Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Remerciements aux Brazzavilloises et Brazzavillois

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Remerciements aux Brazzavilloises et Brazzavillois

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

COLLECTIF DES PARTIS DE L’OPPOSITION CONGOLAISE, SIGNATAIRES DE LA DECLARATION DU 17 AOUT, RELATIVE AUX ELECTIONS LEGISLATIVES DE 2012

Les rideaux sont tombés sur le méga meeting de l’opposition, organisé le samedi 09 mars 2013 à Brazzaville, sur le Boulevard des armées. Malgré les mille et une manoeuvres ourdies par le pouvoir pour empêcher les militants et les sympathisants de l’opposition d’y participer, plus de 5000 Brazzavilloises et Brazzavillois ont pris d’assaut le Boulevard des armées et ont pris part au meeting. La veille, un communiqué mensonger, élaboré par des faucons du pouvoir et faisant croire que le meeting de l’opposition était annulé, a été déposé dans toutes les chaînes de télévision et de radio de Brazzaville.

Le jour du meeting, en dépit du démenti apporté à ce faux communiqué par le Collectif des partis de l’opposition, Télé-Congo, la télévision publique, a fait défiler toute la journée, une bande annonçant l’annulation du meeting de l’opposition, apportant ainsi une fois de plus, la preuve de la mainmise du pouvoir sur les médias publics. Dans le même esprit, des propagandistes du pouvoir ont répandu cette fausse rumeur dans tous les quartiers populaires de Brazzaville. Par ailleurs, de nombreux militants et sympathisants de l’opposition ont reçu des coups de fil anonymes les incitant à ne pas se rendre au méga meeting, en expliquant que le pouvoir allait intervenir militairement pour réprimer la manifestation.
Dans la même veine, des véhicules Hilux de la police nationale ont empêché des bus transportant des militants et sympathisants de l’opposition au lieu du meeting, d’atteindre leur destination. Déjà, une semaine avant la tenue du meeting, la direction générale de la police avait placé plusieurs engins de répression à proximité du lieu programmé pour le meeting de l’opposition, et ce, dans le dessein d’intimider les populations et ainsi, les dissuader de participer au meeting.
Le Collectif des partis de l’opposition dénonce avec la dernière énergie, ces manœuvres indignes et honteuses qui rappellent les pratiques grotesques et anti-démocratiques du monopartisme que nous croyions révolues à jamais.
Le Collectif salue et félicite chaleureusement les militants et les sympathisants de l’opposition qui ont bravé les obstacles dressés par le pouvoir et fait échec à ses tentatives visant à saboter le meeting. Il les invite à rester mobilisés, vigilants et prêts à répondre à l’appel du Collectif, en vue de nouvelles initiatives, dans l’hypothèse où le président de la République s’obstinait à ne pas entendre l’appel de la raison et de la sagesse et persistait à vouloir organiser un nouveau simulacre de dialogue de type « Ewo ».

Le Collectif constate que, pris de panique devant la réussite du méga meeting de l’opposition, sur instruction du président de la République, le PCT et ses alliés ont décidé, dans la précipitation, d’organiser un contre-meeting le samedi 16 mars 2013, au même lieu et à la même heure. Pour donner l’illusion qu’il mobilise les populations de Brazzaville, le pouvoir a entrepris de distribuer de l’argent public aux différents chefs de quartier de la ville (qui sont tous membres du PCT), à charge pour eux, de donner 5000 FCFA à toute personne qui accepterait de venir grossir les rangs des participants au meeting. Il espère ainsi annihiler les effets du méga meeting réussi de l’opposition, meeting au cours duquel, les leaders du Collectif ont exigé la tenue impérative des Etats généraux de la nation, ont rejeté avec force le projet de modification par le pouvoir de la Constitution du 20 janvier 2002 et la parodie de concertation « à la Ewo », programmée cette fois, à Dolisie. De même, le pouvoir oblige les vendeuses et vendeurs des marchés, les tenanciers des débits de boissons, les petits commerçants, à fermer boutiques pour venir assister au meeting du PCT et de ses alliés.

Le Collectif dénonce une fois de plus, ces pratiques dictatoriales, caractéristiques des temps du monopartisme. Il invite les Brazzavilloises et Brazzavillois à ne pas se laisser intimider et à refuser de faire le jeu du pouvoir.
Le Collectif des partis de l’opposition met en garde les partis voyous, qui mentent à l’opinion nationale et internationale, en se présentant comme des partis de l’opposition, alors qu’ils sont uniquement mus par des soucis alimentaires et font le jeu du pouvoir. Actuellement, ils négocient avec ce dernier pour rééditer la grande escroquerie d’Ewo, dont ils n’ont manifestement pas tiré les leçons. Le Collectif les invite à se ressaisir, en exigeant du pouvoir, la tenue d’un vrai dialogue politique national, qui se donne pour objet, de débattre de tous les défis auxquels le Congo est confronté aujourd’hui.
Le Collectif exhorte le peuple congolais à redoubler de vigilance pour empêcher les faucons du pouvoir d’assouvir leur macabre dessein d’assassiner le processus démocratique au Congo par un coup d’Etat de palais. Il invite la communauté internationale en général, les USA et l’UE en particulier, à accroître la pression sur le président Denis SASSOU NGUESSO, afin qu’il revienne à la raison et qu’il convoque les Etats généraux de la nation, unique voie susceptible de permettre au Congo de sortir de la crise multidimensionnelle qui le plombe aujourd’hui.

Fait à Brazzaville, le 15 mars 2013
Pour le Collectif des partis de l’opposition

La Conférence des présidents.

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir