Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Explosion de Mpila : Mathurin BAYI, 1er président de la cour d'appel, interpellé à l'aéroport de Pointe-Noire

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Explosion de Mpila : Mathurin BAYI, 1er président de la cour d'appel, interpellé à l'aéroport de Pointe-Noire

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Tous les congolais qui ont vu les images de la lecture par M. Mathurin BAYI du verdict relatif au procès des explosions de Mpila, on bien remarqué le stress, l'angoisse et l'anxiété de ce dernier.

Avec ce qui s’est passé ce matin, on comprend mieux le comportement un peu étrange du magistrat. En effet, M. Mathurin BAYI, premier président de la cour d'appel de Brazzaville a pris, à la mi-journée, un vol à l'aéroport international de Maya-Maya à destination de Cotonou au Benin.

L'appareil qui assurait le vol Brazzaville-Pointe-Noire-Cotonou était en correspondance à Pointe-Noire quand les hommes de main du Colonel Alphonse Obouandé (directeur départemental de la surveillance du territoire au Kouilou) ont fait irruption et demandé au magistrat de descendre.
Une fois débarqué, il lui a été signifié que : "sur instruction de colonel Philippe OBARA, le directeur général de la surveillance du territoire (DGST), il lui était interdit de sortir du territoire national et avait l’obligation de se présenter dans les bureaux de ce dernier".

Après trois heures d’interrogatoire et de pression, les agents de la force publique lui retirent son passeport, puis lui intiment l'ordre d'embarquer dans le premier avion en direction de Brazzaville. Ce qui fut fait.

Pour témoigner de leur solidarité envers M. Mathurin BAYI, deux présidents des chambres de la cour d'appel de Brazzaville, accompagnés du bâtonnier de Brazzaville, Me Thomas Ndjolani et de Me Ambroise Malonga se sont présentés à l'aéroport de Maya-Maya à sa descente d’avion.

Désabusé et très remonté, M. Mathurin BAYI a affirmé à ses collègues qu'il était hors de question pour lui de se rendre à la Direction de la surveillance du territoire, répondre à la convocation du Colonel Philippe OBARA (l'homme à tout faire de Jean François Ndénguet).

D'après nos sources, il est reproché au magistrat (qui n’a pas suivi le réquisitoire du procureur, qui avait requis l’acquittement pur et simple du colonel Marcel Ntsourou) de n'avoir pas respecté la sentence dictée par le régime c'est à dire infliger une peine de 10 ans d'emprisonnement ferme au Colonel Ntsourou.

Nous ne sommes étonnés par cette attitude du pouvoir qui essaie par tous les moyens d’intimider les magistrats avant de faire appel de la décision du tribunal.

Affaire à suivre.

Magloire Mabiala


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir