Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique IDRISS DEBY MONTRE LE « CHEMIN D’AVENIR » A SASSOU NGUESSO.

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

IDRISS DEBY MONTRE LE « CHEMIN D’AVENIR » A SASSOU NGUESSO.

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

 

Soucieux de la protection de son éco-système, le Tchad a bloqué des forages chinois. Une fois n’est pas coutume, Idriss Déby a enfilé les habits de Monsieur Propre. L’environnement avant la rente pétrolière. Du jamais vu dans les pays d’Afrique au Sud du sahara. Des pays dans lesquels les sociétés pétrolières occidentales s’octroient les attributs d’un Etat dans un Etat.

Une décision politique significative à plus d’un titre qui claque comme un mantra pour les pays d’Afrique exportateurs de pétrole. Des pays aux économies fortement dépendantes des devises générées par l’or noir, à l’instar du Nigeria, de l’Angola, du Gabon, de la Guinée Equatoriale, du Congo-Brazzaville, du Cameroun …et qui se bandent les yeux quant aux ravages infligés à l’environnement. Quel sera le prochain pays africain qui osera secouer le cocotier pétrolier en vue de protéger son cadre de vie environnemental ?  Certes, comparaison n’est pas raison mais, rapprochement n’est pas déraison.

 

Veto

Le gouvernement de N'Djamena a refusé d'autoriser la filiale tchadienne de la compagnie pétrolière publique chinoise (CNPCIC), dont les opérations sont suspendues depuis le 12 août 2013, à reprendre ses activités. Il faut les avoir « bien suspendues », dirait Claude Ernest Ndalla Graille. Et, ce n’est pas, Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville, qui ferait subir un tel affront à son ami de Total Christophe de Marjerie et qui tancerait le PDG d’une firme pétrolière occidentale. Le gouvernement  du Tchad avait suspendu toutes les activités de la CNPCIC pour « violation flagrante des normes environnementales » dans ses forages d'exploration de brut dans le sud du Tchad. Une décision inimaginable au Congo-Brazzaville où Total et ENI ont les coudées libres. Le crime de la société pétrolière chinoise sur les gisements pétroliers au Tchad change tout.  Cette fois, l'intervention d’Idriss Déby du Tchad n'est pas une hypothèse, une tentation stratégique hasardeuse ou un impératif moral plus ou moins justifié. C'est une évidence.

Baril  au sommet

L'ACCÈS de fièvre est indéniable. Les rumeurs d'une éventuelle intervention militaire en Syrie ont propulsé les cours du pétrole sur des niveaux que l'or noir n'avait plus connus depuis six mois. Le baril de Brent de la mer du Nord s'échangeait à 116,66 dollars en milieu de matinée, mercredi 28 août 2013.

Si l'on n'a pas encore atteint le plus haut de l'année (touché le 2 février 2013 à 118,98 dollars), les seuils franchis depuis mardi 27 Août 2013 sont tout de même symboliques. A 116 dollars, le cours du Brent est supérieur au prix moyen affiché par le baril sur l'ensemble de 2012 (Le Monde, 29 Août 2013). La forte sensibilité du pétrole aux tensions géopolitiques se traduit, comme en 2012 ou en 2011, par une variation des cours dans une large bande. En 2012, le prix du baril avait oscillé entre 88 dollars et 128 dollars. Le point bas de 2013 remonte au mois d'avril, à 97 dollars.

Si les prix s'installent durablement sur les hauteurs actuelles, ils pourraient freiner la demande et la question de la pérennité de la reprise observée, notamment en Europe, se posera.

Courage

C’est dans  ce contexte de fortes tensions sur les marchés pétroliers que la mesure du gouvernement du Tchad est tombée comme un couperet. Une mesure politique et économique courageuse digne de grands leaders ayant à cœur les préoccupations des populations. Une espèce politique rare aujourd’hui en Afrique. A l'issue de deux journées de discussions entre les autorités et la compagnie, le gouvernement a indiqué que "toute reprise des activités de la CNPCIC est conditionnée par la construction d'une station de traitement des boues de forage, la réalisation de puits poubelle afin de réinjecter les boues traitées dans les réservoirs et l'installation d'un incinérateur de déchets", selon le communiqué. Le ministre du Pétrole, Djérassem Le Bémadjiel, avait dénoncé le 13 août 2013 "le comportement inadmissible" de la compagnie. Toute la chaîne hiérarchique de cette société va répondre de ses actes", avait-il averti.

A cet égard, le ministère du Pétrole demande " le départ immédiat du directeur général de la CNPCIC et de son adjoint".

"Les indemnisations et les pénalités suite à cette dégradation de l'environnement seront déterminées après évaluation et audit en cours sur le terrain", ajoute le communiqué.

Selon N'Djamena, la compagnie "s'engage à coopérer et se dit prête à exécuter toutes les demandes du Tchad et s'engage également à respecter les lois du Tchad pour une meilleure coopération entre les deux parties (AFP, 28 Août 2013)". La fermeté d’Idriss Déby a porté ses fruits. La société pétrolière chinoise CNPCIC s’est exécuté. Toutefois, Idriss Déby du Tchad aurait-il exercé le même chantage et avec le même zèle s’il s’est agi de la société française Total, la société italienne ENI, la société américaine Exxon-Mobil ?Au Nigeria, la société Shell agit en toute impunité, foulant aux pieds les normes écologiques.

Photo

Au Congo-Brazzaville, Sassou Nguesso, le PCT et les agents du « chemin d’avenir » suivront-ils l’exemple ? Rien n’est moins sûr. Ce petit émirat aux côtes souillées qui tire 80 %  des recettes budgétaires de l’exploitation pétrolière entretient des relations incestueuses avec les compagnies pétrolières, qui pompent allégrement l’or noir au large de Pointe-Noire, à  l’instar  de la major française Total et italienne ENI. Entre l’intransigeance écologique d’Idriss Déby et le laxisme de Sassou Nguesso, il n’y a pas photo. Le Congo-Brazzaville pourrait-il faire fi des niveaux stratosphériques du prix du baril pour imposer aux compagnies pétrolières le respect des normes environnementales ? Comme dans le manuel de lecture édité par l’INRAP, Oko montre la mer à Tati, de la même manière dans le domaine de la protection de l’environnement, Idriss Déby du Tchad montre le chemin à Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville. Sassou Nguesso l’empruntera-t-il ? Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville, dont on ignore la fibre écologique, croisera-t-il le fer avec les société pétrolières pour protéger les côtes du Kouilou comme le fit en son temps Pascal Lissouba pour imposer le contrat de partage de production ? Au grand bonheur du Congo-Brazzaville d’aujourd’hui au budget de plus de 4 000 milliards de francs CFA et aux dépens du pouvoir d’hier de Pascal Lissouba.

L'abstention  des Etats africains du respect scrupuleux des normes écologiques délivrerait à toutes les  compagnies pétrolières de la terre un passeport pour la barbarie écologique. Elle ruinerait en grande partie la crédibilité des  gouvernements africains sur la scène internationale. Il ne s'agit pas seulement  de protection de l’environnement mais de realpolitik. Les activités des compagnies pétrolières occidentales au Congo-Brazzaville sont-elles conditionnées par la construction d'une station de traitement des boues de forage, la réalisation de puits poubelle afin de réinjecter les boues traitées dans les réservoirs et l'installation d'un incinérateur de déchets ?  Idriss Déby a montré ses petits muscles. Et,  ç’a payé. Sassou Nguesso exhibera-t-il ses petits biceps ? Là où Idriss Déby du Tchad sauve l’honneur, Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville le bradera-t-il aux sociétés pétrolières occidentales ?

Benjamin BILOMBOT BITADYS


 

 

Commentaires  

 
0 #6 비아그라 19-04-2016 19:15
You're so interesting! I do not believe I've truly read through anything like that before.
So great to find somebody with some unique thoughts on this
topic. Seriously.. thanks for starting this up. This web site is one
thing that is required on the web, someone with some originality!
Citer
 
 
0 #5 Eagle-Tracks.com 19-03-2016 01:11
Ce court métrage est à regarder,on y trouve du matériel pour machines..Regardez ces quelques images.
Les chenilles que l'on y voit sont vraiment top.
Citer
 
 
0 #4 Dictionnaire France 07-03-2016 07:00
Je n’aurai cru apprendre tant de choses grâce à la lecture de votre
site. Vous prodiguez une mine d’informations toutes les unes plus pertinentes par rapport aux autres.

Je ne peux que vous faire des remerciements pour l’enrichissemen t que vous m’avez apporté.
Citer
 
 
0 #3 power testro 01-09-2015 00:27
I do believe all of the ideas you've offered in your post.

They're really convincing and can definitely work. Nonetheless, the posts are
very brief for starters. Could you please lengthen them a bit from subsequent time?
Thanks for the post.
Citer
 
 
0 #2 Black Label NO 18-08-2015 23:16
Everyone loves it whenever people get together and share views.
Great website, keep it up!
Citer
 
 
0 #1 Pure Testo Xplode 30-07-2015 07:16
Wonderful work! This is the type of information that are meant to
be shared across the net. Shame on Google for no longer positioning this put up upper!
Come on over and discuss with my web site . Thanks =)
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir