Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Lundi 8 avril 2013: Tous à la manifestation contre la visite de Sassou

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Lundi 8 avril 2013: Tous à la manifestation contre la visite de Sassou

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Sassou Nguesso entamera à partir du 6 avril une visite officielle dans l'Hexagone. Au menu : rencontre avec les dirigeants socialistes, diplomatie et entrevue avec les investisseurs.

Sassou représente aujourd’hui tout ce que les congolais et les français détestent ! Avant tout l’immoralité! Mais aussi les vols, les détournements, la corruption, l’enrichissement personnel, les crimes contre sa propre population, les paradis fiscaux, l’oligarchie, la kleptocratie… etc. car la liste est longue !

Alors, tous, ce lundi 8 avril 2013 à Paris afin d'exprimer notre colère.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DIASPORA CONGOLAISE

 

Commentaires  

 
0 #7 alain serge 07-04-2013 17:11
Les autorités congolaises sont aussi sensibles à la suite réservée aux différentes affaires devant la justice française : l’affaire des « disparus du Beach » et la procédure judiciaire sur les « Biens Mal Acquis ». Les récentes perquisitions chez les Sassou à Paris ont semé le trouble à Brazzaville. Nous sommes loin des années 2004 de la parodie de justice où François Ndenguet, directeur de la police congolaise avait été nuitamment libéré après avoir été mis en examen dans le cadre de l’affaire des disparus du Beach.
Citer
 
 
0 #6 Ben Diakité 07-04-2013 17:08
Une politique de lobbying en direction des autorités françaises commence alors. Elle passe par les réseaux Sassouistes toujours existants même dans le régime socialiste. Sans faire une relation de cause à effet, par l’intermédiaire de ce voyage, monsieur Sassou Nguesso tente ainsi de faire légitimer son pouvoir par les socialistes. Les congolais doivent savoir que ce n’est pas aux socialistes français de mettre hors d’état de nuire la dictature congolaise, mais à eux seuls. Comme dit la sagesse populaire « Aide toi et le ciel t’aidera » il est du devoir de la diaspora congolaise où qu’elle se trouve, d’informer l’opinion internationale de la responsabilité de monsieur Sassou dans les crimes et autres détournements qui font du Congo l’un des pays les plus miséreux du monde.
Citer
 
 
0 #5 Ben Diakité 07-04-2013 17:07
Le voyage du président français à Kinshasa et la froide entrevue qui s’en est suivie a augmenté ce malaise. Jusque là les élections congolaises n’étaient reconnues par aucune puissance internationale. Seuls quelques éléments de la françafrique, bien triés sur le volet et bien rémunérés, s’occupaient de cette mission. En 2010, c’est Patrick Gaubert, de la Licra et des réseaux chiraquiens qui conduit la délégation. Avec le changement de majorité à Paris, c’est un pan de la stratégie électoraliste qui s’effondre. La perte de Paris devient catastrophique pour les autorités congolaises
Citer
 
 
0 #4 Ben Diakité 07-04-2013 17:04
Plateforme Congolaise contre la Corruption et l’Impunité.
A propos du voyage de monsieur Sassou en France
Point n’est besoin d’être devin pour imaginer aujourd’hui les enjeux congolais de la rencontre entre le président français et le dictateur congolais ce 8 Avril 2013.
Ils sont fondamentaux pour le pouvoir congolais. Denis Sassou Nguesso, revenu au pouvoir en 1997 à la suite d’un coup d’état a toujours été un des piliers de la françafrique (Noir silence de François Xavier Verchave). Il tente de le bonifier avec la mort du président Bongo. Les autorités françaises de l’époque ont aidé concrètement l’organisation et l’exécution du putsch. Le président Français Jacques Chirac déclare après coup : « …L’Angola a eu raison d’intervenir… » Il ya des dizaines, voire des centaines de milliers de morts.
L’arrivée des socialistes au pouvoir et les premières prises de positions du président François Hollande ont jeté un froid dans les rangs du pouvoir congolais.
Citer
 
 
0 #3 Diaf Le Kweta 07-04-2013 13:26
Nous avons suivi l'arrivé hier du dictateur infatigable et nous avons constater une grande mobilisation de la diaspora congolaise,peu importe les moyens utilisés par le député Mouagni Aimé Hydevert,mais la mobilisation était totale du côté du dictateur,alors demain ça sera notre tour,il va falloir qu'on mobilise,nous voulons tous le changement au Congo,alors sortant de nos claviers et faisant le savoir aux yeux du monde dès demain,venez nombreux!!!
Citer
 
 
0 #2 Diaf Le Kweta 07-04-2013 12:55
Hier le pouvoir dictatorial de Sassou Denis Sassou Nguesso nous avait fait passer un message à travers l'orchestre de Roga Roga Extra Musica,que nous étions des "maloba ya pamba to zanga Bongo"nous devrions montrer à ces ploutocrates,qu e nous avons pas besoin d'argent pour nous rassembler,que seul nôtre patriotisme peut nous mobiliser ,demain j'aimerais qu'on dise de nous que "baza ba maloba ya pamba té" et"baza n'a courage"
Citer
 
 
0 #1 Diaf Le Kweta 07-04-2013 12:51
Sassou est venu jauger l'atmosphère et la mobilisation de la diaspora congolaise contre son pouvoir dictatorial,si demain nous ne sommes pas nombreux à manifester,alor s Denis Sassou Nguesso,n'aura pas besoin de la vaseline pour modifier la constitution,el le passera toute seule comme une lettre à la La Poste et nous aurons que nos yeux pour pleurer et ça sera tant pis pour le Congo et les générations futurs ,la monarchie Nguesso s'installera dans la durée pour encore détruire le Congo avec la complicité d'un peuple affamé!!!!
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir