Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Disparus du beach de Brazzaville : Incompréhension à Brazzaville, après l’interpellation du ministre Pierre Oba à Paris

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Disparus du beach de Brazzaville : Incompréhension à Brazzaville, après l’interpellation du ministre Pierre Oba à Paris

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

En séjour à Paris (France), le ministre des mines et de la géologie, Pierre Oba, a été interpellé, la semaine dernière, par les juges du tribunal de grande instance de Paris, dans le cadre de la procédure française sur l’affaire des disparus du beach de Brazzaville.

Selon des témoignages recueillis, le ministre congolais a dû se soumettre à un interrogatoire et à une perquisition de ses deux appartements en banlieue parisienne. Pierre Oba est rentré en fin de semaine dernière à Brazzaville, mais avec une convocation l’obligeant à se présenter devant le juge français, le 23 octobre prochain.

A Brazzaville où l’on n’a enregistré, jusque-là, aucune réaction officielle, l’interpellation d’un ministre en fonction suscite, dans les milieux proches du pouvoir, incompréhension et colère.

Malgré les protestations du gouvernement congolais, à travers le ministre de la justice, Aimé Emmanuel Yoka, qui invoque l’autorité de la chose jugée, la procédure française sur l’affaire des disparus du beach de Brazzaville, ouverte au tribunal de grande instance de Meaux, se poursuit, et même avec plus de détermination. Il faut rappeler que depuis avril 2012, la juge parisienne Aïda Traoré, vice-présidente, chargée de l’instruction au tribunal de grande instance de Meaux, avait transmis l’enquête sur cette affaire au pôle spécialisé dans les poursuites des crimes contre l’humanité, créé au tribunal de grande instance de Paris et qui est opérationnel, depuis janvier 2012.

Après la mise en examen du général Norbert Dabira, haut-commissaire, chargé de la réinsertion des ex-combattants (qui a regagné Brazzaville depuis, mais qui doit être prêt à répondre à toute convocation du juge d’instruction parisien), inspecteur général des F.a.c (Forces armées congolaises) et de la gendarmerie, à l’époque des faits (mars 1999), le tour est revenu à un autre membre du gouvernement congolais, Pierre Oba, d’être interpellé, jeudi 26 septembre dernier, à Paris, dans le cadre de la même affaire. Ministre de l’intérieur, à l’époque des faits, Pierre Oba s’est soumis à la perquisition de ses deux appartements en banlieue parisienne, pendant près de six heures, par un juge d’instruction du pôle, en compagnie de plusieurs gendarmes. Le ministre congolais a pu regagner son pays, samedi 28 septembre, mais une convocation lui a été délivrée l’obligeant à se présenter devant le juge, le 23 octobre prochain.

A Brazzaville, on n’a pas enregistré de réaction officielle, après l’acte procédural posé par la justice française. On signale, cependant, que l’ambassadeur de France au Congo, Jean-François Valette, a été convoqué au Ministère des affaires étrangères et de la coopération, après l’interpellation du ministre congolais à Paris. Dans les milieux proches du pouvoir, l’on affiche incompréhension et colère à ce que l’on considère comme «un acharnement de la justice française» sur les dirigeants congolais, «sous l’instigation des O.n.gs manipulées par des lobbies politiques hostiles au pouvoir de Brazzaville». Certains évoquent même l’exemple du Rwanda qui, ayant menacé de rompre ses relations diplomatiques avec la France, a obtenu l’abandon des poursuites intentées par la justice française contre le président Paul Kagame.

L’affaire dont il s’agit a fait l’objet d’un procès au pénal à Brazzaville. Si tous les accusés ont été acquittés, l’Etat a été condamné à payer des dommages et intérêts aux familles des victimes s’étant constituées parties civiles. Le montant du dédommagement avait même été révisé à la hausse, après un pourvoi en cassation.

«Quoique ce jugement fut largement critiqué, il témoigne, malgré tout, de la volonté des pouvoirs publics congolais, de rendre justice dans cette affaire. Le Congo a connu des situations difficiles avec les guerres civiles qui ont emporté de nombreuses vies humaines. On ne peut se saisir de cette affaire pour chercher à régler les comptes aux dirigeants congolais», a estimé un haut fonctionnaire congolais, à Brazzaville. En tout cas, la procédure française sur l’affaire des disparus du beach est une véritable épine dans les relations entre la France et le Congo.

Joël NSONI

Commentaires  

 
0 #4 uffca.ca 05-07-2016 08:43
Le bac du d barcad re du Beach, Brazzaville, qui fait la navette sur le fleuve entre les capitales des deux Congos, Brazzaville et Kinshasa.

My my blog: uffca.ca: http://www.uffca.ca/
Citer
 
 
0 #3 iherb coupons at 22-02-2014 11:28
Hello would you mind letting me know which hosting company you're working with?
I've loaded your blog in 3 completely different web browsers
and I must say this blog loads a lot quicker then most. Can you suggest a
good internet hosting provider at a fair price? Kudos, I appreciate it!
Citer
 
 
0 #2 Stanley 06-10-2013 22:43
Il est temps que la justice Français procède à des interpellations systématiques de chaque homme politique Congolais impliqué dans cette affaire du Beach qui autrefois,était bafouée pendant le règne de Chirac et Sarkozy(quand l'UMP est au pouvoir,les dictateurs dansent).En effet;le changement,c'est maintenant,la réouverture de cette affaire commence à prendre une autre dimension suite ces arrestations surprenant la communauté Congolaise.Toutes ces personnes faisant l'objet de cette interpellation sont probablement les auteurs de cet assassinat du beatch et vont comparaître devant la CPI,les preuves de cette disparition existent.
Citer
 
 
-2 #1 yann 02-10-2013 10:45
Yen a marre metnan de cete histoir du beach, nos leaders sont tourmentés juste pck 3000 Ninjas ont disparu. Esk cest serieux ca
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir