Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Appel à la Nation du 17 juin du Groupe de Réflexion de Paris

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Appel à la Nation du 17 juin du Groupe de Réflexion de Paris

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Appel à la Nation du 17 juin du Groupe de Réflexion de Paris

De nombreux observateurs de la vie politique congolaise prennent très au sérieux la rumeur persistante du projet de modification de la constitution ou de faire adopter une nouvelle constitution par le pouvoir de Brazzaville pour des raisons électoralistes.

Ce dernier assure par ce tour de passe-passe son  maintien au pouvoir malgré l'échec patent de sa politique depuis des décennies et donc le rejet de la majorité des Congolais. Cette nouvelle future escroquerie  politique appelle une réaction citoyenne sans précédent. Car il en va de la survie de notre démocratie à restaurer.

En effet, le peuple congolais non amnésique se souvient des slogans creux : « Auto suffisance alimentaire d’ici l’an 2000, Nouvelle espérance,  2012 année de la santé (santé pour tous), chemin d’avenir actuellement chemin de désillusions, de catacombes.»

Echaudé par le chaos engendré par les précédents tripatouillages électoraux et constitutionnels qui ont entraîné le pays dans la crise qu’il traverse depuis plusieurs décennies,

Choqué par la gestion ploutocratique de notre pays par les équipes de prédateurs avérés en place,

Constatant le mépris par lequel les gouvernants tiennent le peuple congolais tout entier,

Constatant l’échec patent des diverses et unilatérales tentatives des autorités politiques actuelles dites de « réconciliation ou concertation citoyenne » de Brazzaville, d’Ewo, de Paris à l’hôtel Concorde-Lafayette, et de Dolisie, en somme des espèces de « vuvuzela » pseudo citoyens, du pouvoir de Brazzaville dans l'espoir vain d’incanter  la cohésion sociopolitique du pays.

Constatant une nouvelle fois que l’argent du contribuable congolais est dilapidé pour payer des officines occidentales chargées de plancher à nouveau comme en 2002 sur un projet de constitution, notamment concernant l’âge limite auquel un candidat peut se présenter, de subventionner des démocraties mal assimilées, en faisant du mécénat auprès de certains pays ( RCA, RDC, Guinée Conakry).

Le Groupe de Réflexion de Paris (GRP) recommande :

  1. Aux autorités congolaises autoproclamées:

·        de renoncer à la modification de cette Constitution, ni non plus de faire adopter une nouvelle constitution, de renoncer à la modification de la constitution qui a permis selon son géniteur de préserver la paix et l’unité nationale (sic)

·        de prendre langue avec la Société civile et le Collectif des 17 partis politiques de l’opposition afin d’organiser une Concertation Nationale Inclusive de tous les fils et filles du pays telle que l’a proposé le GRP dans son mémorandum de juillet 2008 « Plaidoyer pour la République. La démocratie ou le chaos ! »

  1. Au peuple congolais de refuser par tous les moyens privations et fixations les ignominies quotidiennes qui ont trop durées, de se réveiller enfin pour faire entendre sa voix par tous les moyens vox-Day, vox populi

  2. A l’opposition congolaise réelle

 

·        de tout mettre en œuvre pour barrer la route à ce projet périlleux pour la démocratie congolaise,

·        de taire leurs querelles et d’agir pour que le peuple congolais résistant retrouve sa dignité

  1. A l’ensemble de la société civile

·        de résister à l’oppression des gouvernants fossoyeurs du peuple

·        de réclamer l’organisation d’une véritable Concertation Nationale Inclusive afin de régler de façon durable la crise que le pays traverse depuis trop longtemps hélas.

 

Vive la République

Fait à Paris, le 17 juin 2013

Le GRP

__________________________________Contacts_________________________________

Paul BISSILA (06.84.04.20.41) ; Raphael GOMA (06.22.27.18.64) ; Jean-Pierre MOULANGOU (06.21.30.76.34) ;

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Commentaires  

 
0 #1 le fils du pays 19-06-2013 12:26
Mes chers freres et soeurs c'est bien de faire les reunions a Paris mais quand vous en faites trop et elles n'arrivent pas a delivrer le Congo des griffes de la France par l'intermediaire de Mr Sassou,la solution qui reste est celle de Jerry Rawlings, l'hero du ghana aujourd'hui un pays qui fait la fierte du continent avec un peuple travailleur,dis cipline et qui respecte les lois qu'il s'est donne lui meme.S'il y a encore des vrais soldats dans ce bordel appelle Congo,qu'ils suivent l'exemple de Jerry Rawlings sinon le peuple restera l'eternel esclave des autres peuples.Moi au moins je dis les choses tout ce que les autres pensent bas.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir