Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique MESSAGE DE FIN D'ANNEE, MBAOU FERDINAND GENERAL DE CORPS D'ARMEE.

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

MESSAGE DE FIN D'ANNEE, MBAOU FERDINAND GENERAL DE CORPS D'ARMEE.

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Congolaise, Congolais, mes chers Compatriotes.

Nous voici arrivés au seuil d’une nouvelle année. Comme l’exige la tradition, je forme pour chacune et chacun de vous, au nom des officiers généraux, des officiers supérieurs, des officiers subalternes, des cadres et combattants des Forces armées loyalistes de notre pays, les meilleurs voeux de bonne santé, d’espérance et de résistance.

Toutes nos pensées vont avant tout à nos Compatriotes de l’intérieur du pays, martyrisés par un pouvoir incapable de répondre depuis de trop longues années à leurs besoins fondamentaux d’accès à l’eau, à l’électricité, à l’éducation et à la santé, malgré l’argent du pétrole et les excédents budgétaires récurrents. Ainsi, les engagements pris devant la communauté internationale pour réaliser les objectifs du millénaire, avant 2015, sont d’ores et déjà compromis.

Nos pensées vont également aux familles des Soldats Congolais morts en Centrafrique. Ils ont été sacrifiés pour des questions de positionnement stratégique, dans la lutte pour le leadership en Afrique Centrale qui oppose les Présidents Paul BIYA, Idriss DEBY et le Général SASSOU NGUESSO. Les deux premiers ont pris une large avance dans leurs relations avec la France. Paul BIYA a été déterminant dans la libération des Otages Français détenus au Nigéria. Quant à Idris DEBY, la participation de ses Soldats aux salutaires Opérations militaires de la France au Mali et en Centrafrique lui a donné un statut particulier vis-à-vis de l’Elysée. Pour espérer revenir en bonne grâce, le Général SASSOU NGUESSO a cru bon d’envoyer 500 soldats en Centrafrique. Mais, contrairement aux Soldats Tchadiens, les Congolais n’ont pas été préparés à assumer une Opération de cette nature. Nous souhaitons que leur formation promise par le Président François Hollande s'accélère.

Nous nous inclinons aussi devant la mémoire des Soldats composant la garde officielle du Colonel Marcel NTSOUROU, qui sont morts en mission auprès de l’Officier supérieur dont ils avaient la charge républicaine d’assurer la garde. Leur mort les rend dignes de mériter de la Nation, au regard du Droit militaire. En effet, si l’on voulait s’attaquer aux prétendus miliciens du Colonel Marcel NTSOUROU, on aurait dû d’abord prendre un texte annulant la mission de garde des Soldats, ensuite les en informer pour conduite à tenir avant de lancer le moindre assaut. Ce qui s’est passé ressemble beaucoup à un des assassinats. Nous avons tous entendu mon frère d'armes le Général Denis SASSOU NGUESSO revenu au pouvoir en 1997 comme d'habitude par la force, dire qu’il avait décidé d’appliquer la manière forte contre tous ceux qui iraient à l’encontre de la paix chèrement acquise. Nous craignons qu’il n’ait un jour à répondre de cette décision, vis-à-vis de l’armée.

Au fait de quelle paix chèrement acquise parle-il ?

De la paix dont il peut se permettre d'envoyer ses milices tuer les jeunes Congolais comme ceux qui formaient autour du Colonel Marcel Ntsourou dans le cadre familial un bouclier humain en plein jour tout en interdisant aux familles de faire le deuil ?

Après le crépitement des balles, après le vrombissement des blindés et hélicoptères de combat, comme nous le disons tous, l'intimidation se poursuit par le bruit et la fureur dans sa télé. Depuis toujours, avec le Général Sassou, la paix des cimetières règne au Congo.
Après nous avoir tant tués, après nous avoir tant assoiffés, après nous avoir tant affamés, après nous avoir oubliés sans soin, sans école, sans liberté d'opinion, sans liberté de la justice ; instituer l'injustice, la corruption, le tribalisme, le vol du denier public, l'organisation des mascarades d'élections pour se maintenir au pouvoir par la force, n'est pas pour nous, une situation de paix. Ce n'est pas la paix chèrement acquise.

Mon cher frère d'armes le Général Denis Sassou Nguesso ! Attention à vous ! Général assassin, vous l'êtes depuis longtemps. Vous devenez aussi Général terroriste qui mettez en garde dans votre message de lâcheté, quiconque se lèvera pour les Droits humains, la Démocratie et donc quiconque s'avisera à remettre en cause en réalité la paix de votre clan et de quelques corrompus, paix chèrement acquise aux prix du sang de notre peuple et des dollars de nos richesses.

Mon Général, mon cher frère d'armes Denis Sassou Nguesso ! « Quelque fois, dit SPINOZA, il arrive qu'une Nation conduite par des amnésiques conserve la paix à la faveur seulement de l'apathie des sujets, menés comme du bétail et inaptes à s'assimiler quelque rôle que ce soit sinon celui d'esclave. Cependant, un pays de ce genre devrait plutôt porter le nom de désert, que de nation.

Mes chers Compatriotes, Congolaise, Congolais, la vérité est incompressible. Le Général SASSOU NGUESSO est en difficulté. Son discrédit sur le plan national n’est plus à démontrer. Aujourd’hui, même ses ministres refusent ouvertement de répondre aux séances organisées dans le cadre de son parlement, à l’assemblée ou au sénat de godillots. Quel affront ! C’est à peine imaginable. Ses messages à la nation se suivent et se ressemblent. Chaque année, il reprend la même cassette concernant le pays qui avance. Mais, sait-il par exemple que depuis plus de sept ans, les ascenseurs du CHU de Brazzaville sont invariablement en panne, et que pour monter ou descendre les malades et les morts des étages, il faut payer des porteurs pour les mettre sur le dos ? N’est-ce pas pathétique pour un pays où le pétrole coule à flots et où l’argent s’entasse dans les sacs nguiri aux domiciles des oligarques du régime comme Bouya avec son Hôtel grand standing en Chine?

Sur le plan international, l’image du Général Denis SASSOU NGUESSO l'homme fort de Brazzaville est exécrable. Les millions d’euros dépensés ces derniers temps pour communiquer dans la presse, notamment française, est un signe qui ne trompe personne.

Candidat pour assurer la médiation entre pouvoir et opposition en RDC, il a été rejeté comme un malpropre par le président de l’UDPS, Mr. Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA. Celui-ci a refusé qu’un homme arrivé au pouvoir par les armes comme on le sait, qui est incapable de discuter avec sa propre opposition, avec les dissidents de chez lui donne des leçons de démocratie chez les voisins. Médiateur en Centrafrique, ses atermoiements ont fertilisé le terreau de la rébellion Seleka, soutenue par un de ses principaux concurrents dans la lutte pour le leadership en Afrique Centrale. Que dire de l’extrême silence du Général SASSOU NGUESSO remis par la force des armes au pouvoir à Brazzaville, lors de l’invasion des villages et l’enlèvement des Soldats et Officiers Congolais par des Soldats venus d’un pays voisin ? Le Général SASSOU NGUESSO ne serait-il fort que contre ses propres Compatriotes ? Son baroud d’honneur lors de son message à la nation du 31 décembre 2013 continue de faire rire dans les milieux diplomatiques.

Chers Compatriotes, revenons au plan national sur l’action entreprise par le Général Denis SASSOU NGUESSO contre le Colonel Marcel NTSOUROU. Est-ce digne d’un Général d'Armées envers un Officier qui l’a servi loyalement jusqu’à lui donner le pouvoir contre la République en juin 1997 ? Non, le Général s’est comporté comme un chef de gang. Cette attitude ne grandit pas la fonction présidentielle. Les observateurs noteront que le même infantilisme s’est manifesté, lorsqu’il s’est agi de déclarer dissout le parti de Mr. OKOMBI SALISSA son cher allié de toujours; Chassez le naturel, et il revient au galop. Nous considérons que, quelle que soit la faute commise par le Colonel Marcel NTSOUROU, il ne méritait pas d’être traité aussi cyniquement. Aucun Officier digne ne peut accepter la conduite adoptée par le Général Denis SASSOU NGUESSO contre le domicile de quelqu’un qui l’a fait roi. Indépendamment du fait que le Colonel NTSOUROU ait été l’un des fossoyeurs de la Démocratie Congolaise et notre adversaire, à travers le Coup d’Etat du 5 Juin 1997, il reste pour nous un Officier de qualité qui a fini honnêtement par reconnaître son erreur de jugement de 1997.

Je saisis l’occasion de ces voeux pour m’adresser aux Officiers et Combattants Républicains. Je leur demande de garder espoir. Ils doivent continuer à travailler au sein des Unités. Leur présence est importante pour assurer la continuité de l’Etat Républicain et pour maîtriser les données techniques dont nous aurons besoin. Les Officiers et Soldats qui travaillent pour le clan au pouvoir manquent de confiance. La conduite opérationnelle contre le domicile du Colonel Marcel NTSOUROU l’a illustré. Ils ont mal analysé le théâtre des Opérations ; trahi l’éthique du Soldat, en attaquant des civils boucliers humains dont la famille du Colonel ; utilisé des moyens disproportionnés et inadaptés contre l’adversaire. Qu'ils sachent que Hérode imposa son pouvoir qu'il tenait des Romains, avec une brutale énergie. Les Evangiles lui attribuent le massacre des innocents. Ce fut un cinglé despote, il assassina ses fils pour craindre la succession. Après lui le déluge. Il ordonna à son Armée d'exécuter tous les notables à sa mort et ainsi ses funérailles seraient grandioses car beaucoup de monde, tout le monde se mettrait à pleurer.

Cette utilisation d'armes lourdes en pleine ville est d'autant plus incompréhensible et condamnable que mon frère d'armes le Général Denis Sassou Nguesso qui s'est fait champion des médiations dans les pays voisins, rentrait fraîchement du Sommet pour la Paix et la Sécurité organisée par le Président François HOLLANDE au Palais de l'Elysée à Paris les 6 et 7 Décembre derniers. Sommet que j'ai personnellement soutenu et apprécié comme tous les Africains épris de paix, de justice, de liberté et de Démocratie. Le Général Denis Sassou Nguesso a rencontré à Rome, le Pape après le Sommet de Paris. Je pense à une malédiction du Général Sassou incapable même d'écouter Sa Sainteté le Pape François représentant la vie, l'amour du prochain et qui a dû lui demander de ne jamais tuer.

Le comportement de mon frère d'armes le Général Denis Sassou Nguesso est d'autant plus incompréhensible et condamnable qu'il était là, comme moi, aux Hommages à notre Nelson Mandela quand le Président des Etats-Unis Barack Obama s'adressait à des gens comme lui qui se reconnaissaient de Nelson Mandela mais bâillonnent les dissidents dans leur propres pays.

Je me demande moi Général MBAOU sur le genre de leçon de Paix et de Sécurité et de Démocratie que mon frère d'armes le Général Denis Sassou Nguesso a apprise de ce Sommet de Paris et du discours du Président Américain en Afrique du Sud.

Mes chers Compatriotes, dans les prochains jours, le régime va devenir de plus en plus fébrile. Son objectif est de créer le désordre dans le pays. Ils vont organiser de faux Coups d’Etat et arrêter de faux comploteurs. Leur stratégie consiste à justifier l’adoption des décisions de l’Etat d’Urgence. Ne leur donnons aucun prétexte. Restons unis autour de nos Compatriotes victimes de l’injustice et du banditisme d’Etat. Soyons disciplinés. Les militaires, nous savons que la Discipline est la Force Principale des Armées. Exigeons fermement la libération immédiate de la famille du Colonel Marcel NTSOUROU qui ne peut être tenue pour responsable de quoi que ce soit. Demandons aux juristes de constituer les éléments indispensables pour informer la CPI des violations des Droits ciblées selon l’ethnie, que subissent nos compatriotes actuellement, particulièrement dans le département des Plateaux.

Je vous recommande le calme. Il ne faut surtout pas répondre aux provocations du régime. Restons vigilants. Il nous faut être intelligent et non collaborationniste pour oser ne pas attendre 2016, ce grand lointain pénible et dangereux avenir. Certains déjà décèdent sans voir 2014 et le Général Denis Sassou Nguesso s'est toujours illustré par sa bestialité de façon extrême tous les 20 ans.

1977 :Coup d'Etat, Assassinats du Président Marien Ngouabi, de l'ancien Président Alphonse Massamba Débat, du Cardinal Emile Biayenda et des milliers de Congolais amenés au petit matin que Mr. Denis Sassou Nguesso s'empressa d'attribuer à d'autres pour brouiller les pistes.

1997 : Coup d'Etat le plus horrible de l'histoire de l'humanité et génocide à huis clos

2017 : Mieux vaut prévenir que guérir. Le comble risquera d'être atteint avec apocalypse au Congo que préfigure l'affaire Ntsourou.

Je vous ai entendus, je vous ai compris. Encore une année de souffrance qui commence, diront certains. Pour notre part, nous considérons que chaque jour qui passe est un jour de moins sur les jours qui restent à supporter, avant la fin de ce règne.

Nous devons accompagner mon frère d'armes le Général Denis SASSOU NGUESSO vers son destin satanique de futur ancien Homme fort du Congo Brazzaville.

Que Dieu nous bénisse.

Que Dieu bénisse le Congo Brazzaville.

Général Ferdinand MBAOU

 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir