Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo-Brazzaville: Un bilan en trompe œil.

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville: Un bilan en trompe œil.

Envoyer Imprimer PDF

Trois mille six milliards six cent cinquante trois millions (3.006.653.000.000) de francs CFA soit environ  dix sept milliards cinq cent trente neuf millions six cent mille (17. 539.600.000) en plus du budget précédent (2010)  qui était de deux mille huit cent trente et un milliards deux cent cinquante sept millions (2831.257.000.000) de francs CFA, soit une augmentation de 6,12%. C’est le nouveau budget de l’Etat exercice 2011 que vient d’adopter ce Lundi 13 décembre à Brazzaville par  le Senat congolais. On est là dans la démesure totale au regard des programmes initialement consentis pour l’ancien budget dont les résultats sont plus que décevant diront certains. Pour d’autres,  il s’agirait tout simplement de la poursuite du programme baptisé ‘‘chemins d’avenir’’ qui exige dans sa concrétisation des investissements faramineux. Investissement qui engloberait cette fois-ci la modernisation des infrastructures de premières nécessités en l’occurrence : système éducatif, sanitaire, social, création d’emplois... Le tout dans la poursuite sans relâche de l’opération de la municipalisation accélérée.  C’est dire  que la continuité de ce qui a été déjà fait et qui pourtant ne satisfait pas les populations congolaise, car très loin de leurs attentes,  primes sur l’orientation d’une nouvelle politique.

 

C’est une première depuis son indépendance que le Congo atteigne un budget aussi élevé d’exercice annuel. Certes, aucun développement n’est possible sans un investissement accru vers les unités de productions et d’amélioration des conditions d’existence des populations. Il faut des infrastructures modernes et adaptées à l’environnement pour espérer susciter un essor de croissance et ce dans n’importe quel domaine. Cela exige bien entendu que des sommes énormes puissent être consenties pour y arriver.  C’est le cas pour l’Aéroport de Brazzaville, l’Usine Imboulou, le centre hospitalier de Mpissa, la route Brazzaville-Pointe-Noire, l’hôpital de dolisie et bien d’autres infrastructures dont il serait totalement injustifié de ne pas reconnaître l’utilité publique. De même, comme l’a précisé le ministère des finances : « l’augmentation du budget s’explique notamment par le déblocage des salaires des fonctionnaires gelés depuis 1995 et le recrutement de 5. 000 nouveaux agentsTout de même,  force est de constater que nous assistons à une politique de la pyramide inversée, des choix couteux, douteux  inopérant et improductif chaque année, et ce depuis 1997. Laissons-nous aller   ici à une petite rétrospective 2010.

Nos villes  se meurent.

Au moment ou l’on s’apprête à réinjecter environ 26 à 30 milliards pour l’assainissement et la modernisation des collecteurs d’eau de la ville de Brazzaville pour l’exercice 2011, personne ne prend la peine de faire un bilan  des 13 milliards 277 millions de FCFA pour assainir Brazzaville avant les festivités du 50ème anniversaire en support des 22 milliards préalablement   consenties par le conseil municipal en début d’année. Quelles conclusions pouvons-nous en tirer pour un investissement qui aurait  déjà couté plus de 100 milliards en 10 ans ?  Le constat alarmant et pathétique laisse pantois le visiteur de passage à Brazzaville qui s’exclame en des termes qui indigne les habitants : Ville impropre, Brazzaville se meurt, ville poubelle etc combien de municipalisation accélérée devrions-nous y consacrer pour rendre enfin Brazzaville propre débarrassée de tous ces déchets polluants?

Pointe-Noire vient de sortir d’une inondation sans précédente dont les causes n’épargnent pas les responsables municipaux qui ont privilégiés le revêtement de quelques routes du centre ville à coup de millions engloutissant ainsi la moitié du budget municipal dans les travaux de complaisance laissant la ville à la merci d’une catastrophe naturelle qui aurait pu être gérée autrement si les collecteurs et les canalisations faisaient partie de la politique de modernisation de cette ville.

Les habitants de MOSSAKA ne cessent de rafistoler les quelques branches et pailles pour boucher les trous béants  causés perpétuellement par les inondations faute d’une politique d’investissement pour la construction des digues.

Ces villes régulièrement plongées dans l’obscurité (Brazzaville et Pointe-Noire en particulier) sont aujourd’hui livrées à la merci des pilleurs,  violeurs,  voleurs et autres malfrats  de tous genres. Et l’on  nous annonce pour la énième fois qu’ « ... A la fin de l'année 2010, le Congo sera en mesure de produire 75% de ses besoins en électricité, grâce à la réalisation d'une usine thermique à Brazzaville et d'une centrale hydroélectrique à Imboulou » Bruno Itoua,   Ministre de L’énergie et de l’Hydraulique. Pourtant depuis 2009 son ministère perçoit 125 millions de la banque mondiale pour réhabiliter les infrastructures de base dans le cadre du Projet Eau et Développement Urbain (PEDU). Ajouter à cela,  les sommes colossales  englouties par l’Etat dans ce projet. « … ces résultats c’est améliorer les conditions de vie des populations, notamment la desserte en eau et en électricité» déclarait encore une fois Bruno Jean Richard Itoua, en s’adressant à ses collaborateur en début d’année. Je vous laisse le soin d’en juger les résultats obtenus depuis.

La santé,

A moins de quatre ans de l’objectif  du Millénaire pour le Développement (OMD) le  Programme de lutte contre le paludisme traîne toujours le pas pour prendre son envol applicatif sur tout le territoire congolais. La lenteur de la mise en œuvre  d’une grande campagne de vulgarisation des  moustiquaires imprégnées d'insecticide (MII)  pour combattre le paludisme est au point mort faute de moyens structurels et humains nous dit-on. Pourtant cette maladie est l’une des plus répandue au Congo-Brazzaville.  De même  « … en suspendant depuis 1995 la politique de vaccination sanitaire contre la polio, la tuberculose… qui s’effectuait  dès la maternelle jusqu'à la fin du cycle primaire, le Congo-Brazzaville s’est laissé entrainer dans une spirale dangereuse de contamination qui ouvre aujourd’hui la voie à plusieurs infections destructrices qui frappent de façons récurrentes les populations. » (1) L’épisode des 200 morts récemment victimes de la polio dans le sud du pays est là pour mettre en lumière les lacunes de la  politique sanitaire de ce gouvernement.

Que dire de l’insalubrité qui prévaut au sein du CHU et de ses  alentours immédiats  favorisant   ainsi des infections graves dues à  « l’insuffisance de l’hygiène et de l’élimination des déchets, l’insuffisance des infrastructures et des équipements, les sous-effectifs, les conditions de promiscuité, l’insuffisance des connaissances de base en matière de lutte contre les infections et de leur application, des procédures médicales dangereuses, une absence de directives et de politiques »(2) The Lancet. Tout ceci montre à suffisance que notre politique sanitaire est loin de donner l’entière satisfaction aux populations congolaises.  Pourtant une enveloppe de plus 60 milliards est allouée pour la sécurisation des lieux sanitaires. De même comment peut-on admettre, avec plus de 3 millions d’habitants,  que notre société congolaise puisse s’épanouir sans système de sécurité sociale applicable par tous, serait-il seulement un problème de financement ou une erreur de choix politique de santé ?  Pourtant le vieillissement de la population congolaise accompagné d’une évolution de structures familiales est un  des éléments à  prendre en compte pour moderniser notre système de santé. Toutes ces questions sont occultées par le gouvernement actuel condamnant ainsi la majorité de la population à une déchéance sociale sans précédente alors qu’on nous annonce que le pays est désormais « riche et désendetté. »

L’éducation

Dans son rapport 2009, L’UNESCO a tiré l’alarme sur la baisse de niveau scolaire de l’éducation congolaise. La principale raison de la débâcle scolaire congolaise  est le mépris du gouvernement tout entier pour sa jeunesse. Au lieu de l'instruire de savoirs disciplinaires solides et décisifs, avec des méthodes qui ont prouvé leur efficacité, (celles-là mêmes auxquelles de nombreux enfants ont réussi à acquérir des compétences solides)  il a privatisé et "marchandisé"  l'enseignement. Désormais l'élève a un statut de partenaire du contrat pédagogique: il travaille s'il veut, quand il veut. S'il ne travaille pas les maîtres et les parents n'ont que très peu d'autorité pour les obliger à apprendre. On a fait de la jeunesse une minorité dont il faut défendre les droits particuliers, entre autres celui du choix de s'instruire ou pas. Certes le gouvernement actuel a une très grosse responsabilité quand à la diminution des moyens accordés à l'instruction publique congolaise; mais d'un autre côté des sommes considérables sont dépensées pour mettre en œuvre des pédagogies suicidaires et souvent inutiles. Des pédagogies qui favorisent les modes d'être et les compétences des enfants des classes moyennes aisées. L’éducation congolaise est entrain de se scinder en deux catégories bien distinctes. L’éducation pour les riches et celle destinée aux pauvres. En un mot une propension à promouvoir l’inégalité face à la réussite. Les subventions sont réduites quasiment de moitié dans les écoles publiques  favorisant ainsi la fuite des enseignants et la baisse du niveau.

Aussi l’une des causes de la décadence de l’Université Marien Ngouabi  est la conséquence de la mauvaise formation des élèves depuis le cursus scolaire primaire et secondaire. En plus, l’absence des infrastructures modernes et innovantes accentue le déficit de réussite des étudiants congolais. Ces derniers sont de plus en plus mis en  situations échecs dès lors qu’ils s’aventurent hors du Congo-Brazzaville. Non faute d’une mauvaise volonté, mais parce qu’ils accusent un retard considérable d’acquisition de connaissance. Les enseignants critiquent depuis 2000 la politique du gouvernement, estimant qu'elle mène inéluctablement à un décrochage accru des étudiants  scolarisés de l’Université Marien Ngouabi, dont les parents gagnent peu d'argent et ont peu de temps pour les encourager à travailler à la maison. Il faut donc une vraie transformation de l’université Marien Ngouabi par un plan de réhabilitation intégrale des infrastructures. L’université se meurt à petit feu, mais chaque année on vote un budget colossal qui disparait dès les premiers mois dans les activités privées  des fonctionnaires éducatifs au gout très franchement douteux et pas catholiques. Pourtant, comme les années précédentes, l’amélioration du système éducatif est encore demain  une des priorités du gouvernement.

L’absence d’une politique de solidarité.

La disparité galopante et scandaleuse entre les congolais nantis issus principalement de la sphère politique et les congolais moyens ne cesse de susciter des interrogations. Comment le gouvernement congolais peut-il maintenir le SMIC à 49.996 FCFA environ alors que le coût de la vie augmente. Aucune politique d’aide aux plus démunis n’est engagée pour soutenir les populations en grande difficulté. Comment cette population désœuvrée peut-elle s’offrir des soins médicaux dès lors que la simple prise de rendez-vous  coute 2000 f CFA ? Comment soutenir l’éducation et préparer l’avenir d’un étudiant qui vient d’une de nos dix régions sans une politique estudiantine de logement  ni encore moins une bourse régulière  pouvant l’accompagner dans sa vie d’étudiant ? De même là aussi, le mot d’ordre du gouvernement est : solidarité envers les plus faibles et protection sans faille aux populations en grandes difficultés. Bien-sûr, ce ne sont que des mots, pour distraire le peuple. En dix ans, les salaires des magistrats, des officiers, proches du clan  et hommes politiques au service du pouvoir ont été plus que triplés, mais aucune augmentation de salaires des fonctionnaires n’a été constatée. Toujours est-il la pauvreté augmente et la misère ne cesse de gagner les foyers.

Dans son rapport sur les fraudes salariales, le ministère des finances a dénoncé en avril dernier  la pratique courante de certains sujets congolais d’usurper les identités de certaines personnes disparues ou vivantes et de percevoir des salaires à leur place. Un gain de plus de 150 millions a été économisé après contrôles.  Le ministre des Finances, du Budget et du Portefeuille public, Gilbert Ondongo déclarait : « Nous avons l'assurance qu'on pourrait aller aisément vers les 300 à 500 millions d'économies sur les 2 milliards mensuels, et nous y travaillons ». Ce dernier préconisait la suite en ses termes : « À ce jour, nous avons des indices qui tendent à montrer que la fraude est d'une grande ampleur. La forêt est dense, mais avec prudence nous allons essayer de la rendre plus claire. J'espère que nous y arriverons. Et si je peux me permettre un peu de sensationnel, on pourrait arriver à une économie au minimum d'un milliard par mois, au maximum de deux à trois milliards par mois »(3). Logiquement on faisant notre petit calcul, nous aurions dû avoir une économie de 6 à 18 milliards est ce le cas ? Non !  La question est simple pourquoi ces efforts ont été stoppés ? Qui a donné l’ordre ? Les auteurs sont pourtant bien identifiés mais la commission nationale anti-corruption n’a pris aucune mesure disciplinaire contre ces contrevenants. Certains d’entre-deux ont été même reconduits à leur poste. Sera-t-on surpris demain que le déficit de l’état grimpe de nouveau  comme les années précédentes ? Car ce gouvernement ne respecte rien  même  pas sa propre constitution : Selon la Constitution congolaise de 2002, "tout acte de […] corruption, d'enrichissement illicite, de concussion, de détournement ou de dilapidation des deniers publics, est réprimé dans les conditions prévues par la loi." L'article 48 stipule « …que tout citoyen élu ou nommé à une haute fonction publique est censé déclarer son patrimoine lors de sa prise de fonction et à la cessation de celle-ci... » Mr Denis SASSOU NGUESSO tirant  à sa manière un bilan positif de l’année 2009 déclarait « […]  L’accent à donc été mis sur la lutte contre la fraude, la corruption et la concussion. L'année 2009 fut également décisive grâce à l'adoption de la loi relative à ces antivaleurs par le Parlement congolais en permettant la poursuite devant les tribunaux de certains agents et cadres du Trésor Public, pour cause de malversations financières. "  L'intérêt de ces actions s'inscrit en effet dans la dynamique de contrer la corruption, mais aussi de terme aux désordres observés dans la conduite et l'exécution des opérations financières" Ou en sommes-nous dans l’application de ces principes ?

L’emploi des jeunes

C’est encore une des priorités annoncées du gouvernement congolais. La réalité nous renvoie une situation catastrophique depuis une dizaine d’année. En effet 47% des jeunes entre 25 et 40 ans sont sans emploi, malgré un cursus scolaire parfois très éloquent. Comme cet ancien étudiant sorti de la faculté des sciences économiques avec une Licence mention bien en 2007  aujourd’hui planton et veilleur de nuit chez un dignitaire de la place. «…  Je ne dors que très souvent le matin entre 6h et midi après je m’occupe des chantiers du patron,  l’après-midi. La nuit,  je monte la garde chez lui à Ouenzé. J’attends toujours les réponses des demandes que j’ai déposé ci et là. En attendant,  je dois survivre avec ce boulot, je n’ai pas le choix…  » Bienvenu  S.

L’incohérence entre le discours du gouvernement, les moyens « énormes »  qui semblent être mises  en place et les résultats sur le terrain traduit une inefficacité incontestable de la politique gouvernementale de création d’emploi et d’embauche des jeunes. A t-on réellement investit là ou il faut ces dernières années pour créer des emplois?  L’université Marien ngouabi ne mérite telle d’avoir des ‘’concurrentes’’ comme l’université de Pointe-Noire par exemple ? Le projet de bâtir un complexe universitaire à KINTELE doit être soutenu et encouragé pour diversifier et moderniser l’enseignement. Cela ne doit pas être que des mots. Ce ne serait-il pas une aubaine pour les milliers de congolais qui ont choisit de s’exiler  faute d’opportunité ? La construction des unités de santé médicale de proximité (dispensaire, centre social du quartier...)  n’aiderait-elle pas les milliers de ces jeunes issus des écoles de formations socio-médicales  de trouver un emploi ? La mise en place d’une politique d’assainissement et de salubrité dans une logique de partenariat entre les collectivités locales  et l’Etat n’est-elle pas une solution de création d’activité rémunératrice ? Le développement durable prise dans son volet aménagement des espaces vert ne peut-elle pas constituer une piste de création d’emploi dans des villes ou ces aménagements font totalement défaut ?

Ainsi,  ce n’est pas tant les opportunités de création d’emploi qui manque au Congo-Brazzaville, mais nous sommes en présence d’un gouvernement limité dans ses choix. Un gouvernement qui refuse de s’ouvrir vers le monde professionnel moderne pour innover ses choix. Un gouvernement qui s’active pour réitérer les mêmes erreurs dans les mêmes pratiques dilapidatrices des fonds publics au détriment d’une politique coordonnée de développement en associant les aspirations profondes des congolais.
Les dernières déclarations du Ministre des Finances sur un fond de triomphalisme peut faire penser que le mal est derrière nous  "Le Congo est désormais un pays quasiment désendetté", avait estimé, Gilbert Ondongo, en présence de la secrétaire d’ Etat française au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac lors de la signature du  Contrat de désendettement et de développement (C2D) de 80 millions d’euros.
Il nous apparait très clairement que tant que ce gouvernement ne sera pas prêt à s’investir pleinement dans des choix cohérents d’investissement pour susciter la création d’emploi, l’amélioration des conditions sociales des populations, le respect des engagements pris pour la modernisation des infrastructures éducatives et médicales, les 3.006.653.000.000 f CFA voté par le sénat ne serait qu’une nouvelle fenêtre ouverte pour favoriser l’ inéxemplarité,  la corruption, le chômage  bref le statut quo. C'est-à-dire condamné de nouveau plus de la moitié des 4 millions de Congolais à vivre  en dessous du seuil de pauvreté, selon la Banque mondiale. Peut-on en être fier ?

---------------------------------------------------------------------------------------
(1) : Le Congo doit réactiver l'intérêt de la vaccination préventive
(2) : The Lancet revue Britannique médicale)
(3) : Le 29 juillet 2010 devant les membres du gouvernement et de l'Assemblée nationale réunis pour la traditionnelle séance des questions orales avec débat.

Bref aperçu de la Chronologie de la réduction de la dette congolaise :


février 2010 : Le FMI et la Banque Mondiale réduisent la dette du Congo Brazzaville de 1,9 milliards de dollars.
Juillet 2010 : Les États-Unis annulent, à Brazzaville, de la dette du Congo estimée à 33,439 millions de dollars, environ 17 milliards de FCFA.
Juillet 2010 : Italie efface la totalité de la dette congolaise, soit environ 70 milliards de FCFA (120 millions de dollars).
Juillet 2010 : La France  annule une dette d’un montant de 424 milliards de FCFA du Congo (645,7 millions d’euros)
Juillet 2010 : La Suisse  annule une dette du Congo d’un montant de 5 milliards de FCFA, soit 11,1 millions de Francs suisse
Décembre 2010 : Allemagne  annule 46,985 milliards de FCFA (plus de 71 millions d'euros) de sa dette. vis-à-vis du Congo


 

Commentaires  

 
0 #5 Ma femme a un amant 26-08-2016 22:49
Comme à chaque fois, l’article est parfait. Bravo
Citer
 
 
+1 #4 Marie 21-12-2010 11:11
Quand on voit le déferlement de choses autant fausses les unes des autres ,on ne peut que se demander si la seule chose que ce président ait réussi à faire est de diviser notre pays ?
Le rôle d'un gouvernement n'est il pas de faire vivre un peuple de façon unifié ?
Citer
 
 
0 #3 Lhomme 21-12-2010 11:08
Tu pleures tu pleures, tu critiques et ça change quoi ! On y est au pouvoir et on y restera point .
Citer
 
 
+1 #2 fabrice 21-12-2010 11:05
Je suis tout à fait d'accord avec toi. SASSOU s'est fait élire et à gérer le pays en montant les jeunes contre les vieux, les congolais dit de souche contre les congolais d'origine immigré, les riches contres les pauvres, les fonctionnaires contre ceux du privée, les salariés contre les chômeurs, les immigrés contre les congolais, les campagnards contre les citadins.

IL N'A RIEN RÉGLÉ et entretient les rencoeurs pour se faire élire. Son bilan est une mascarade politique pour tromper le peuple et servir de nouveau ses courtisans
Citer
 
 
+1 #1 Gaston 21-12-2010 10:54
Mr Béri, je partage ton point de vue sur le bilan que tu fais du gouvernement congolais. C'est très critique mais également très pragmatique. Il est fondé sur une analyse des faits qui nous interpellent tous. Toutefois , si en 2011 , ce gouvernement changeait de cap , c'est a dire augmenter le SMIC, améliorer les conditions de vie des congolais, libérerait l'augmentation des salaires et avancements ... serait-tu prêt a faire un papier le reconnaissant? Ou ton rôle se limiterait-il a nous que des critiques?
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir