Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Sassou Nguesso à Paris le 8 Avril 2013, Un nouvel affront à la démocratie congolaise !

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Sassou Nguesso à Paris le 8 Avril 2013, Un nouvel affront à la démocratie congolaise !

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

« Opération déminage pour Sassou en France

13/03/2013 à 12h27 - Presqu'un an après la victoire de François Hollande à la présidentielle en France, Denis Sassou Nguesso a enfin pu obtenir son ticket d'entrée à l'Elysée. Il sera reçu par son homologue le 8 avril, dans le cadre d'une visite de travail, à Paris. Bête noire du Parti socialiste français (PS), le chef de l'Etat congolais a déjà croisé François Hollande en octobre, à l'occasion du 14e Sommet de la francophonie. L'entretien avait été tendu. A l'Elysée, Sassou ne manquera pas de se plaindre à nouveau de l'affaire des biens mal acquis, surtout après la perquisition opérée, en février, par les juges Roger Le Loire et René Grouman chez sa fille Julienne Sassou Johnson "Joujou" (LC nº653). Toutefois, les discussions porteront davantage sur la relation bilatérale stricto sensu ainsi que la situation de l'Afrique centrale, en particulier la Centrafrique. Depuis janvier, le chef d'Etat congolais est médiateur dans la crise politico-militaire ayant secoué ce pays.

Sassou profitera de sa présence à Paris pour aller au-devant des patrons. L'ambassadeur du Congo-B en France et doyen des ambassadeurs dans l'Hexagone, Henri Lopes, se trouve actuellement à Brazzaville pour les derniers réglages de cette visite. La rencontre consistera en un petit déjeuner restreint au siège du Medef, notamment avec les hommes d'affaires ayant participé à la mission que l'organisation patronale a organisée, à Brazzaville, en septembre. Avaient notamment fait le voyage les représentants de Colas, DTP Terrassement-Bouygues, le groupe BNP Paribas, Matière SAS, Alstom ou encore Rougier. » La Lettre du Continent N°654

Notre point de vue

En acceptant de recevoir  Mr DENIS SASSOU NGUESSO en visite de travail à Paris, la première semaine du mois d’avril (le 8 Avril 2013 probablement),  le Président Hollande, comme tous ses prédécesseurs, respecte les règles de la diplomatie française. Il est de son devoir de faire honneur à l’institution qu’il représente. S’il faut qu’il signe les accords, il les signera si telle est l’exigence de la mission qui lui incombe. Ne l’oublions surtout jamais, chers compatriotes congolais,  la France est un Etat souverain qui respecte et surtout privilégie avant tout ses intérêts. Comme ce fut le cas avec la réception grandiose de KADHAFFI, cela n’a pourtant pas empêché cette même France de participer activement à sa chute.

Je serais tenté de dire que c’est le président de la république française qui reçoit un autre président d’un Etat souverain, même si nous mettons d’énorme réserve sur la manière dont est  gouvernée la république du Congo.

La France n’a pas besoin d’un Président qui étale ses états d’âmes, mais un président qui rassure, qui sait s’adapter aux réalités du monde et surtout qui  démontre aux yeux du monde que c’est une démocratie. C’est pour cela que les Français l’ont élu.

A lire les propos parfois outranciers accusant le Président Hollande d’avoir manqué à sa parole, de trahir les vertus de la bonne gouvernance, de faire affront à la démocratie sont simplement malvenues et inappropriés.

Les problèmes des congolais sont avant tout Congo-congolaise. Si nous sommes incapables de s’asseoir pour discuter de nos problèmes cela ne peut être imputable à la diplomatie ou encore moins à la politique extérieur de la France.  C’est faire la démonstration que nous sommes encore immature, impuissant face à la dictature féroce qui sévit dans notre pays.

La France peut aider le peuple congolais à combattre   la misère, la souffrance, les obstacles à la démocratie et au développement qui lui est interdit aujourd’hui par l’oligarchie clanique qui a mis la main sur toute la richesse du pays. Mais c’est aux congolais de se prendre en main,  de réclamer un changement. S’approprier ce combat c’est démontrer notre attachement aux idéaux de paix et de liberté. Nous savons que ce peuple meurtri n’a pas la mémoire courte, il s’en souvient que sa jeune  démocratie a été torturée dès le 5 juin, assassinée et enterrée le 15 octobre 1997 suite au coup d’État qui a ramené au pouvoir l’actuel Président, Denis Sassou Nguesso. Les vainqueurs de cette triste guerre ont transformé leur victoire militaire en une victoire politique en 2002. Mais cette victoire sur le peuple est continuellement contestée à l’occasion des échéances pseudo-démocratiques de 2002, 2007, 2009 et très récemment de 2012. Comme il n’a pas non plus oublié qu’il a été exposé au pire cauchemar meurtrier qui soit ce 4 mars 2012, avec l’explosion des casernes mal entretenues par un gouvernement irresponsable.

Ce qui confirme que notre démocratie est bâillonnée par un parti sous la houlette du clan familial qui tente d’imposer son hégémonie par des voies autre que démocratiques.

Nous pouvons juste demander aux français d’être du côté du peuple congolais  meurtri par le poids d’une dictature innommable. Tel qu’il  est stipulé dans le préambule : DÉCLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN DE 1789

« Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution, et au bonheur de tous. En conséquence, l’Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être Suprême, les droits suivants de l’homme et du citoyen ».

Vous pouvez changer l’histoire.-

 

Jean-Claude BERI, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

Commentaires  

 
0 #2 ELOI 05-04-2013 10:29
Vous n'apporter aucun élément qui puisse étayer votre conclusion que c'est une analyse nulle. Sauf que vous pataugez dans le discrédit en vous cachant derrière un pseudo
Citer
 
 
0 #1 Analyse nulle 04-04-2013 21:41
Votre analyse est partisane, continuer à boire la soupe du dictateur sassou
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir