Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique OKOMBI SALISSA piégé ou piètre politicien ?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

OKOMBI SALISSA piégé ou piètre politicien ?

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

« …serait-il crédible pour un journal qui se dit «  Afrique-Education » d’accorder une page entière sur un article qui fait l’apologie tribalo-ethnique comme moyens d’accessibilité au pouvoir ? Beaucoup serait tenté de le  baptiser  Afrique-Pyromane ».JCB

Dans sa parution du numéro 376 - Congo-Brazzaville - Okombi Salissa peut-il succéder à Sassou, le journal Afrique Education affirme que c’est au tour des « TEKE » d’accéder  à la magistrature suprême. Si OKOMBI SALISSA (en supposant que ça soit l’instigateur de cet article)  pense redorer son image d’ancien Cobra et défenseur du  tristement célèbre front 400 sur qui pèsent les accusations sur  les massacres perpétrés par sa  milice dans le pool en puisant sa philosophie dans la haine ethnique fait  une grosse erreur politique.  Drainé tout le long de l’article Afrique –Education ne cesse de tarir d’éloges OKOMBI SALISSA qui se serait transformé en sauveur. Un kleenex politique recyclé qui serait la victime d’un régime qu’il a largement contribué à promouvoir est d’une légèreté journalistique condamnable. Afrique-Education serait-il devenu un journal des va t-en guerre ou un journal destiné à éduquer les populations africaines ? OKOMBI s’est il fait piéger ou c’est un piètre politicien ? Afrique Education basculerait-il dans la pyromanie politique ?

On peut soutenir l’idée  que dans la course à la présidentielle de 2016 tous les candidats, mêmes les plus inattendus,  ont le droit de se présenter devant la volonté populaire. Mais  construire tout son  argumentaire sur des thèses ethniques basées pour l’essentiel à la promotion de la haine entre les régions congolaises ne peut être perçu comme un projet politique défendable.

L’on s’interroge si cet article a été réellement commandité par OKOMBI SALISSA ou par les officines très actives et persuasives de SASSOU NGEUSSO pour jeter l’opprobre sur OKOMBI SALISSA. Ou simplement victime de l’esprit de zèle d’un journaliste ?

Le « Tout sauf Sassou », « Tout sauf Kolelas » « « Tout sauf un Nibolek », ce triumvirat ethnique ressassé à longueur de journée est la source de tous les problèmes politiques que rencontrent le Congo du 21 siècles. A en croire que les autres composantes ne sont que des serviteurs de seconde zone de la nation congolaise. Puisque OKOMBI aurait décrété à travers ce pamphlet nauséabond après les MBOCHIS, les LARIS ou KONGO et les NIBOLEK, ce serait de « droit » au tour des « TEKE » d’accéder à la magistrature suprême.

Avec de telles supputations, les thèses de notre ami Kovalin TCHIBINDA sur la tribalité risquent d’être confortées. Bien que ce n’est pas ce que pensent la majorité des congolais. Entre autre Marion Madzimba s’interroge …

« Décidément, le mercenariat journalistique ne connait plus de limite...."Afrique Education" devrait changer de dénomination. Comment peut-on appuyer toute l'analyse politique sur des supputations ethniques comme si tous les congolais étaient encartés dans des partis tribaux ? Celui qui a commandité un tel papier devrait avoir honte !

Comment peut-on soutenir de telles assertions discriminatoires tendant à faire revivre au Congo les heures sombres de la guerre civile ?  Peut-on laisser véhiculer des assertions  tendant à faire croire que les congolais seraient être perçus que sous l’angle ethnique ? Nous n’aurions donc aucune sensibilité patriotique à faire valoir ? Nous ne saurions que des êtres dépourvus de notions de compétence, d’exemplarité,  d’honnêteté intellectuelle ou simplement de la sagesse. Puisqu’il est démontré à travers cet article  que nos jugements ne se reposent sur l’attachement à la fibre  ethnique et non à une quelconque sensibilité nationale.

En tout cas,  cet article suscite beaucoup d’interrogation sur la sagesse de l’homme politique congolais.  Ce dernier, constamment assis sur des notions  de régression comme la prédominance ethnique, serait incapable d’élever son discours, d’orienter sa vision sur une certaine notion de solidarité accès sur le développement intégral.

Aussi, serait-il crédible pour un journal qui se dit «  Afrique-Education » d’accorder une page entière sur un article qui fait l’apologie tribalo-ethnique comme moyens d’accessibilité au pouvoir ? Beaucoup serait tenté de le  baptiser  Afrique-Pyromane.

C’est cela l’Afrique de demain que nous voulons léguer à nos enfants ?

Faut-il vous rappeler ce que ces thèses sectaires ont provoqué comme guerre  au Congo en 1963, 1965 1992, 1997…?

Afrique-Education aurait-il décidément a  la mémoire courte pour encourager les scénarios catastrophes qui ont  décimés ses filles et fils ces 20 dernières années ?

Doit-on s’en réjouir que le destin sombre  qu’on croyait derrière nous soit de nouveau entretenu par Afrique Education ou par OKOMBI SALISSA ?

Au bénéfice du doute nous osons croire que cet article n’a pu être commandité par OKOMBI SALISSA à qui nous demandons d’exiger un droit de réponse  et de rejeter les propos de division ethnique qui lui auraient été attribué.  Autrement les congolais sauront réellement qui est OKOMBI-SALISSA.

Comme nous l’avons déjà signifié dans notre parution du Mercredi, 26 Septembre 2012 : OKOMBI SALISSA serait-il un vieux kleenex usé ? Ou serait-il comme le pensent beaucoup de congolais  un piètre politicien facilement malléable, naïf et que l’on pourrait piéger à tout moment.

Il faut qu’OKOMBI  lise les faits présents en se servant du passé. L’idée  de faire croire que « c’est au tour des « téké... » ne  contribuera pas  à promouvoir l’excellence au sommet de l’Etat. Ce serait une erreur politique aux conséquences graves. Ni encore moins soutenir des propos du genre , "le Pool fait peur" ( parce que ce sont des rebelles incontrôlables)  "les Mbochis ont gouverné pendant 32 ans " ( ce ne sont que des voleurs) " les Nibolek brillent par l'insolence et l’incompétence"  ... ne sont pas de nature à  pacifier le pays.  Que dirions-nous demain des "tékes"?  DZON, OKOMBI, NTSOUROU, TSIBA...sont-ils des modèles républicains?

 

A ceux qui pensent qu’utiliser la méthode sectaire basée sur l’utilisation de la fibre ethnique pour bâtir une carrière politique se méprennent sur la maturité  du peuple congolais.

 

La vraie fronde qui couve ne vient pas des cadres ou politicien « sudistes » (désolé d’utilisé cette expression inappropriée dans un pays qui se veut un et indivisible) mais plutôt de certains cadres du Nord qui récuseraient ce que  Ange Diawara  désignait déjà en  1972 d’OBUMITRI = Oligarchie Bureaucratique Militaire et tribale.

 

Ainsi, OKOMBI SALISSA serait-il piégé par ses anciens amis ou serait-il simplement un piètre politicien ? La parole est aux congolais de juger la conception de la chose politique sur les considérations ethniques.

 

Jean-Claude BERI, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Commentaires  

 
0 #3 helicoptere 09-07-2016 10:16
ԛuand on le fait seul(e) avec un enreɡistrement ?

- Vélo elliptique
Citer
 
 
+1 #2 MILANDOU 08-10-2013 10:59
Ce pays n'a pas besoin des prédateurs qui ont comme projet politique que le mercenariat ethnique. Je pense l'article a bien su relever ce fait. Maintenant c'est aux congolais de comprendre si nous voulons une vraie république solidaire ou un semblant de pays géré a tour de rôle par des forces ethniques qui s'imposeront contre la volonté populaire.
Citer
 
 
0 #1 le fils du pays 05-10-2013 09:25
Le Pct,une coque vide dont son fondateur Marien Ngouabi s'appretait a dematler quand il avait compris un peu tard que tout ceux qui y gravitaient n'etaient que des voleurs et jouisseurs.Ses amis l'ont assassine a cause de cela.Que pouvez vous attendre d'Okombi alors qu'il a ete faconne par Mr Sassou le premier criminel du Congo
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir