Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo: Sassou Nguesso Superstar

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo: Sassou Nguesso Superstar

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Célébré hier mardi, le 25e anniversaire du Protocole de Brazzaville, prélude à l'émancipation de l'Afrique australe, ressemblait à s'y méprendre à un cérémonial à la gloire du chef d'Etat congolais.

Un hommage peut en cacher un autre. Hier mardi, le Congo a célébré avec faste en son Palais des Congrès le 25e anniversaire du " Protocole de Brazzaville sur la paix en Afrique australe ". Cérémonie placée sous le patronage posthume de l'icône sud-africaine Nelson Mandela, dont le décès avait au demeurant contraint le président du cru Denis Sassou Nguesso de différer les festivités initialement programmées le 13 décembre 2013. Va donc pour le 11 février 2014, soit 24 ans jour pour jour après la libération de "Madiba". Mais qu'on ne s'y trompe pas: la commémoration, orchestrée par Richard Attias et son épouse Cécilia, autrefois Sarkozy, avait avant tout pour vocation de ceindre de lauriers le front du maître de céans, hôte en 1988 de ce pacte miraculeux.

Happening haut-de-gamme

L'événement méritait-il que l'on fêtât solennellement son quart-de-siècle ? Sans l'ombre d'un doute: c'est à cet accord, avalisé par l'Angola, Cuba et l'Afrique du Sud et formellement scellé neuf jours plus tard au siège new-yorkais des Nations unies, que l'on doit l'accession à l'indépendance de la Namibie, le retrait du corps expéditionnaire castriste d'Angola et le repli des forces sud-africaines des deux pays précités. Pour autant, la dramaturgie de cette liturgie laïque et le casting des VIPs présent avaient de quoi intriguer. Certes, le Sud-Africain Jacob Zuma trônait au premier rang au côté des chefs d'Etat du Togo et de Sao Tomé-et-Principe, ainsi que de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade. Certes, la venue d'une brochette de prix Nobel de la Paix -le Finlandais Martti Ahtisaari, l'Egyptien Mohamed al-Baradei et le Bengladeshi Muhammad Yunus-, flanqués de l'insoupçonnable Irlandaise Mary Robinson, conférait à ce happening haut-de-gamme un lustre indéniable. Mais comment ne pas s'étonner de l'absence de l'Angolais Jose Eduardo Dos Santos comme de celle du Namibien Hifikepunye Pohamba, tous deux concernés au premier chef ?

En revanche, l'avion venu de Paris et affrété par les soins d'Attias aura acheminé sur la rive droite du fleuve Congo une cohorte d'invités quelque peu disparate. A sa tête bien sûr le mystérieux businessman Jean-Yves Ollivier, héros du captivant documentaire Plot for Peace - Complot pour la Paix-, qui accomplit le tour de force de se voir décoré pour services rendus par le régime de l'apartheid puis par le rescapé du bagne insulaire de Robben Island, patriarche vénéré de la Nation Arc-en-Ciel. De même, Jean-Christophe Mitterrand, l'ex-ministre Michel Roussin ou le sénateur du Loir-et-Cher Jeanny Lorgeoux peuvent à bon droit revendiquer le statut de témoins privilégiés, voire d'acteurs mineurs de cette épisode historique. Plus inattendue, pour les non-initiés, la présence d'une poignée de vétérans du PAF et de l'arène médiatique hexagonale saisis sur le tard par le virus africain, tels Charles Villeneuve, élevé à la dignité de M. Loyal du cérémonial, Etienne Mougeotte ou Guillaume Durand. Lequel animera avec une éprouvante désinvolture la table ronde des Nobel.

Le film évoqué ci-dessus eut, entre autres mérites, celui de sortir des oubliettes le passé marxiste-léniniste du colonel -puis général- Sassou Nguesso. A la fin des années 1970, le patron du Comité central du Parti congolais du Travail, promu à la présidence par ses camarades sur fond de Guerre froide, défilait en uniforme, un foulard rouge autour du cou. Et les profils juxtaposés de Marx, Engels et Lénine ornaient alors les artères de Brazza, ex-capitale de la France libre. A la faveur de son adresse finale, l'actuel médiateur du brasier centrafricain a annoncé hier la création, " à dater de ce jour ", d'une Fondation pour la paix. Acceptons-en l'augure. Même si l'initiative émane d'un ex-prétorien qui reconquit en 1997 le pouvoir par les armes, au terme d'un conflit fatal à environ 400 000 civils. Il est vrai que, depuis lors, l'ancien boss des miliciens " Cobras " a bien changé. Reste à savoir s'il a changé en bien.

Par Vincent Hugeux, publié le 12/02/2014

Copyright L’Express


Commentaires  

 
0 #3 iherb 07-03-2014 10:39
An outstanding share! I've just forwarded this onto a colleague who had been doing a little homework on this.
And he in fact bought me lunch simply because I discovered it for him...
lol. So allow me to reword this.... Thank YOU for the meal!!
But yeah, thanks for spending some time to talk
about this matter here on your site.
Citer
 
 
0 #2 Serge Bouilon 12-02-2014 17:48
Cet événement, qui regroupera dans la capitale congolaise une brochette de personnalités (parmi lesquelles quatre Prix Nobel : Mohamed el-Baradei, Mary Robinson, Muhammad Yunus et l'ex-président finlandais Martti Ahtisaari) sous le parrainage de Denis Sassou Nguesso, commémorera la signature à Brazzaville, en décembre 1988, de l'accord tripartite Angola-Cuba-Afrique du Sud qui ouvrit la voie à l'indépendance de la Namibie.
Citer
 
 
0 #1 Serge Bouilon 12-02-2014 17:46
Ex-stars du PAF à Brazzaville
Plusieurs journalistes de la télévision française sont attendus au Congo, le 11 février, à l'occasion du 25e anniversaire l'accord tripartite Angola-Cuba-Afrique du Sud qui ouvrit la voie à l'indépendance de la Namibie.
Après Christine Ockrent, modératrice et "Madame Loyal" attitrée de forums à Libreville et à Brazzaville, deux autres anciennes stars du paysage audiovisuel français (PAF) devraient imiter prochainement la compagne de Bernard Kouchner. Guillaume Durand, 61 ans (ex-Europe 1, France 2, iTélé, Paris Première, etc.), qui officie aujourd'hui pour Radio Classique, et Charles Villeneuve, 72 ans (ex-TF1), désormais retraité, ont été pressentis pour un job d'animateur à l'occasion du 25e anniversaire du Protocole de Brazzaville, le 11 février.
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir