Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Sassou Nguesso vient de lancer sa purge au sein du PCT

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Sassou Nguesso vient de lancer sa purge au sein du PCT

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Après l’arrestation de Marcel Ntsourou, ex-numéro deux du Conseil National de sécurité (CNS), Denis Sassou Nguesso a effectué des changements radicaux au sein du comité central du PCT.

Purge_PCT_Tekes_1.jpg

Purge_PCT_Tekes_2.jpg

Lettre du Continent n° 674 du 15 janvier 2014.

****

Justice: le colonel Marcel Ntsourou auditionné par le juge d’instruction

Après son arrestation, le 16 décembre 2013, avec près d’une vingtaine de ses éléments, le colonel Marcel Ntsourou a été auditionné par le juge d’instruction le 15 janvier 2014, au palais de justice de Brazzaville.

Les passants brazzavillois ont été impressionnés par l’important dispositif sécuritaire placé aux alentours du palais de justice de Brazzaville. Les commentaires allaient bon train. Les engins de la police de répression anti-émeute placés de part et d’autre de l’avenue menant au palais de justice attiraient l’intérêt des curieux et autres habitants de la zone.

D’après nos renseignements, l’ex-colonel Marcel Ntsourou impliqué dans les évènements du 16 décembre dernier devait être auditionné par le juge d’instruction. Les déclarations que le prévenu a faites lors de cet entretien avec le juge d’instruction n’ont pas été rendues publiques, secret de justice oblige.

Rappelons qu’il y a quelques jours, l’avocat de Marcel Ntsourou, Me Ambroise Hervé Malonga se plaignait des conditions de détention de son client, bien que sa culpabilité n’ait pas encore été établie clairement.

« Même si mon client est un bandit comme le dit la Force publique, il mérite d’être bien traité. Le Congo est un pays de droit où le dialogue doit être le seul moyen de résoudre les différends », a déclaré Ambroise Malonga. Et d’ajouter: «Aucun avocat ni un médecin n’a pu prendre contact avec mon client et ses prétendus complices. Aucun juge ne parait avoir été désigné.»

Par ailleurs, concernant les responsabilités de son client, Me Hervé Malonga a répondu à une question d’un journaliste sur les articles et autres publications signés de l’ex-colonel Marcel Ntsourou: « Officier de rang supérieur, il est responsable de ses actes. Même si le contenu de ses écrits a été préjudiciable, la loi prévoit des mécanismes pour le rétablir dans ses droits.»

Il faut signaler qu’à la fin de la conférence de presse, Me Hervé Malonga a reçu une lettre par laquelle le procureur de la République annonçait l’ouverture d’une procédure de crime flagrant engagée contre l’ex-colonel Marcel Ntsourou. La justice demandait à son avocat de se munir des documents attestant qu’il était désigné comme son conseil.

DB


Commentaires  

 
0 #1 Guy Bissangou 17-01-2014 01:39
~Où était Ntsourou quand il y a eu ...~
On ne rejouit pas de la souffrance d'un homme meme s'il est criminel; mais comprenez moi si je n'ai pas le zele comme vous pour défendre sa cause. Où était Ntsourou quand il y a eu les tueries du pool? du beach de Brazzaville? Quel soutien a -il apporté a ces congolais qui étaient en vrai douleur et qui ont fini par laisser leur vie? Alors va chercher le diable ailleurs. N'embrouillez pas les gens. A ce rythme quand Ndenguet sera aussi en disgrâce vous allez le traiter de héros? NE VOUS MOQUEZ PAS DES FAMILLES QUI ONT PERDU DES ENFANTS ..
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir