Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Quand le bal des mensonges irrite le clan Sassou

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Quand le bal des mensonges irrite le clan Sassou

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

On ne le dira jamais assez qu’au Congo-Brazzaville règne une atmosphère de fuite en avant dans un gouvernement où plus rien n’est sous contrôle. Depuis le début de l’année 2013, le gouvernement congolais multiple les avatars, les effets d’annonces, les contre-décisions, les projets incohérents, les contre-vérités mais surtout des attitudes injustes à l’encontre des populations de plus en plus délaissées.

Un gouvernement couacophile et menteur vis-à-vis des Congolais

Le nouveau conseil du cabinet présidentiel prend de plus en plus le dessus sur les  pseudos décisions du gouvernement. Ce cabinet peaufine ses directives avec  M. Dénis Sassou Nguesso et ce dernier les impose à un  conseil de ministres qui n’a plus qu’à les valider. Ce cafouillage se traduit dans la concrétisation des objectifs. Quand le cabinet conseille au Président de réagir face la montée en puissance de l’opposition, sur la déclaration de JOE EBINA à propos de la situation des victimes du 4 Mars, ou encore sur la sécurité intérieure du pays, l’absence de concertation  du gouvernement et le cabinet se répercute sur les propos à l’emporte-pièce balancés ici et là par les membres du gouvernement.

Le ridicule qui couvre le gouvernement congolais montre à quel point que ce n’est plus un fossé mais bien un grand labyrinthe qui sépare les membres de ce gouvernement où chacun joue sa partition. Cette incohérence aurait mis le chef de l’état en colère contre Alain AKOUALA et Bienvenu OKIEMY. Denis Sassou Nguesso n’aurait pas apprécié la sortie médiatique tonitruante de ces deux ministres. Le cabinet présidentiel, en l’occurrence l’équipe de communication dirigée par Claudia  Sassou serait remontée contre AKOUALA d’être rentré en pleine confrontation avec le PS français. Au moment où son équipe et autres lobby du clan serait en train de tout mettre en œuvre pour activer tout le réseau PS proche de Mr Sassou. Cela n’arrange guère non plus  les contacts pris par JDO lors de son dernier passage à Paris. De même que cela compliquerait les efforts de  J.J. BOUYA qui entretient quelques bonnes relations avec quelques députés PS (nous préférions taire les noms) et qui ne lésine pas sur les moyens pour tout faire pour  basculer la position des pros Hollande.

Cette cacophonie vient s’ajouter à celle de Jean Bruno ITOUA qui avait promis aux Congolais que l’inauguration du barrage d’Imboulou devait conduire à la fin des délestages d’électricité et la fourniture de l’eau potable. A ce jour, aucune évolution n’est constatée. On peut volontiers ajouter le problème de la pauvreté des congolais, le manque d’infrastructure éducative, sanitaire modernes et le taux de mortalité élevé à cette liste noire. Hélas !

Pierre OBA, président de la commission des indemnisations se serait plaint auprès de Denis Sassou Nguesso de l’intervention du ministre Bienvenu OKIEMY. Le chef de l’Etat  aurait exigé du gouvernement de s’en tenir qu’à ce qui a été officialisé lors du dernier conseil des ministres. Le ministre Bienvenu OKIEMY aurait passé outre cette recommandation en répondant indirectement à JOE EBINA. Plus encore ses propos mettent le gouvernement dans l’embarras. La comparaison sur le nombre de 1000 morts qui seraient associés  à  1000 veillées serait malvenue. Cette allusion suscite beaucoup de colère auprès des victimes réunies au sein de « l’association des victimes du 4 Mars ». Comme le témoigne  la famille O. Okenza. «  Yé azo loba ndengué wana parce que akoféla ndeko té, biso to koféla bana misato donc il fallait tosala  ba matanga mizato ? Traduction « Ce ministre parle parce qu’il n’a pas perdu un parent, nous, nous avons perdu trois enfants donc il fallait que nous fassions trois veillés ?

Une vision arithmétique ultra-rabâchée

Bienvenu OKIEMY, 1000 morts ne donnent pas 1000 veillées pour une raison toute simple: Si parmi les 1000 morts, 10 morts appartiennent à la même famille, celle-ci ne fera qu'une veillée d'autant que les personnes sont mortes le même jour. Dans l'hypothèse de dix morts par famille, il n'y aurait que 100 veillées pour 1000 morts. Simple bourde ou drôle d’étourderie pour un ministre. Pire, une vision simpliste, arithmétique ultra-rabâchée.

Claudia SASSOU, membre de la commission des indemnisations des victimes du 4 Mars se serait également offusqué et préconiserait de rencontrer les victimes de sa circonscription pour une mise au point. De même certaines  victimes s’interrogent aujourd’hui sur les versements de 2 millions de francs versés à chaque responsable pour le soutien aux dépenses mortuaires.  Réaction de la famille E. Dieudonné : «  nous avons  perdu plusieurs membres de  notre famille (5) et nous avons  effectivement reçu les 2 millions pour la veillée d’un des notre. Si nous nous  referons à ce qu’a dit le ministre,  on nous doit des indemnités  pour les autres membres de notre famille portés disparus. C’est absurde que nos parents soient comparés  à des simples choses qu’on monnaye et on revendique haut et fort que les problèmes sont réglés, c’est rageant….»

Ce gouvernement vient complètement de rater sa rentrée politique du fait de cette cacophonie ambiante qui règne en son sein Le clan SASSOU  semble devoir jouer le tout pour le tout pour crédibiliser un gouvernement qui multiplie les dérapages. Peut-il redresser la barre ?

La chose semble difficile. Car c’est  le Président, lui-même,  qui organise cette pagaille, cette politique du non sanction comme règle. Son action permissive marquée par une série de faute gravissime conduisant à des violations répétées des droits des citoyens, une restriction des libertés de certains d’entre eux, une vassalisation de nos institutions, une violation de la constitution et des lois de notre pays, un enrichissement illicite ne vous met pas à l’abri  de toutes responsabilités. La poursuite effrénée de ce que sont devenues les priorités de ce gouvernement conduit ce dernier à entretenir un message d'Etat par la manipulation et la diffusion de fausses nouvelles et promesses. Ces mensonges, toutes teintés,  d’une injustice, d’une escroquerie  qui sont  l’apanage de ce gouvernement, s’accommodent mal d’une bonne promotion  des valeurs et symboles de notre pays.

Dénis Sassou Nguesso, cette cacophonie se transformant en  une source de confusion, de division et d’instabilité, de découragement et de manque de confiance de nos concitoyens vis-à-vis de leur Etat vous placent en premier en haut de la hiérarchie des responsabilités. En réalité, ce qu’essaient de montrer ces positions contradictoires, c’est une nouvelle fois que la seule parole que le PCT et le clan Sassou  tolèrent, c’est la leur ! Les seuls débats qu’ils acceptent, ce sont ceux dont ils écrivent eux-mêmes les conclusions. Les seules valeurs qu’ils autorisent, ce sont celles qu’ils définissent.

Ce combat est celui de notre futur pour nos enfants.  Il mérite que nous en soyons dignes. Les erreurs d’hier ne doivent pas se reproduire. Nous devons les attaquer là où cela les heurte : Dénis Sassou Nguesso et son gouvernement  ne travaille pas pour le bien-être des Congolais et le développement socio-économique du pays.

Les membres du clan Sassou et ce gouvernement ne visent que leurs intérêts personnels à s’enrichir en délaissant le Congo et ont prouvé leur incapacité à développer le pays. Ces choix inopérants doivent inciter l’ensemble des démocrates congolais à une forte détermination contre les membres du clan Sassou et ce gouvernement.

Jean-Claude BERI, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Commentaires  

 
0 #25 Blaise Onanga 14-03-2013 14:07
Thierry Lezin Moungalla , ministre mafieux brouille les pistes du détournement de 500 millions a la Sopeco , les syndicalistes chargé de l'enquête ont vu leur salaire augmenté et nommé a des postes important . "Les nouveaux conseillers et le chef de division récemment nommés par le ministère de tutelle vont percevoir des salaires très importants et s'occuper des dossiers de détournements de fonds. Cette situation a suscité des frustrations au sein des travailleurs de la Sopeco, qui ont fini par interpeller leur syndicat.Les travailleurs de la Sopeco critiquent également la création du poste d'assistant et la nomination d'un chef de division : « Les charges de l'entreprise vont augmenter alors que des jeunes y travaillent bénévolement depuis quatre à cinq ans et ne sont pas recrutés. »
Citer
 
 
0 #24 Lesly Koumeka 11-03-2013 23:23
Certes les politicards ont planté le Congo. Mais les intellectuels devraient être aussi ambitieux et prendre leur part du chemin des Congolais. Aujourd'hui le sentiment national congolais n'est pas plus fort que les communautarisme s. N'importe qui peut nous diviser en tirant sur la corde tribale. Pour moi la Culture ne se réduit pas à quelques pas de ndombolo au stade Massamba Débat ou au fait de s'exprimer en latin dans les couloirs de l'Université. Pour moi, parce que c'est son rôle séculaire, le lemba doit pouvoir servir de transformateur et nous tailler pour l'Afrique forte qui vient. Quelle politique culturelle au Congo ?
Citer
 
 
0 #23 Lesly Koumeka 11-03-2013 23:22
Haruki Murakami vient de sortir Underground, qui raconte l'attentat, au gaz sarin, le plus meurtrier de l'histoire du Japon perpétré par la secte Aum. Indépendamment de la lutte politique, le 4-Mars, plus meurtrier que le drame japonais, devrait forcément passer à la postérité. Didier Van Cauwelart a immortalisé la maison Weston. Eliette Abecassis a immortalisé les Rykiel. Lydie Salvayre a immortalisé Jimmie Hendrix. Yann Moix a immortalisé Edith Stein. Norman Mailer a immortalisé Mohamed Ali, entré dans la légende en battant Foreman à Kin. En peignant Guernica, Picasso a clôturé la guerre civile espagnole. Lumières de Pointe Noire c'est joli. Mais Mabanckou, ses concurrents que nous sommes rendraient service à la littérature et au Congo en peignant cette tragédie inédite dans l'histoire du Congo. Valorisons notre histoire.
Citer
 
 
0 #22 Lesly Koumeka 11-03-2013 23:22
Hier j'ai tancé les intellectuels, convaincu qu'ils sont aussi responsables que les politicards de l'avenir des Congolais, bafoués par le pouvoir en place à la remorque du grand capital et qui se contrefiche des problèmes du peuple. Le 5-Juin nous a révélés des voraces comme l'ancien Dali, dont le courage contrastait avec la supposée mollesse de l'Ecole. A l'académie militaire, l' « esprit » Zobo est devenu un vorace, un anzimba. Diamétralement opposé à l' « awayen », au crack abonné aux prix d'excellence et qui se voyait docteur en économie... En 40, la plupart des résistants ont surgi de l'ombre, supplantant les « durs » réalistes constitués collabos pour la carrière... La littérature dite francophone manque de punch. Les sud-américains, mille fois plus traumatisés, ont produit des œuvres plus grandes, par Miguel Angel Asturias, Gabriel Garcia Marquez, Mario Vargas Llosa, Oscar Lewis.
Citer
 
 
0 #21 Philippe Assompi 11-03-2013 19:20
Il est devenu courant à Brazzaville de vider ses WC pendant les pluies, une pratique exécutée par Mbana ya Emboto*. Si ce ne sont les WC qui se vident naturellement durant les fréquentes inondations des vieux quartiers de la capitale, Poto-Poto et Moungali faute d’infrastructur es d’évacuation d’eaux usées.
Je vous fais grâce des odeurs.
Sachant que cette terre infecte, imbibée d’excréments humains, est le terrain de jeu de nos nourrissons qui, à quatre pattes comme chacun d’entre nous l’a fait en son temps, mettent dans leurs bouches tout ce qui leurs passent par les mains.
De la porcherie.
Citer
 
 
0 #20 Diaf Le Kweta 11-03-2013 19:18
Sassou veut organiser un dialogue electoral à Dolisie ,est ce que les Congolais vont manger les elections? mais vraiment ,la vie des cpngolais se resume aux elections ,alors que le pays est endettés et vient de depasser le seuil de pauvreté , tout en etant le pays le plus corrompu du monde?
Citer
 
 
0 #19 Diaf Le Kweta 11-03-2013 19:15
Année de la santé ,pas de médicaments ,pas d'ambulances,pas des medecins,et 2013 ,année de l'education et que constate t on ? un ministre depassé par ses querelles mcddidienne ,des enseignants en grève ,des elèves chez eux depuis janvier ,Sassou doit donc se taire au lieu de nous faire des discours á la ...........CON!!!
Citer
 
 
0 #18 Diaf Le Kweta 11-03-2013 19:14
"Sasssou ne jouit pas franchement d'un état de bien être physique et psychique"cette phrase a valu la suspension du journal la vérité pour six mois,sommes nous dans un état démocratique au Congo?
Denis Sassou Nguesso ce médiateur international et infatigable est incapable de dialoguer avec ses compatriotes,no us avons été au palais Bourbon et il a convoquer le pauvre ambassadeur de France,on demande les EGN lui sans concertation préalable nous envoie à Dolisie pour un dialogue électoral,et on appelle ça médiateur? mais de quoi a t il peur ?
Citer
 
 
0 #17 B. DILOU 10-03-2013 20:21
Il y’a lieu de craindre que les Congolais en viennent à s’inspirer de la colère des syriens pour enfin lancer à leur tour, l’assaut pour la reconquête de la liberté et la démocratie.

Cependant, vu sous le prisme de l’exercice du pouvoir, de l’idéologie politique et de la politique sécuritaire, la Syrie et le Congo ne font qu’un. Ces deux pays ont longtemps baigné dans le «Marxisme Léninisme» et ont pratiqué l’économie socialiste résolument tournée vers une production autarcique visant l’autosuffisanc e, en vain. Les tenanciers de ces deux pays ont pour seul véritable projet politique, la conservation du pouvoir par tous les moyens sauf par les voies démocratiques. Le régime du Congo, ne doit sa survie que grâce aux services de sécurité qui ont carte blanche et opèrent souvent en dehors du cadre légal et ce, même au prix des violations des droits de l’homme.
Citer
 
 
0 #16 B. DILOU 10-03-2013 20:18
Du coup, les Congolais découvrent qu’ils partagent avec le peuple syrien, l’absence des libertés, le poids d’un régime dictatorial et tyrannique, les désastres environnementau x, les affres des politiques néolibérales sauvages, les dérives d’un clan familial qui s’accapare tous les pouvoirs et la richesse nationale et par voie de conséquence l’appauvrisseme nt croissant d’une grande partie du peuple, la banalisation des crimes politiques et économiques, la tribalisation et l’ethnisation de l’état en s’accaparant voracement les postes de direction et de commandement dans l’administratio n et dans l’armée, le rafistolage permanent de la constitution, etc.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir