique, mais ce dernier doit savoir que la france est un modele democratie que beaucoup de pays de par le monde ne cessent de ,suivre. Le Congo par contre , se caracterise depuis l'arrivee au pouvoir du grand serpent de l'alima , par une dictature a l'image de hitler , mossolini ,Pinochet et le dictateur nord coreen, cette dictature se caraterise par les l'accaparation du pouvoir par lafamille clan et le clan, l'enrichisement illicite , le detournement des biens de l'etat,l'apauvrissement de population, les tueries , arrestations arbitraires, l'inexistence la justice , la corruption mode de penser du pct. En gros le systeme Pct a tout saccage au congo.
Citer
 
 
0 #7 taty 05-03-2013 18:48
Merci Mr JC de remettre Mr AKOUALA a sa place. je partage ton ta vision et les mots que je trouvent juste pour parler de cette venarde personne qui est incapable de faire la véritable lecture de la réalité de sont pays. Comme Akouala ne sait pas c'est quoi la honte il lira ton texte je pense qu'il dormira patoit
Citer
 
 
0 #6 Kouilou 05-03-2013 12:22
Ce soit disant ministre frise la démence. Il a le culot de comparer la gouvernance de PS à la gouvernance du Congo. Pour son information chez nous le candidat à la présidence de la république a été choisi a l'issu d'un vote des militants PS et ouvert aux sympathisants PS. Notre Président est aux commandes que depuis 10 mois, on ne peux pas le juger dans un temps aussi court. Il aura des comptes a rendre lui au peuple en 2017 contrairement à Sassou qui est au pouvoir depuis des lustres et a mis son pays dans un état de délabrement malgré les revenus du pétrole en ne parlant que de cela. Alors Mr Atipo comparez ceux qui est comparable; ne comparez pas votre pays à la France. Rendez avant tout à votre peuple la liberté, le droit aux soins les plus élémentaires, le droit de choisir leur président et ensuite vous pourrez comparer votre pays ne fusse qu'au Sénégal qui est dans votre continent un pays démocratique.
Citer
 
 
0 #5 drokanolo 04-03-2013 23:09
Le métronome Noumazalayi n'est plus là. On le sent au tableau de bord flouté du PCT. On a beau me dire que je vaux n'importe qui et que n'importe qui me vaut, moi je sais que l'inégalité métaphysique est plus terrible que l'inégalité des classes. Une Squadra Azzura sans Pirlo ne joue pas juste. Un PCT sans Noumaz ne joue pas juste. D'ailleurs, après sa mort le PCT a changé de paradigme : il n'est plus question, sous couvert de marxisme, de barrer les camarades sudistes au profit du Nord, à qui les siens ont sacrifié l'immortel Marien Ngouabi. Le PCT s'est sabordé au profit du clan Sassou, abandonnant les gens de mon acabit, formatés pour la lutte. J'entre en résonance avec n'importe quel parti porté sur la lutte. Celle-ci est inscrite dans mes gènes. Le MCDDI en a bien profité.
Citer
 
 
0 #4 drokanolo 04-03-2013 23:07
Le moment Ataturk
Plus que la variable France, c'est le peuple congolais qui, en conscience, après trente ans de sassouisme destructeur, va confirmer ou rejeter le clan Sassou. Cela passe par l'organisation d'élections libres et transparentes sous l'égide de l'ONU. Ou il se renouvelle en profondeur, nanti des expériences politiques antérieures ou il suit Sassou et assume. La Jeunesse doit prendre ses responsabilités . Un énième bouillon de sang mettrait fin au Congo français. J'espère que nous serons plus chanceux que Jaures quant au succès de la paix...
Citer
 
 
0 #3 drokanolo 04-03-2013 23:06
Vide idéologique
Jésus-Christ est un amibe qui a bien tourné. Plus bas que lui, Noumazalaye a tracé l'avenir du nord, ramassé par le clan Sassou, qui se contrefiche des Congolais, inégalement répartis dans la basse classe. Les Nguesso ont formé la class express, le reste va en enfer. Avant, on assassinait les contre-révolutionnaire s. Depuis 1997, les ennemis du Congo ont personnellement affaire à Sassou. A mon avis, le colonel Sassou est plus haut que le général-président. Son béret rouge nous a notamment donné le goût de l'infanterie, versant pratique du romantisme des cadets.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir