Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Contre la légitimation du régime congolais par le gouvernement socialiste

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Contre la légitimation du régime congolais par le gouvernement socialiste

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

François Hollande recevra le 8 avril le dictateur congolais Denis Sassou Nguesso. Le temps où l’élection de François Hollande devait être une « mauvaise nouvelle pour les dictateurs » [1] est définitivement révolu, de même que les promesses de fin de la Françafrique dont le soutien aux dictatures des anciennes colonies demeure l’essence.

Un an après sa réception par Nicolas Sarkozy, cette nouvelle visite du président congolais montre la proximité de ce régime criminel avec les plus hautes autorités françaises, et ce quelle que soit leur appartenance politique.

Denis Sassou Nguesso est revenu au pouvoir en 1997 dans le sang de la population congolaise, avec l’appui avéré de Elf et des autorités françaises de l’époque. Alors que l’on s’apprête à commémorer le 19ème anniversaire du génocide des Tutsi du Rwanda, il convient également de rappeler que cette prise de pouvoir s’est aussi faite avec la participation d’un certain nombre d’ex-FAR (Forces Armées Rwandaises) et d’Interahamwe, qui sont les groupes qui ont commis le génocide. Parmi la série de massacres commis par les milices de Sassou Nguesso au cours de cette guerre civile pour prendre le pouvoir et de la répression qui s’en est suivie, un épisode est toujours en procédure devant la justice française : l’affaire des « disparus du Beach » [2]. Denis Sassou Nguesso est aussi parmi les chefs d’État visés par la procédure judiciaire sur les " Biens Mal Acquis ". Cette affaire met en lumière le patrimoine considérable acquis grâce aux détournements de fonds publics, avec la complicité d’acteurs français.

Le règne de Sassou Nguesso se caractérise par le crime, la corruption, la violation des droits humains, le détournement des ressources du pays au profit du clan présidentiel. Dernièrement, un rapport de l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH), suite à une enquête réalisée entre 2010 et 2012 avec l’appui financier de l’Union européenne (UE) dans six des douze départements du Congo, concluait que la torture y est pratiquée de « façon systématique et partout » « (...) dans les lieux de détention officiels (...) » et « (...) plusieurs cas sont suivis de meurtre ». Cela n’empêche pas l’Ambassade de France d’afficher ostensiblement sur son site que « la France entretient depuis toujours des relations privilégiées de coopération avec la République du Congo et se place aujourd’hui au premier rang des bailleurs de fonds bilatéraux présents dans le pays. ». Cela ne semble pas non plus déranger le président français qui viole une nouvelle fois ses promesses de campagne en recevant le despote congolais. Déjà, lors des élections législatives l’été dernier, la France n’avait émis aucune objection au déroulement d’un scrutin législatif pourtant caractérisé par une participation de seulement 15% et la dénonciation de « flagrantes irrégularités » par l’opposition.

Il est probable que M. Hollande ou Fabius promettront encore "de faire avancer la question de la démocratie et des droits humains" lors de cette rencontre, comme par exemple lors de la réception du dictateur Ali Bongo en juillet 2012, ou celle d’Idriss Déby le 5 décembre 2012. En réalité, une telle visite est une victoire pour le dictateur et son entourage qui ne cachent pas leur satisfaction. Il sera probablement question des ennuis judiciaires du clan présidentiel en France, mais aussi de business. Une rencontre est d’ailleurs prévue entre le dictateur et des patrons français. Comme l’a dit cyniquement le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius, chantre de la diplomatie économique à la française [3] interrogé sur une éventuelle rupture dans les pratiques franco-africaines, « la question n’est pas de savoir s’il faut ou non rompre avec nos prédécesseurs, mais de conduire la politique qui est bonne pour la France ». La France continue par l’entremise de son Président et de son ministre des affaires étrangères à consolider ses intérêts économiques en Afrique au détriment de ceux des peuples africains.

Nous invitons celles et ceux qui souhaitent s’élever contre la légitimation du régime congolais par le président et le gouvernement français à s’associer à la manifestation le 8 avril à 14h, métro Saint-Philippe du Roule.

[1] Meeting de campagne du candidat Hollande à Bercy le 29 avril 2012

[2] La FCD, la FIDH et Survie notamment sont parties civiles de cette procédure. On estime que 353 personnes auraient disparu lors de cet événement.

[3] Déclaration de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères, sur la diplomatie économique, à Paris le 18 janvier 2013. http://discours.vie-publique.fr/not...

5 avril 2013 par Survie


http://discours.vie-publique.fr/notices/133000139.html

Contact presse :
Danyel Dubreuil
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Association Survie
107, Boulevard de Magenta
75010 Paris
Tél : 01 44 61 03 25
06 52 21 15 61

*****************

Des Congolais payés pour applaudir Sassou Nguesso à son arrivée à Paris


Le président du Congo Denis Sassou Ngesso arrive ce week-end à Paris pour une visite officielle de cinq jours. Comme à son habitude, il aura droit à un bain de foule à son arrivée samedi à l’aéroport du Bourget.

Un accueil pas tout à fait désintéressé à en juger par cette vidéo qui montre un rabatteur essayant de recruter des supporters du président congolais moyennant rémunération.

Sur la vidéo, postée sur YouTube par un ressortissant congolais installé en France, un jeune homme propose de l’argent à des personnes pour qu’ils se rendent à l’aéroport samedi accueillir le président. Les images ont été filmées à Paris Gare du Nord, le 4 avril, à l’insu du rabatteur.
Contacté par France 24, Danyel Dubreuil un militant de Survie, une association française qui lutte contre la corruption et qui a poursuivi en justice plusieurs présidents africains dans le cadre de l’affaire des biens mal acquis, affirme que "ce genre de racolage est pratiqué par beaucoup de dirigeants africains ". Il cite notamment le Cameroun, la République démocratique du Congo, et Madagascar.
Et d’expliquer : « À l’approche de chaque visite présidentielle, des réseaux s’activent pour recruter des supporters. Dans le cas du Congo, ce procédé sert à fabriquer des images destinée à la propagande locale, pour dire que le président reste très populaire même si sa réputation est entachée par des soupçons de détournement de l’argent public. En général, les ressortissants africains en France qui militent activement dans l’opposition sont systématiquement surveillés par ces mêmes réseaux mis en place par leurs régimes respectifs. »
Contactées par FRANCE 24, les autorités congolaises ont refusé de s’exprimer sur ces images.

"Ils ne sont pas nombreux à refuser 200 euros pour applaudir cinq minutes le président à l’aéroport"

Anicet M. (pseudonyme) est l’auteur de cette vidéo. Il milite au sein de l’opposition congolaise à Paris.
« Je me trouvais Gare du Nord, hier après-midi [le 4 avril], avec un groupe d’amis quand un jeune nous a accostés pour nous demander de nous rendre en bus samedi à l’aéroport du Bourget pour applaudir Sassou Nguesso à son arrivée, en échange d’une rémunération. Mais il est tombé sur les mauvaises personnes car nous étions justement de retour d’une réunion d’opposants qui portait sur une manifestation qui doit se tenir lundi à Paris pour dénoncer son régime. L’occasion était donc trop belle pour moi de prouver cette tentative de corruption et j’ai alors discrètement commencé à filmer la scène avec mon téléphone portable.
Au cours de cette conversation, le jeune ne nous a pas indiqué le montant de la rémunération. Mais des amis qui ont eu les mêmes sollicitations m’ont dit qu’on leur a proposé entre 150 et 200 euros. Le rabatteur nous a proposé de nous inscrire sur une liste où figurent les participants à ce déplacement. Il nous a aussi donné rendez-vous aujourd’hui à 10 heures du matin dans un restaurant près de la gare pour nous briefer sur le déroulé du rassemblement.
Il s’agit malheureusement d’une pratique courante. À chaque fois que le président du Congo s’apprête à visiter Paris, ses soutiens se déploient dans les milieux congolais, les bars et les restaurants qu’ils fréquentent, pour demander aux gens ce genre de "services". Néanmoins, ils ne visent pas uniquement mes concitoyens mais s’adressent aussi aux ressortissants d’autres pays africains, comme les Camerounais, les Congolais de Kinshasa, etc. Malheureusement, ça fonctionne et nombreux sont ceux qui acceptent d’aller accueillir le chef d’Etat dans ces conditions. 200 euros pour applaudir cinq minutes à l’aéroport, c’est quand même très tentant.
Je pense que l’argent qui sert à payer le comité d’accueil est acheminé par des députés de la majorité présidentielle qui se rendent à Paris quelques jours avant la visite du président afin de recruter des jeunes soutiens qui, à leur tour, embauchent ces supporters d’un jour.»

© France 24


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir