Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique COTE D’IVOIRE: Où est la vérité ?

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

COTE D’IVOIRE: Où est la vérité ?

Envoyer Imprimer PDF

 

La situation dramatique et traumatisante que traverse en  ce moment ce pays frère ne peut réjouir aucun africain.

Au delà de toute considération partisane, nos hommes politiques apportent une nouvelle fois la preuve de leur immaturité. L’on est prêt à distiller le venin de la haine et de la division au détriment de l’intérêt général du peuple ivoirien. La Côte-d’Ivoire a besoin d’un grand homme politique qui saura  privilégié le développement national en lieu et place de la conspiration malsaine et destructrice fusse-t-elle internationale.

 


Le 5 Juin 1997, un ancien chef d’Etat profitant d’une «  faille juridique » (l’expression est de la presse française) dans son pays, le Congo-Brazzaville,  déclenchait un coup d’état féroce et sanguinaire que ce pays n’ait jamais connu pour se remettre sur le fauteuil perdu démocratiquement 5 ans auparavant. Les mêmes médias qui hier, avaient apporté leur soutien inconditionnel au retour par la force de Mr. Sassou-Nguesso, qui semble-t-il, fut dérangé dans son sommeil et qui s’est réveillé en sursaut avec une armée de mercenaires  mettait à feu et à sang tout le pays pour reconquérir le pouvoir. L’ONU dans sa résolution 867 du 29 Octobre 1997 condamnait  ce coup de force et exigeait le retrait de toutes les troupes étrangères au Congo-Brazzaville. Pourtant, la France de Chirac et beaucoup d’autres politiciens français  applaudissaient le retour de l’homme de la France au pouvoir. Et tout cela au détriment de la population congolaise qui rejette jusqu'à présent  immensément ce retour imposé.

Pourquoi cette communauté internationale est-elle si changeante et teintée d’une attitude partisane lorsqu’il s’agit de régler des crises africaines ?  Lorsqu’on entend Mr. Nicolas Sarkozy déclaré  « l'élection de Mr. Alassane Dramane Ouattara a été validée/reconnue par toute la communauté internationale » !   Serait-il entrain de nous démontrer que les pays qui pensent le contraire (Russie, la chine, la Libye...)  seraient-ils hors de la communauté internationale ? Pourquoi tant de frénésie et de compassion pour Mr. Alassane Dramane Ouattara par les politiques français ? Ne serait-il qu’une question du respect du Droit international ? Comme le martèle sans cesse encore  Mr. Nicolas Sarkozy « notre position est sans ambigüité : c’est la position du Droit international et du respect  de la volonté du peuple ivoirien ».  Mais de qui la France a t-elle eu mandat de s’ériger en donneur de leçon du droit international en Côte d’Ivoire ?
Voyez-vous chers africains, l’on peut se poser mille et une question sur cette élection tant que nous-mêmes ne maîtrisons pas la question. Mieux, je dirais plus simplement nous ne nous approprions pas ces questions essentielles dans une vraie démocratie. Nous vivons toujours une démocratie par délégation. La communauté internationale qui soutient Alassane Dramane Ouattara n’a pourtant pas pu rétablir une sécurité dans la partie Nord de la Côte-d’Ivoire malgré une présence accrue. Les doutes et les soupçons d’aujourd’hui  pouvaient être évités si une application harmonieusement du retour à la paix était bien menée par la communauté internationale.

Quant à Monsieur Laurent Gbagbo, président sortant de la Côte-d’Ivoire, il ne donne pas non plus une image d’un homme politique africain rassembleur, démocrate et digne. Comme le raconte ce journaliste  Venance Konan du journal le patriote :   « …il y a une limite à tout. Faire de la roublardise un art de gouvernement peut fonctionner un certain temps. Mais il y a quand même une morale en politique. Accepter cette forfaiture, c'est accepter encore la violence, le vol, le crime impuni, la corruption généralisée, la tricherie, l'incompétence, le discrédit sur notre pays, la pauvreté galopante, les diplômes vendus, les mœurs dévoyées, l'école assassinée par la FESCI, le pays encore plus divisé... » Tous ces maux sont aux tableaux des 10 ans de gouvernance de Mr. Laurent Gbagbo. La Côte-d’Ivoire a pris plus de 20 ans de retard sur les dix dernières années. Le pays ne fait que s’enfoncer dans une sorte de déchéance morale tant les valeurs qui faisaient de ce  pays l’eldorado de l’Afrique de l’ouest sont chaque jour foulées au pied. En citant Napoléon Bonaparte, Laurent Gbagbo s'est  lui-même identifié à ce personnage politique très controversé. On se couronnant  tout seul ce samedi 4 décembre, il s’est moqué des milliers des ivoiriens qui ont cru l’avoir fait à sa place. Ce n’est ni la présence de quelques personnalités  comme les ambassadeurs d'Angola, du Liban et d'Afrique du sud qui donnerait à cette image triste et funeste ses lettres de respectabilité. Il faut savoir quitter les choses avant que celles-ci vous  entrainent dans une perdition sans espoir d’un retour. Mr. Laurent Gbagbo devra méditer sur le sort advenu au Président roumain Ceausescu ou encore d’un ancien chef d’état du Libéria dont le corps fut traîné en petit morceau à Monrovia par les milices de Charles Taylor. Mobutu n’a-t-il pas été enterré comme un malfrat au Maroc alors que s’il avait accepté les propositions qui lui avaient été faites à bord du bateau sud-africain à Pointe-Noire, il aurait sans doute bénéficié d’une retraite dorée ?  
Il se trouve que la décision du Conseil Constitutionnel a été prise conformément à la loi de la Côte-d’Ivoire  et  celle-ci est applicable. Elle est incontestable et s'impose à tous les ivoiriens sans exception. Désormais, en Côte-d’Ivoire, il pose un épineux problème à savoir entre légalité et légitimité.

Alors qui croire, la communauté internationale ou faire confiance à la loi ivoirienne ? Voyez-vous dans quel dilemme ceux-là même qui prétendent nous aider nous plongent ?  Pendant que les uns et les autres s’activent à aiguiser leurs armes, le monde démocratique  ironise sur l’Afrique.

Ce que les ivoiriens attendent de vous, c’est la reconstruction nationale d’un pays aux abois. Les tensions soufflées depuis  l’extérieur devraient couler comme l’eau sur notre peau. « Lorsque l’on a, entre ses mains, le destin d’un peuple qui manque, sinon de tout, en tout cas du minimum vital, il y a des guerres dont on devrait s’abstenir » (Jean-Baptiste PLACCA).
Faisant preuve d’une grande maturité politique en s’abstenant de se donner en spectacle de cette manière comme deux lions en cage devant des maîtres très attentifs aux coups de crocs de chaque animal. La seule proie que nous devons défendre est notre liberté d’agir en toute conscience en se disant que nous gagnerons tous ensemble en parlant d’une  seule voie : L’unité africaine pour le développement. C’est la seule vérité que les africains attendent de leurs politiques. Aucune assemblée d’imposteurs, aucun régime autoproclamé, aucune dictature ne peut triompher face à la volonté d’un peuple déterminé à faire triompher la vérité.

 

 

Commentaires  

 
0 #15 YOGDDO 26-12-2010 17:06
Qui a réellement gagné en Côte d'Ivoire ? Il est difficile de le savoir, surtout quand on connaît le fonctionnement de la démocratie en Afrique ! La communauté internationale a pris parti, ça c'est clair. Mais pourquoi ? c'est ce qu'on ne nous dit pas.
Citer
 
 
0 #14 mamadou 26-12-2010 17:03
Houphouet, paix à son âme avait bien raison de dire à nous les jeunes quand Gbagbo s'etait oposé à lui pronant la démocratie: -
Citer
 
 
0 #13 kpoledji 26-12-2010 17:02
je voudrais bien connaitre la légitimité des chefs d'Etat de la CEDEAO qui donnent de leçon de démocratie à la Côte d'ivoire. Nous savons bien comment ils sont tous arrivés au pouvoir et comment il se maintienne.
Citer
 
 
+1 #12 espérance 92 14-12-2010 11:47
Pour les pro-Gbagbos et les autres, voici la méthode utilisée par l'ONU pour certifier ces élections, en fait il ont vérifié avec 3 méthodes différentes, Ouattara est toujours devant quelque soit la méthode, donc les pro-Gbagbo doivent se taire désormais! Arrêtez de nier l'évidence, les pro-Gbagbos se font laver le cerveau par le "boulanger" encore une fois, A LIRE D'URGENCE: http://news.abidjan.net/h/382790.html?n=382790
Citer
 
 
+1 #11 Coco 14-12-2010 11:46
Malheureusement ... c'est vrai que l'Afrique reste un vaste terrain de jeux pour les....Comment les Africains peuvent se laisser manipuler à ce point?
Citer
 
 
0 #10 patrice 14-12-2010 11:44
Ce qui s'est passé en Côte d'Ivoire montre à quel point un régime au pouvoir peut défier la communauté internationale. Cela encouragera les pays totalitaires ou les putshistes d'autres pays à ne pas céder à la pression internationale.
Citer
 
 
0 #9 martine 14-12-2010 11:43
bien raisonné frère congolais
Citer
 
 
0 #8 koui 14-12-2010 11:42
Gbagbo a moins de chance que les tyrans togolais, tunisiens,camer ounais et gabonais : eux, on leur fait pas tant d'histoire quand ils truquent les elections. D'ailleurs, on critiquait pas Ouattara ou Bédié quand ils truquaient les elections dans les années 90. Ce n'est pas excuse pour Gbagbo, juste une remarque pour les "vertueux".
Citer
 
 
0 #7 kouamé 14-12-2010 11:39
En tout etat de cause sachez que vos petits coup bas ne réussiront jamais dans mon pays;vous avez réussi aux Burkina contre SANKARA au CONGO contre LUMUMBA,au RWANDA avec le génocide mais vous avez echoué en COTE D'IVOIRE et vous échouerez encore et toujours en COTE D'IVOIRE.l'onu france amerique.... on s'en fou de blanc, et puis on vous a pas demandé de venir resoudre nos differents. basta
Citer
 
 
0 #6 kouamé 14-12-2010 11:38
e suis désolé pour la france et sa communauté internationale.D'ailleurs ces termes virtuels ne nous font plus peur ici en COTE D'IVOIRE.Si vous les blancs vous tranchez une querelle sans avoir auparavant entendu les deux protagoniste je suis désolé pour vous.Nous en AFRIQUE la sagesse nous enseigne que lorsqu'il y'a désaccord entre deux frères,celui qui pretant être le père (comme c'est le cas avec la france) vienne aux nouvelles d'abord avant de prendre parti pour l'ainé ou le cadet.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir